Cinéma

Océans, une nouvelle odyssée des mers

dimanche 07/02/2010 - mis à jour le 03/03/2010 à 07h05

Jacques Perrin et son complice Jacques Cluzaud signent avec "Océans" une magnifique odyssée sous-marine. Après "Le Peuple migrateur", ils nous entraînent des banquises polaires aux tropiques pour nous faire redécouvrir les mystères des océans et de leurs créatures parfois connues, quelques fois étranges et souvent ignorées.

Entre tumultes et silence abyssal, laissez-vous embarquer par le dernier opus de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud. Ni documentaire, ni reportage animalier, c’est un véritable hymne au monde sous-marin, "un monde dont on ne soupçonne pas les mystères". Ils nous offrent un ballet tempétueux magnifié par la musique de Bruno Coulais, entre les cavalcades des dauphins, la grâce des méduses, le déploiement précieux d’une raie manta, les jeux des otaries, le chant des baleines, … Autant de héros que les deux acolytes ont mis sous les feux de leurs projecteurs : des acteurs parfois connus (les baleines à bosse, les cachalots, les requins) et d’autres plus étranges (le labre à tête de mouton, le poisson scorpion gingembre, le grondin volant), des acteurs presque irréels tant la caméra est proche et nous les rend accessibles. Les animaux nous regardent droit dans les yeux, à l’image de ces phoques de Weddell. Mille couleurs s’offrent au regard émerveillé du spectateur : coraux fluorescents, poissons et algues vives et chatoyantes. On croirait voir flotter une étoffe soyeuse aux teintes psychédéliques : ce n’est qu’une danseuse espagnole.

PDF - 17.9 Mo
Trombinoscope des espèces

Cependant, Jacques Perrin nous le rappelle : "il serait facile de se perdre dans l’immensité". Or, dans ce monde majestueux, les prédateurs ne sont pas absents, à l’image d’une horde d’oiseaux frégates attaquant et torpillant des bébés tortues à peine émergés du sable. Prédateurs parmi lesquels l’Homme n’est pas le moindre. Sans vouloir être moralisateur, Océans nous rappelle les conséquences sur les fonds marins de la présence humaine : "la trace du génie humain souille". Et Perrin de questionner : "combien d’espèces avons nous fait disparaître ? Combien sont en voie de disparition ? Combien sont menacées ?" . On peut se poser cette question lorsque l’on voit un phoque aux côtés d’un caddie au milieu d’une pollution envahissant tout son territoire.

Il est aussi important de rappeler quelques chiffres au sujet de ce film : 8 ans de travail en lien constant avec des biologistes du monde entier, 4 ans de tournage, 12 équipes, 75 expéditions sur 54 sites, près de 500 heures d’images. Les techniques les plus modernes ont été utilisées : caméras équipées d’un système de gyrostabilisation placées à bord d’une torpille, embarquées à bord d’un mini-hélicoptère ultra-silencieux… Pour les prises de vue nocturnes, un nouveau procédé imitant le clair de lune a été mis au point. Un système de sonorisation capable de restituer les bruits sous-marins : la symphonie de la houle, le chant des phoques, les crépitements émis par le plancton et les crevettes... a aussi été utilisé.

PDF - 6.5 Mo
Planisphère, lieux du tournage

Enfin, comment parler du dernier opus de Jacques Perrin et de Jacques Cluzaud sans évoquer le Commandant Cousteau ? Jacques-Yves Cousteau qui, pendant plus de cinquante ans, a parcouru les mers du monde entier et réalisé 144 films. De Par dix-huit mètres de fond (1942) aux Promesses de la mer (1997) en passant par Le Monde du silence (1955) pour lequel il a reçu une Palme d’Or à Cannes, ses documentaires ont fait connaître à un large public les mystères d’un monde sous-marin jusque là quasiment inaccessible. Ses films ont favorisé une prise de conscience sur la fragilité du milieu marin et ont sensibilisé et responsabilisé chacun au respect et à la protection de l’environnement. La diversité des espèces est, en effet, indispensable à notre propre existence. Le Commandant Cousteau nous a fait rêver enfant. Aujourd’hui, Jacques Perrin poursuit l’œuvre de l’explorateur au bonnet rouge.

A l’heure, où l’écologie est devenue une mode, il est nécessaire de voir ce genre de films qui rappellent la fragilité de notre planète et l’urgence de la défendre. Pour les générations futures.

Julie DERACHE

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

5 réactions

Réagissez

  • Océans, une nouvelle odyssée des mers

    8 février 2010 10:55, par Marie G

    repondre message

    Tout le monde ne peu devenir Cousteau ce grand homme carismatique , qui àdit un jour àun journaliste " qu’il ne pourrait jamais être heureux aprés avoir vu un enfant disputer un os avec un chien !!!des gens parlent en son nom mais lui n’est plus làet je crois que sa fondation àpris un autre tournant. La pétition des Générations future àété portée àL’ONU par un bénévole Pierre Chastan qui ne supportai pas de voir le travail du commendant innachevé , que faisait la fondation ? Il faut préserver les Océans , La Terre nouriciére , mais nous ne sommes pas forcément prét àça .
    Des tonnes de matériels ont été transportés pour la ferme en afrique " grande émission culturelle d’aprés certains " alors combien de pollution pour ce faire , pour promouvoir la connerie ambulente.
    Bravo àFrancis Perrin qui avec toute sa finesse nous montre de belles images.
    Ps : Les oies de sont autre filme ont été tuées dans le parc où elles avaient un repos bien mérité doc une autre question où va s’arreter la connerie humaine et la barberie dans ce monde.
    Marie G.

    • repondre message

      Marie G président !!

    • repondre message

      Heu... Francis Perrin a plutôt tourné dans "Têtes àclaques", "Le Roi des cons" ou "ça n’arrive qu’àmoi"... Ce n’est pas la même finesse...

    • Océans, une nouvelle odyssée des mers 21 décembre 2010 21:47, par Pierre chastan

      repondre message

      Je partage évidemment ce commentaire très pertinent et très bien informé. J’ETAIS le bénévole de l’Equipe Cousteau qui qui a porté la pétition "pour les droits des générations à l’ONU à bord de Message, mon voilier et compagnon de route.

  • repondre message

    Vous évoquez Cousteau :
    Une dépêche AFP très récente informe que : " Le service Google Earth offre dorénavant la possibilité aux internautes de plonger dans les fonds marins comme "Jacques-Yves Cousteau" ou d’observer les ruines de villes européennes bombardées au cours de la Seconde guerre mondiale. Google a ajouté des images des océans et de la Seconde guerre mondiale à son atlas en ligne gratuit et interactif... Les internautes pourront aussi faire un tour des fonds marins commenté par la célèbre océanographe du National Geographic Sylvia Earle. "Tout le monde peut devenir (Jacques-Yves) Cousteau", a déclaré Jenifer Austin Foulkes, une des responsables de produits de Google, en référence à l’explorateur des mers français."

    Est-ce positif ou négatif ? Telle est la question ...

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter