Tournoi des VI Nations 2011

Pas de Grand Chelem pour le XV de France

samedi 26/02/2011 - mis à jour le 27/02/2011 à 02h10

Le traditionnel “crunch” est connu pour déterminer le grand favori du Tournoi des VI Nations. L’Angleterre comme la France, sorties victorieuses des premiers matchs, savent que la rencontre est décisive. Et en ce 26 février 2011, les Anglais s’envolent vers le titre tandis que le XV de France reste au sol, à regretter ses erreurs. Retour sur un match pavé d’occasions manquées.

Un match à Twickenham a toujours une saveur particulière pour les Bleus. La dernière, en 2009, leur a laissé un goût amer dans les protège-dents : 34-10, une défaite sans appel. « Une sainte trouille peut fédérer le groupe », espère Fabien Galthié avant le coup d’envoi. Sans oublier que le XV de France, vainqueur du Grand Chelem en 2010, défend actuellement son titre.

Après six essais encaissés depuis le début du Tournoi et un manque cruel de concrétisation des temps forts, l’entraîneur Marc Lièvremont est conscient de l’enjeu du match : « Nous avons l’occasion de toucher le jackpot et payer l’ardoise accumulée depuis des mois. » [1] Mais l’équipe d’Angleterre, impériale devant le Pays de Galles et sans pitié face aux Italiens, n’a pas facilité la tâche du XV de France.

Les Anglais agissent, les Français réagissent

Si la France ouvre le match, l’entame est anglaise : l’équipe de Martin Johnson vole une touche et une mêlée aux Bleus avant de laisser Toby Flood ouvrir le score par une pénalité. Œil pour œil, dent pour dent. Imanol Harinordoquy et le capitaine Thierry Dusautoir mettent la pression sur la défense du XV de la Rose et permettent à Dimitri Yachvili de rendre la monnaie de sa pièce au jeune demi d’ouverture.

Au son du “Sweet Chariot” et de la “Marseillaise”, le match s’équilibre tant au niveau des belles constructions offensives que des fautes de mains et autres erreurs tactiques. À un hors-jeu de Yannick Jauzion, rappelé sous les drapeaux pour disputer son premier match dans le Tournoi, répond une passe mal ajustée de l’arrière Ben Foden ou une mauvaise lecture du jeu de Ben Youngs.

Avec la sortie sur blessure du n°1 Andrew Sheridan, l’Angleterre entre dans son premier temps faible que les Bleus n’ont pas su exploité. La mêlée se renforce, le Montpelliérain François Trinh-Duc enchaîne un jeu au pied appliqué sans que ses coéquipiers parviennent à concrétiser ce temps fort. Même un ballon arraché à l’ennemi par Lionel Nallet n’engage pas le jeu côté français. La première mi-temps s’achève sur une pénalité ratée de Yachvili et un score nul : 9-9

De longues et terribles minutes pour les Bleus

DR/Clément Guillaume {JPEG}Il a suffit de dix minutes à Martin Johnson pour remobiliser ses troupes. De retour sur le terrain, le XV de la Rose ne laisse aucune chance aux Bleus : Tom Palmer contre un dégagement de Yachvili et offre à son équipe une mêlée à 5 mètres. Face à un XV de France qui n’assure pas ses plaquages, Flood et le trois-quarts aile Cueto offrent à Foden l’occasion de passer derrière les perches françaises, comme au Stade de France l’an passé.

Même non-transformé, l’essai anglais annonce un changement de rythme et de longues et terribles minutes pour les hommes de Lièvremont : un poteau sortant pour une pénalité de Yachvili, un drop de Trinh-Duc contré (le joueur se blesse à la cheville gauche sur cette action, il est remplacé par Alexis Palisson) et le “clou du cauchemar”, un mauvais rebond derrière la ligne d’en-but anglaise prive Aurélien Rougerie d’un essai.

Le coaching de Marc Lièvremont, qui redonne par exemple son poste à Morgan Parra à la 60e minute, n’y change rien. En revanche, celui de Martin Johnson, plus assuré dans ses choix, confirme sa tactique : associer les jeunes joueurs aux anciens afin de cadrer les temps forts de fin de match. Jonny Wilkinson fait son entrée sous les applaudissements enjoués de Twickenham et réussit d’emblée une pénalité. Ces trois points pour son équipe lui permettent de repasser devant Dan Carter (joueur des All Blacks) et de redevenir le meilleur buteur au monde (avec 1 890 points !).

Incapables de percer le rideau défensif anglais par un manque de soutien sur les zones de plaquage et les mouvements offensifs, les Bleus ne peuvent que suivre le rythme imposé par le XV de la Rose. Ils s’inclinent sur un score loin d’être catastrophique (17-9) mais assez significatif pour semer le doute au sein du staff. Les erreurs de défense sont-elles individuelles ou systémiques ? Auraient-ils gagné si Médard, blessé à l’entrainement, avait été sur le terrain ? Une série de question auxquelles Marc Lièvremont devra répondre en ayant non pas le Tournoi, mais le Mondial en tête...

Résultats : 17 - 9 (9 - 9 à la mi-temps)

- Angleterre : pénalités de Flood (5e, 13e, 18e), essai de Foden non-transformé (41e), pénalité de Wilkinson (53e)

- France : pénalités de Yachvili (7e, 19e, 22e)

Fiches des joueurs et autres informations sur le Tournoi disponibles sur rugbyrama.fr

Notes

[1Déclaration d’avant-match sur France 2

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • Pas de Grand Chelem pour le XV de France

    5 mars 2011 23:17, par Franck

    repondre message

    Article fort intéressant malgré le résultat final !!! Style agréable. Dommage que le chapeau laisse apparaître un "et" inutile...

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter