RD Congo : le conflit sans fin du Nord-Kivu

jeudi 04/12/2008

A lire aussi

Après un accord de paix signé en janvier 2008, la région du Nord-Kivu, à l’est du Congo et frontalière du Rwanda, est de nouveau à feu et à sang depuis la fin du mois d’août 2008.

Depuis son indépendance en 1960, le Congo-Kinshasa est passé de conflits en conflits, de massacres en massacres. Après deux guerres (1996-1997 et 1998-2002) et les fortes répercussions du génocide du Rwanda voisin [1], les tensions réanimées par la rébellion de l’ex-général de l’armée congolaise Laurent Nkunda paraissent insolvables.

Trois acteurs s’opposent…

- Les rebelles Tutsis congolais du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP) menés par le général déchu Laurent Nkunda. Il estime que la population Tutsie est menacée par la présence sur le territoire de Hutus Rwandais et accuse le gouvernement de protéger ses ennemis.
- L’armée régulière congolaise appelée Forces Armées de République Démocratique du Congo (FARDC). Le gouvernement accuse le Rwanda de soutenir la rébellion de Nkunda, craignant que les Hutus Rwandais ne tentent de reconquérir le pouvoir de Kigali. L’armée est soutenue par l’ONU à travers la mission de la paix MONUC (Mission de l’ONU en RD Congo) [2]
- Les rebelles Hutus rwandais composent l’essentiel des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR). Dans leurs rangs se trouvent des génocidaires de 1994. Les FDLR réclament la possibilité de rentrer au Rwanda et l’intégration de certains d’entre eux dans l’administration.

… dans un combat à entrées multiples

Déplacements de milliers de personnes, violences sexuelles institutionnalisées, pillages, la situation humanitaire et sécuritaire est plus qu’instable. Des cessez-le-feu sont régulièrement décrétés, peu souvent respectés. Les causes du conflit sont multiples. Conflit ethnique bien sûr, il est aussi économique. La région possède de nombreuses richesses minières au centre des préoccupations de tous. Selon l’ONG « Global Witness », le CNDP de Nkunda se bat pour conserver sa mainmise sur la mine de coltan qui serait la principale source de financement de ce mouvement.

Les gentils contre les méchants ?

Il faut souligner l’attitude discutable qu’ont eu tous les acteurs des tensions. Si Rama Yade, secrétaire d’État auprès du Ministre des Affaires Étrangères, en déplacement en RDC le 30 novembre, a réaffirmé le soutien de la France au Président congolais Joseph Kabila, reste que le personnage est discutable. Le président Kabila est, en effet, accusé par l’association Human Right Watch d’avoir fait exécuter plus de 500 opposants en deux ans. Les casques bleus de la mission MONUC, loin d’une image héroïque, ont été accusés de trafics d’or et d’armes avec les rebelles. Pour finir, l’armée régulière s’est révélée être à l’origine de « pillages et d’exactions » contre la population civile dans le Nord Kivu…

Le rôle de l’Europe ?

Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU a lui-même demandé à l’Union Européenne de dépêcher sur place une force intérimaire en attendant l’arrivée de 3000 casques bleus supplémentaires. La Belgique, à travers son ministre des affaires Étrangères Karel De Gucht, s’est dite prête à envoyer des forces au Congo. Toutefois, ne s’estimant pas assez « forte », elle a rejeté la possibilité de conduire une opération sur place. Les autres pays européens sont pour le moins réservés sur cette éventualité. Javier Solana, haut représentant de l’Union Européenne pour la Politique Étrangère et de Sécurité Commune (PESC) a annoncé le 3 décembre que l’envoi d’une force européenne en RDC n’était pas à l’ordre du jour.

Nkunda veut des pourparlers…

L’ancien président nigérian et émissaire de l’ONU Olusegun Obasanjo a rencontré le président Kabila et Laurent Nkunda les 14 et 16 novembre. Depuis, les combats ont majoritairement cessé et les rebelles de Nkunda se sont retirés de certaines villes, arguant vouloir favoriser un climat de négociations. Des casques bleus ont confirmé que les rebelles s’étaient retirés d’Ishasha dont ils avaient pris le contrôle le 27 novembre.
L’actuelle position de médiateur d’Obasanjo pourrait aider à établir de véritables négociations. A suivre…

Notes

[11994 : Au lendemain du génocide rwandais, plus d’un million de Hutus se réfugie dans l’est de la République Démocratique du Congo, ex-Zaïre, fuyant l’avancée du Front patriotique rwandais (à majorité Tutsi) qui prend le pouvoir à Kigali. L’opération Turquoise, menée par la France et censée sauver les Tutsis du génocide, a surtout permis à l’armée, au gouvernement intérimaire et aux génocidaires de fuir au Zaïre. Leur installation au Kivu fera peser une menace continuelle sur le nouveau régime rwandais

[217000 casques bleus actuellement. 3000 soldats supplémentaires ont été demandés par Ban Ki-moon

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • RD Congo : le conflit sans fin du Nord-Kivu

    5 décembre 2008 15:54, par FOUCHER

    repondre message

    Selon une dépêche d’agence Belga, le coltan congolais a rapporté 250 millions de dollars au Rwanda

    Le commerce illicite du coltan congolais a rapporté au Rwanda environ 250 millions de dollars américains de 1998 à 2000, indique une enquête de l’Observatoire des ressources naturelles en Afrique australe (SARW), citée par l’agence de presse associée (APA), reçue jeudi à Bruxelles.

    Ce rapport a été rédigé par des experts congolais qui ont récolté au cours de dix premiers mois de l’année 2008 des éléments de terrain sur l’exploitation du coltan dans les Kivu, a expliqué le responsable administratif du SARW, Georges Bokungu.

    "Les experts étaient descendus dans les carrières minières. Ils ont sillonné tous les coins des frontières avec les pays voisins de la RDC (République démocratique du Congo). Ils ont assisté à l’exploitation et à la circulation de ces minerais en voyant même comment ils sont commercialisés. Il y a beaucoup de comptoirs au Congo tenus par de Congolais, mais financés par des étrangers, des Rwandais particulièrement", a-t-il précisé.

    L’envoyé spécial du président Paul Kagame pour les Grands Lacs, Joseph Mutaboba, contacté par la radio onusienne Okapi, a déclaré tout ignorer de ce rapport. Le coltan, ou colombo-tantalite, est un minerai de grande valeur entrant dans la composition d’alliages utilisés dans la téléphonie mobile, l’industrie de l’armement et l’aéronautique. La RDC, parfois qualifiée de "scandale géologique" en raison de ses richesses, recèle 34% des réserves mondiales connues. (belga/th)

    04/12/08 16h17

    Si on considère que la guerre - déclenchée par le FPR en 1990 et conduite depuis avec détermination par ce même FPR - a fait au bas mot quelques 5 millions de victimes(estimation basse), cela vous met le cadavre rwando-congolais aux environs de 50 dollars, soit le prix d’une kalachnikov ...........qui a été offerte par ceux qui ont acheté au Rwanda ce coltan volé et qui ont gagné beaucoup plus d’argent....toujours en dollars !

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter