Nalaga, nouvel empereur du Top 14

Qui peut arrêter l’ASM ?

jeudi 17/04/2008 - mis à jour le 17/04/2008 à 12h19

L’ASM Clermont Auvergne possède le nouvel empereur du rugby, il se nomme Napolioni Vonwale Nalaga. Meilleur marqueur d’essais du Top 14, le Fidjien est devenu en quelques semaines et seulement sept matchs, l’homme à abattre pour les défenses adverses. Portrait d’un joueur hors norme.

Chaque saison, la longue coupure du tournoi des six nations est un réel problème pour les grosses cylindrées du championnat qui se voient privées de leurs meilleurs éléments appelés en sélection. Cette année, les équipes françaises les plus représentées lors du tournoi étaient Clermont, Montpellier et Toulouse. Pourtant les Montferrandais n’ont pas semblé faiblir durant l’absence de leurs internationaux, parmi lesquels les ailiers Rougerie et Malzieu. Bien au contraire, le peuple auvergnat a vu éclore une pépite Fidjienne qui marque des essais comme elle enfile des perles.

« C’est le nouveau Lomu ! »

En seulement sept matchs, Nalaga a frappé 11 fois, dont quatre rencontres d’affilé marquées par un doublé. Résultat, huit victoires consécutives pour l’ASM, dont sept agrémentées du point de bonus offensif et une première place en championnat. En 2006, la Coupe du Monde des moins de 21 ans est organisée en Auvergne. Les dirigeants clermontois découvrent alors le phénomène Nalaga. Jean-Marc Lhermet, le manageur du club raconte : « Nous l’avions repéré en juin 2006 lors du championnat du monde des moins de 21 ans. Nous l’avons suivi après, et nous lui avons proposé de venir faire un essai chez nous. Dès son premier entraînement, on a vu qu’il était hors-norme. Pour moi, c’est le nouveau Lomu ! Son raffut est terrible, il ne donne pas l’impression d’aller vite, mais il est très difficile à prendre. »

Une force de la nature

JPEG - 37.2 ko
Les défenses n’ont toujours pas résolu le casse-tête Nalaga

Chez les Nalaga, le rugby est une affaire de famille. Kavekini Nalaga, le père, faisait parti de le l’équipe des Fidji battue par la France en quart de finale de la coupe du monde 1987. « Napo » discute beaucoup avec son père et suivant ses conseils, il débarque en terre auvergnate durant l’hiver 2007. Ayant l’habitude d’évoluer au centre ou même en troisième ligne, le Fidjien est replacé à l’aile par le staff clermontois. « Je préfère tout de même évoluer à l’aile : les coéquipiers me passent le ballon et je n’ai plus qu’à foncer », avoue l’intéressé. Il débute avec les espoirs et très vite intègre l’équipe première. Malheureusement, une blessure au genou lors de son premier match contre Brive en mai 2007 le coupe dans son élan. Qu’importe ! Du haut de son mettre 87 et ses 104 kg, Napolioni est une véritable force de la nature. Les médecins lui prédisaient cinq mois d’arrêt pour son entorse du genou. Il n’en fut rien. « Physiquement, Napo est déjà hors norme. Quant au délai de retour après une telle entorse, je pense que c’est du jamais vu », dixit Jean-Marc Lhermet.

Une intégration « paradisiaque »

Il explose cette saison et permet aux Clermontois de posséder un sacré carré d’as sur les ailes avec Rougerie, Malzieu, Delasau et Nalaga. A gauche, la concurrence est ouverte avec le néo-tricolore Julien Malzieu. Un banc très fourni, c’est sans doute le petit plus qui a manqué aux jaunes et bleus en finale du championnat l’an dernier. Son intégration dans l’équipe s’est opérée d’autant plus facilement que l’équipe comptait déjà deux fidjiens dans ses rangs : Baï et Delasau. Son autre soutient, il va le chercher dans la religion. « Je veux devenir le meilleur. C’est l’un de mes objectifs. Dieu m’y aide. Comme il m’aide dans tout ce que j’entreprends ». Son doigt pointé au ciel à chacune de ses réalisations n’a rien d’un hasard. Le dimanche, il invite les autres Fidjiens qui jouent dans les alentours. « Nous entonnons des chants gospel et nous prions. C’est une façon de nous retrouver ensemble et de vivre notre religion ».

JPEG - 28.3 ko
La paire d’ailliers fidjien de Clermont

Le public des jaunars est aux anges et Nalaga pourrait bien devenir l’empereur du Stade Michelin tout comme un certain Merceron en était le président en son temps. Pour l’heure, les Clermontois se déplacent ce weekend chez le dauphin Toulouse pour le match au sommet du Top 14. Une affiche à faire trembler des ailiers Toulousains pourtant très en verve cette saison.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

6 réactions

Réagissez

  • Nalaga, nouvel empereur du Top 14

    20 avril 2008 05:58, par Nina.contrelésafobeat@hotmail.com

    repondre message

    L’ASM n’est pas seulement la meilleure équipe (de loin) du Top 14 au niveau du jeu mais semble comtper parmi ses supporters pas mal de bo goss... (dixit la serveuse du Rockstore) Allez les jaunes, allez les jaunes, allez les jaunes et bleus.

    Ca fait fait un bien fou lorsque que l’on sait que le sport français en général se gausse (merci Roseline) de certain footeux qui nous casse les c... avec leur dédicaces intempestives envers certains pseudo chanteurs de Rnb que je ne nommerai pas (salut Matt Potkora). "Ouais j’ai le même tatouage que mon pote !" It is ridiculous ! Nous aussi on parle anglais Djib ! Chek Raimond !

    Nina, qui aime le rugby, le vrai (Merci Clemont) et qui en a assez des gars tatoués du Rockstore qui se prennent pour D. Saussisse avec des Afro-beat en carton !

    • Nalaga, nouvel empereur du Top 14 21 avril 2008 00:52, par Michel Boujenah

      repondre message

      Nina, tant d’ingratitude me laisse de marbre... Et Dieu sait que le marbre, c’est dur.

  • Nalaga, nouvel empereur du Top 14

    17 avril 2008 20:01, par el calamitinio

    repondre message

    un magnifique article du phénomène Nalaga. Monsieur Moreau il faut continuer car vous etes le meilleur journaliste au monde.

    • Nalaga, nouvel empereur du Top 14 18 avril 2008 14:52, par H.B. Arfa

      repondre message

      Ce qu’a d’ontiquement et d’ontologiquement exceptionnel la question de l’être se démontre sur la base de la primauté à la fois ontique et ontologique du Dasein telle qu’elle vient d’être indiquée de façon provisoire. Toutefois l’analyse de la question de l’être comme telle en sa structure de question a rencontré dans sa position même de question une fonction insigne de cet étant. Le Dasein s’est alors révélé comme l’étant qui doit être d’abord élaboré ontologiquement de façon suffisante pour que le questionnement se fasse en toute clarté. Or il est maintenant apparu que c’est en somme l’analytique ontologique du Dasein qui constitue l’ontologie fondamentale, de même que c’est le Dasein qui, dans son principe et en priorité, est l’étant à interroger sur son être.

    • Nalaga, nouvel empereur du Top 14 18 avril 2008 14:53, par Hatem B.A.

      repondre message

      Ce qu’a d’ontiquement et d’ontologiquement exceptionnel la question de l’être se démontre sur la base de la primauté à la fois ontique et ontologique du Dasein telle qu’elle vient d’être indiquée de façon provisoire. Toutefois l’analyse de la question de l’être comme telle en sa structure de question a rencontré dans sa position même de question une fonction insigne de cet étant. Le Dasein s’est alors révélé comme l’étant qui doit être d’abord élaboré ontologiquement de façon suffisante pour que le questionnement se fasse en toute clarté. Or il est maintenant apparu que c’est en somme l’analytique ontologique du Dasein qui constitue l’ontologie fondamentale, de même que c’est le Dasein qui, dans son principe et en priorité, est l’étant à interroger sur son être.

      • Nalaga, nouvel empereur du Top 14 18 avril 2008 16:16, par Franck R.

        repondre message

        Tout à fait mon cher Hatem, la " volonté " de Nalaga ne peut évidemment agir que sur une " volonté " et non pas sur une " matière " (sur des " nerfs " par exemple). Bref nous devons supposer que partout où nous reconnaissons des " effets " nous avons affaire à une volonté, agissant sur une volonté, que tout processus mécanique, dans la mesure où il manifeste une énergie, constitue précisément une énergie volontaire, un effet de la volonté. — À supposer enfin qu’une telle hypothèse suffise a expliquer la vie instinctive de Nalaga tout entière en tant qu’élaboration et ramification d’une seule forme fondamentale de la volonté — à savoir la volonté de puissance, comme c’est ma thèse, — à supposer que nous puissions ramener toutes les fonctions organiques du joueur sus-dit à cette volonté de puissance et trouver en elle, par surcroît, la solution du problème de la génération et de la nutrition — c’est un seul problème, — nous aurions alors le droit de qualifier toute énergie agissante de volonté de puissance. Le monde vu de l’intérieur pat Nalaga, le monde défini et résigné par son " caractère intelligible " serait ainsi " volonté de puissance " et rien d’autre.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter