Dossier l’après-Frêche

Quel héritier à Georges Frêche ?

vendredi 04/03/2011

La succession de Georges Frêche dans le monde politique socialiste pose un certain nombre de questions. L’une d’elles concerne son héritage direct. Aujourd’hui, plusieurs de ses proches tentent de se positionner comme successeur de "l’Empereur de Septimanie". Présentation de quatre d’entre eux.

Christian Bourquin

PNG

Conseiller général des Pyrénées-Orientales en 1994 et président de 1998 à 2010. Le 10 novembre 2010, suite au décès de Georges Frêche, il devient le président du conseil régional du Languedoc-Roussillon. Il est élu avec 44 voix sur 67 possibles pour un mandat allant jusqu’en 2014. Proche depuis ses débuts de Georges Frêche, il est pour l’instant toujours exclu du Parti Socialiste. Le 8 novembre 2010, Christian Bourquin a été condamné par la cour d’appel d’Aix-en-Provence à une amende de 5 000 euros pour une affaire de minoration de comptes de campagne.

Jean-Pierre Moure

PNG

Maire de Cournonsec et conseiller général de l’Hérault, il devient, le 2 décembre 2010, le nouveau président de la Communauté d’Agglomération de Montpellier, suite au décès de Georges Frêche. Il souhaite poursuivre la politique de son prédécesseur tout en y ajoutant sa touche personnelle. Lui aussi exclu du PS, il espère réintégrer rapidement le groupe socialiste, avec en ligne de mire les législatives de 2012. Pour cela, il s’écarte peu à peu de Navarro et de Bourquin qui apparaissent comme les derniers “héritiers” d’un “Frêchisme” à l’ancienne.

Robert Navarro

PNG

Sénateur depuis le 21 septembre 2008 et membre de la commission des affaires économiques et de la délégation parlementaire de l’Union Européenne. Précédemment, il était agent de maîtrise à la SNCF où il a été responsable syndical de 1983 à 1989. Actuellement, il est le premier vice-président du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon en charge des transports. Aux côtés de Georges Frêche, ainsi que Christian Bourquin et Jean-Pierre Mourre, il fait partie des 58 exclus du PS. Premier secrétaire de la fédération socialiste de l’Hérault de 1990 à 2010, il est désormais dans le viseur du bureau national pour sa gestion opaque. Selon Jacques Molénat, une candidature aux prochaines municipales de Montpellier est envisageable.

Frédéric Bort

PNG

Directeur de cabinet de Georges Frêche pendant les élections régionales de 2010, il s’est fait connaitre du grand public grâce au film Le Président d’Yves Jeuland. Pas forcément à son avantage, il montre la politique comme un univers où le mensonge est roi. Véritable orphelin depuis la mort de son mentor, il est aujourd’hui directeur de cabinet du maire de Narbonne. C’est un des grands perdants de la succession de Georges Frêche : il a été évincé de celle-ci.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter