« Réflexions du camarade Fidel »

Le Lider maximo renonce au devant de la scène

mardi 19/02/2008

Elu député, ce qui lui permettait de briguer le poste de chef d’Etat, Fidel Castro a annoncé qu’il se retirait du devant de la scène. Après de long mois d’incertitude quant à son retour à la tête du pouvoir, c’est une période de l’histoire cubaine qui s’achève officiellement. HautCourant vous a traduit des extraits du « message du commandant en chef » publié par le quotidien du parti communiste cubain, Granma le 18 février 2008. Castro y explique que sa santé ne lui permet plus « d’aspirer au poste de chef d’Etat » et qu’il continuera à se consacrer à l’écriture comme « soldat des idées ».

« Mes chers compatriotes,

[…] Le moment de postuler et d’élire le Conseil d’Etat, son président, ses vice-présidents et secrétaires, est arrivé.
J’ai occupé l’honorable charge de Président depuis de nombreuses années (ndlr : depuis 1976). […] Avant, j’avais exercé au poste de Premier Ministre pendant près de 18 ans. J’ai toujours disposé des prérogatives nécessaires à l’instauration de l’œuvre révolutionnaire avec l’appui de l’immense majorité du peuple.
Connaissant mon état de santé, beaucoup de gens à l’étranger pensaient que mon retrait provisoire de la charge de président du Conseil d’Etat, le 31 juillet 2006, que j’ai laissée entre les mains du premier vice-président, Raul Castro, serait définitif. Raul lui-même, qui occupe en outre le poste de ministre des forces armées révolutionnaires par son mérite personnel, et les autres camarades de la direction du Parti et de l’Etat ont été réticents à me considérer écarté de mes charges, en dépit de mon état de santé précaire.

Cette position était inconfortable face à un ennemi qui a fait tout ce qui était imaginable pour se débarasser de moi. Je n’avais aucune envie de lui donner satisfaction.

JPEG - 52.2 ko

La page du quotidien Granma où a été publié le "message du Commandant en Chef"

[…] D’autre part, j’ai toujours eu le souci, en parlant de ma santé, d’éviter les désillusions apportées par des informations traumatisant notre peuple au milieu de la bataille. Le préparer à mon absence, psychologiquement et politiquement, était mon obligation première après tant d’années de lutte.

[…] Mon désir a toujours été d’accomplir mon devoir jusqu’à mon dernier souffle. C’est ce que je peux offrir.
A mes chers compatriotes, qui m’ont fait l’immense honneur de m’élire il y a quelques jours comme membre du Parlement […], je vous communique que je n’aspirerai ni n’accepterai, je le répète, je n’aspirerai ni n’accepterai la fonction de président du Conseil d’Etat et de Commandant en chef.

[…] Le chemin sera difficile et requerra l’effort intelligent de tous. Je me méfie des chemins faciles de l’apologétique, et de l’autoflagellation, son contraire. Il faut toujours se préparer pour la pire des possibilités. Etre aussi prudents dans la réussite que fermes dans l’adversité est un principe à ne pas oublier. L’adversaire à battre est extrêmement fort mais nous sommes parvenus à le tenir à distance pendant un demi siècle.

Je ne vous fais pas mes adieux. Je souhaite seulement combattre comme un soldat des idées. Je continuerai d’écrire sous le titre « Réflexions du camarade Fidel ». Ce sera une arme de plus dans l’arsenal avec laquelle il faudra compter. Peut-être ma voix est-elle écoutée. Je serai prudent. »

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • ...

    9 mars 2008 04:09, par zita

    repondre message

    Bon, et bien je vois que tu connais bien ton sujet, tu t’es bien renseigné avant.
    Donc voila, mon premier commentaire sur HautCourant !!!!!!!
    Bizoux a tout les trois :)

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter