OM- PSG : match reporté mais débordements assurés

lundi 26/10/2009

Des violences ont éclaté dimanche entre supporters parisiens et marseillais après l’annulation tardive du classico OM-PSG.

On avait appris vendredi que deux joueurs du PSG, Ludovic Giuly et Mamadou Sakho étaient porteurs du virus A(H1N1). Mais en écartant tout principe de précaution, la Ligue de Football Professionnel (LFP) avait décidé dans la foulée que le match devrait quand même être joué. Le classico OM-PSG aurait donc du avoir lieu dimanche soir au stade Vélodrome. Les joueurs, sous Tamiflu, ainsi que les supporters, dont plus de 2000 parisiens qui avaient fait le déplacement, étaient prêts à en découdre sur le terrain et dans les gradins.

Dimanche, tout bascule. Un troisième cas de grippe A est avéré, celui du milieu de terrain parisien Jérémy Clément. C’est à 14 heures seulement, soit sept heures avant la rencontre, que le président de la LFP, Fréderic Thiriez, décide de reporter le classico. Décision tardive qu’il a expliqué au micro de RMC hier : « La commission d’experts médicaux s’est réunie samedi et a estimé qu’avec seulement deux cas positifs, qui étaient à l’isolement, il n’y avait pas lieu de reporter ce match. La situation sanitaire a ensuite évolué avec un troisième cas. La commission s’est à nouveau réunie et a proposé le report du match.  »

Cette annulation de dernière minute a provoqué de violents affrontements dans la ville de Marseille, dans le quartier du vieux port et autour de la gare Saint Charles, entre plusieurs centaines de supporteurs du Paris Saint Germain et des marseillais. L’adjoint aux sports de la ville de Marseille, Richard Miron, a vivement condamné ces débordements en déclarant que « ce qui s’est s’est passé à Marseille est intolérable, inqualifiable. Quels sont les vrais enjeux ? Il y a une pandémie de grippe à contenir au niveau national, et je ne trouve pas que c’est en se mettant sur la figure que l’on va régler le problème. Je suis scandalisé que l’on n’arrive pas à cerner les enjeux, au nom de l’humanité. »

Même si la secrétaire d’État aux Sports, Rama Yade, a estimait dimanche que « l’heure est à la prévention, pas aux polémiques  », beaucoup critiquent la réaction trop lente de la LFP, qui aurait pu éviter les débordements en reportant le match samedi. Décision qui aurait annulé le déplacement de plusieurs milliers de supporteurs parisiens à Marseille. Reste à savoir quand ce match sera joué. La Ligue aura beaucoup de mal à trouver une date dans le calendrier surchargé, surtout avec les deux matchs de barrages que l’équipe de France devra jouer les 14 et 18 novembre prochains.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

3 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Mais au fond, de quoi parle t-on, de pandémie grippale ou de connerie épidémique, comme celle qui sévit à chaque rencontre entre les deux clubs sus-nommés ?

    Pandémie ou pas, match annulé ou maintenu, la connerie humaine continuera de sévir, comme ces hordes de fachos haletant dans les stades.

    Un Républicain.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter