Nouvelle Orléans, geste symbolique ou machine à fric ?

Deux ans et demi après l’Ouragan

lundi 18/02/2008 - mis à jour le 17/06/2008 à 16h35

Chaque année, le All Star Weekend attire les foules. Cet événement, en plus d’être sportif, est surtout une vaste opération commerciale. David Stern, le big boss de la NBA l’a bien compris et ne fait pas les choses au hasard. Tout est mis en scène pour attirer le feu des projecteurs sur la ligue de basket nord américaine. Deux ans et demi après le passage de l’ouragan Katrina, cette édition 2008, organisée dans la capitale de la Louisiane avait donc pour théâtre la terrible tragédie.

Une blessure encore ouverte

Le 29 août 2005, vers 11 heures, heure locale, l’ouragan baptisé « Katrina » atteignait les côtes à proximité de la Nouvelle-Orléans et de Biloxi. Large de 40 kilomètres, avec des raffales de vent jusqu’à 280 km/h, le bilan est foudroyant : près de 1500 personnes tuées, dont 1000 sur le coup. Aujourd’hui, la région dévastée commence tout juste à se reconstruire. Après le drame, l’équipe de basket de la ville (les Hornets), tout comme les familles, ont du déménager. Direction Oklahoma city jusqu’à l’an dernier. Le weekend était donc placé sous le signe de la solidarité. Pj Brown, natif de la Nouvelle Orléans et ancien joueur des Hornets avait le premier tenté de mobiliser les bonnes volontés pour venir en aide à la ville. Cette fois-ci, toutes les plus grandes stars de la ligue étaient présentes afin de multiplier les « bonnes œuvres ».
Coup de main pour les travaux, visites de courtoisie, photos souvenir, le symbole est d’autant plus fort que bon nombre de joueurs NBA sont issus de milieux défavorisés comme les familles ayant subi l’ouragan. La musique, symbole de la ville, et le basket représentent un vecteur de réussite sociale important pour la population noire des Etats-Unis. L’événement était donc de taille et l’émotion au rendez-vous. A l’issue du week-end, David Stern a tenu à remercier les joueurs, « merci pour avoir permis de participer à la reconstruction de cette ville ».

JPEG - 312.9 ko

Chris Paul apporte un peu de bonheur aux jeunes de la ville

Un outil marketing de grande envergure

Tout comme le Superbowl en football américain, le All Star Game de basket génère un marketing et un abatage médiatique impressionnant. Pour les marques et les sponsors, il est inconcevable de passer a coté de cette mine d’or. Adidas prépare depuis des mois le "weekend des étoiles". L’an dernier, pour son premier All Star Game, organisé à Las Vegas, la marque avait fait installer des affiches et des maillots géants sur les façade des plus luxueux casinos. Cette année, thème de l’ouragan Katrina oblige, c’est le thème “Basketball is a Brotherhood” qui a été travaillé. Adidas est également en partenariat avec le programme de la Nouvelle Orléans de PeacePlayers International. Le concept est simple et efficace : 24 enfants de la ville ont pu rencontrer les joueurs durant le week-end. Enfin, la marque était également présente sur les maillots des matchs, les baskets, etc.
Trois jours chargés de solidarité, d’émotion et d’espoir. Lorsque l’on sait que cette fête du basketball est retransmise en direct sur tout le globe, on peut imaginer que les retombées économiques sont, elles aussi, de la partie.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter