Municipales

« Nous ne sommes pas une petite partie jetable de la gauche »

mercredi 12/03/2008 - mis à jour le 23/05/2008 à 20h20

Les Verts de Jean-Louis Roumégas, et la liste d’Hélène Mandroux n’ont pas réussi à s’entendre pour le second tour des élections municipales. Avec 11,12% des suffrages, ils se présentent alliés à la liste Montpellier écologique, sociale, vraiment à gauche conduite par Francis Viguié (5,46%). Explications d’Emmanuel Reynaud, secrétaire régional des verts.

Contre toutes attentes, Les Verts présentent au second tour une liste commune avec Montpellier écologique, sociale, vraiment à gauche.


Oui, la liste de Francis Viguié qui regroupe la LCR, les Collectifs Unitaires Anti-Libéraux (CUAL) et Montpellier Tous Ensemble (MTE). C’est une liste de gauche alternative très diverse, comme ils aiment à le montrer. On a pu se contacter rapidement, car on partage beaucoup de combats. Nos militants se connaissent. Pour le coup, il y avait urgence. Eux comme nous avons du y réfléchir très vite du fait des contraintes légales (dépôt des listes en préfecture mardi à 18H) et logistique (impression des professions de foi et du matériel de vote).


Vous n’aviez jamais envisagé de ne pas fusionner avec la liste d’Hélène Mandoux ?


Non, jamais ! Si on l’avez envisagé, nous n’aurions pas agit comme ça vis à vis du parti socialiste. Nous avons cru un accord possible, cela aurait été si nous avions eu face à nous des partenaires loyaux. Georges Frêche avait déclaré « vouloir nous faire descendre en dessous des 10% », mais c’était avant le premier tour. Nous avons prouvé que nous étions une force électorale, et les politiques ont le devoir de respecter les gens.


Pendant la campagne, le message que nous passions était qu’il fallait que l’on fasse plus de 10% pour peser, mais qu’ensuite on conclurait une alliance avec Hélène Mandroux pour le second tour. Elle, de son coté, acquiesçait. Au second tour, on va demander aux électeurs s’ils pensent qu’Hélène Mandroux a bien fait d’éjecter les Verts, et donc de dire aux 9000 personnes qui ont voté pour la liste de Jean-Louis Roumégas : « Vous ne m’intéressez pas ». Elle les place sur le même plan que les électeurs de Jacques Domergue. Ni eux, ni nos électeurs n’auront droit à la parole. C’est plutôt grave.

JPEG - 101.5 ko
Emmanuel Reynaud (à gauche) et les photographes de presse le 9 mars au soir


Quelles sont les conséquences pour vous, d’une entrée dans l’opposition ?


Nous avons toujours été pragmatique. Il n’y a pas d’opposition de principe à avoir. En revanche, en cas de désaccord avec la majorité, nous n’aurons pas de compromis à faire. Nos électeurs nous soutiennent. Il n’y aura pas de « vote utile », Hélène Mandroux a déjà gagné. Quand on est dans sa position, agir comme elle l’a fait avec nous est synonyme d’arrogance. En ce qui me concerne, je n’aimerai pas être dans la liste Mandroux à l’heure actuelle, avec ceux qui ont participé à l’éviction de l’écologie de la ville de Montpellier. Qui va nous protéger demain des promoteurs immobiliers ? Je ne vois pas ce que le MoDem de Dufour et le PCF peuvent apporter à cette ville.


Les Verts, ne sont pas là pour protéger des pâquerettes ! Nous avons un message fort qui concerne la planète, l’environnement, et donc les gens. Je ne comprends pas qu’elle abandonne l’écologie au profit d’une absence de projet pour la ville. Si on en croit la profession de foi de Mandroux, elle est pour l’emploi, pour le logement, pour l’environnement. C’est bien. Comme tout le monde en fait. Le seul message politique que délivre cette liste c’est : « Nous sommes les plus forts, donc on fait ce que l’on veut ! ».

« Nous avons un problème avec Georges Frêche »


Hélène Mandroux vous a proposé 4 sièges au conseil municipal, au final vous en visez 6 dont 2 accordé à la liste de Francis Viguié. Qu’est-ce que ça change ?


La politique ce n’est pas de la comptabilité ! Il est question de rester debout, on ne peut pas accepter n’importe quoi. Quand on est élu on représente des gens, en l’occurrence, les 9000 qui ont voté pour nous. Ils l’ont fait pour un projet et c’est pour celui-ci que l’on se bat. Si on ne pèse pas au sein d’une majorité, à quoi ça sert ? En étant dans l’opposition, on crée des lignes pour l’avenir. On sera là pour rappeler le message que les électeurs écologistes ont voulu faire passer.


On sera également là pour faire passer un message : « Nous avons un problème avec Georges Frêche ». Nous l’avons toujours dit. Ce message sera plus clair si on est dans l’opposition. Honnêtement, le traitement « Frêchiste » réservé à l’opposition, nous ne le souhaitons à personne. Ses méthodes sont presque dignes de la Stasi [1] ! Le principe c’est l’intimidation et la menace. Il n’y a aucune humanité dans sa façon de traiter les gens. Il faut admettre que les choses ne sont plus comme ça depuis Mandroux. Contrairement à Frêche, elle est humaine. Profondément.


Pourtant vous ne cessez de pointer sa « déloyauté »


Elle est mal entourée. On se demande qui tire les ficelles dans cette liste, elle s’est tellement contredite ! Elle n’a pas cessé de dire qu’elle voulait des verts. Je renvoie au PS les mots de Robert Navarro [2] : « Quand on veut vraiment un accord, on le trouve ».


Georges Frêche dit vouloir faire à Montpellier avec cette alliance qui va du PCF au MoDem un « Laboratoire d’un futur parti de gouvernement ». Pourquoi le fait-il sans les Verts ? C’est ne pas tenir compte des résultats ! Nous ne sommes pas une petite partie jetable de la gauche ! Nous notre propos n’est pas de faire que Montpellier soit aussi gros que Shangaï. Sans prétention, les verts veulent pouvoir peser sur l’avenir de la planète.

Notes

[1Police Politique de la RDA

[21er secrétaire de la fédération socialiste de l’Hérault

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Merci pour cette interview. Le ton est moins agressif envers Mandroux que celui de Roumégas mardi dernier. C’est quand même un beau gachi tout ça... A moins qu’au contraire cela donne aux électeurs de gauche un choix nouveau pour un second tour ? ;-)

    Voir en ligne : http://www.lepost.fr/perso/patrice/...

  • repondre message

    Le simple fait d’agiter l’épouvantail poussiéreux de la Stasi décrédibilise totalement ce parti politique. Pourquoi ne pas exhumer l’horrible spectre du camarade McCarthy par la même occasion ?

    Cordialement,

    LB, membre du comité anti chasse aux sorcières.

    (pour les tricards de cours d’Histoire du 20ème siècle, il est fait référence à Joseph, pas à Paul la performance)

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter