Monique et Michel Pinçon-Charlot : les meilleurs ennemis du pouvoir

jeudi 02/12/2010 - mis à jour le 06/12/2010 à 13h02

Les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot ont présenté, ce mardi 30 novembre à Montpellier, leur dernier ouvrage en vente depuis septembre 2010 : Le président des riches.

[Près de 150 personnes sont venues assister à cette rencontre. La salle Pétrarque était pleine mais quelque peu vieillissante, la jeunesse y étant largement sous-représentée : un comble pour l’une des villes les plus universitaires de France. Il est vrai que leurs noms et leurs travaux ne sont pas très connus du grand public.

Pourtant, les deux chercheurs en sociologie ont étudié, de manière approfondie, la très haute bourgeoisie française, cette élite des élites. Dans leur dernier livre, ils sortent en partie de leur rôle de sociologues, passant d’un travail de constatation et d’explication sur les réalités d’une classe sociale à la dénonciation d’une politique exercée par et pour elle.

Le titre, Le Président des riches, ne sous-entend pas que les précédents étaient des “présidents des pauvres”. Il s’agit de montrer comment, par son élection et sa pratique du pouvoir, le président Sarkozy donne à voir cette réalité d’un pouvoir oligarchique avec plus de clarté, mais également plus de violence et de cynisme. Une parfaite illustration des théories des deux sociologues.

Là où Pierre Bourdieu et ses héritiers ont cherché à expliquer les mécanismes de domination du coté des dominés, le couple Pinçon-Charlot s’est attaché à comprendre et faire connaitre le fonctionnement de ce qui est pour eux une véritable classe sociale au sens marxiste du terme, disposant d’une conscience de classe et capable de s’unir pour défendre ses intérêts : la très haute bourgeoisie.

De la “lutte” à la “guerre” de classes

Voilà donc le cadre théorique planté. Pour eux, si la notion de lutte des classes a peu a peu été considérée comme appartenant au passé, notamment au travers des phénomènes de désindustrialisation, il y a au moins un endroit où cette conscience de classe a persisté : chez les hautes élites, dans cette France des “beaux quartiers”.

Cette situation, ils nous la rappellent dans leur livre comme durant leur passage a Montpellier, au travers d’une citation de Warren Buffet, homme d’affaire américain disposant d’une fortune de près de 65 milliard de dollars : « Il y a une guerre des classe, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre. Et nous sommes en train de la gagner. »

Un pouvoir oligarchique

Du déjeuner du Fouquet’s au bouclier fiscal, de la villa Montmorency à Neuilly-sur-Seine sur seine en passant par le Cap Nègre, les deux auteurs décortiquent un monde basé sur l’entre-soi, à la ville comme à la campagne, dans les affaires comme dans le privé. Un pouvoir oligarchique où les fonctions et les responsabilités politiques, économiques et financières se mêlent et s’entremêlent en une inextricable pelote de laine.

A la lecture du livre et à l’écoute de leur exposé, le constat fait froid dans le dos. On cherche alors à se rassurer, à se dire qu’ils exagèrent, qu’il y a dans leur discours une dérive démagogique. Mais non, ce livre n’est pas l’œuvre de polémistes pamphlétaires en mal de reconnaissance. Il n’y a pas dans leur analyse de “théorie du complot”. On ne peut contester ni leur démarche, ni leur légitimité, ni les exemples exposés, tous accompagnés de notes de bas de page citant les sources.

Certes, on se doute que les Pincons-Charlot ne sont pas militants du parti majoritaire et ces derniers ne cachent pas que leurs convictions sont à gauche. Reste que nous sommes en présence de deux sociologues, anciens chercheurs au C.N.R.S, qui nous offrent un ouvrage inspiré par plus de vingt ans de recherches scientifiques sur la haute-bourgeoisie.

Que faire ? Mieux connaitre la classe dominante et suivre son exemple

Alors quelles solutions face à cette situation ? Le livre y répond au travers d’un dernier chapitre qui fait office de conclusion. Les réponses apportées dépassent largement le cadre de Nicolas Sarkozy et offrent une solution plus générale.

- Tout d’abord, restituer l’intelligibilité des rapports de classes. Cela passerait par le fait d’imposer un changement de vocabulaire, en arrêtant par exemple de nommer plans “sociaux” ce qui ne sont que des plans “boursiers”.

- Il faudrait également mettre en valeur un certain nombre de droits essentiels et inscrits dans la Constitution, comme le droit au travail. Mettre à disposition dans les bibliothèques municipales ou d’entreprises, des annuaires ou encyclopédies biographiques des élites pour faire ainsi mieux connaissance avec l’oligarchie.

- Viennent ensuite tout une série de mesures concrètes, qui ont, il est vrai, souvent été proposées à la gauche de la gauche, comme l’interdiction du cumul des mandats ou la nationalisation des banques.

- Enfin, et c’est peut-être là où réside le cœur et l’originalité de la pensée de Michel et Monique Pinçon-Charlot : mieux connaître et mieux faire connaître les très riches pour pouvoir en faire un exemple, que ce soit dans la solidarité du groupe ou dans leur combat pour la défense de leurs intérêts. La raison principale, semble-t-il, de leur campagne de promotion du livre dans toute la France, et de leur passage a Montpellier.

Quelques extraits de la discussion avec le public

Question : De quelle façon cette oligarchie s’appuie-t-elle sur les institutions de l’État ? Pensez-vous qu’il faille changer la Constitution ?

MP3 - 2.8 Mo

Question : N’est-ce pas Warren Buffet et Bill Gates qui ont tout de même donné une bonne partie de leur fortune ? N’y a-t-il pas quelques exceptions au formatage des riches ?

MP3 - 1.8 Mo

Question : La définition de Larousse de l’oligarchie vous convient-elle ? Pouvez-vous éclairer la définition de ce terme ? Vous ne parlez pas de “la” crise mais de "leur" crise : est-ce le monde qui est en crise ou simplement la “France d’en bas” ?

MP3 - 12.7 Mo

Pour mieux connaître leur travail : Voyage dans les ghettos du gotha (2008, réal. Jean-Christophe Rosé), documentaire complémentaire au livre Les ghettos du gotha , Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Ed. Seuil, 2007, 295 p.

Vidéos sur dailymotion : Dans les ghettos du ghotta 1, 2, 3, 4, 5, 6.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter