Réseaux sociaux : bonne ou mauvaise idée ?

vendredi 08/08/2008

Facebook, Myspace, Viadeo... Nombreux sont les réseaux sociaux, et nombreux sont les inscrits. Au delà de l’effet de mode, sont-ils vraiment utiles ?

Plus qu’une utilité, une nécessité

Il existe une multitude de réseaux sociaux électroniques (RSE) ayant des fonctions différentes. En ce qui concerne les réseaux d’affaire, ils permettent de dénicher des partenaires, des clients, des fournisseurs, des profils de candidats à recruter ou au contraire des employeurs. D’après une enquête conduite par le moteur de recherche d’emploi Keljob.com, 70% des français considèrent les RSE comme un bon moyen de faciliter leur recherche d’emploi. Un des réseau francophone les plus important est Viadeo. Ce genre de réseau est très efficace, plus que des sites du genre Monster.

Il en est de même pour ceux du type Myspace qui sont devenus des viviers de jeunes artistes. Pour les internautes, cela permet aussi de découvrir autre chose que ce qu’on nous impose à la TV et à la radio, de s’ouvrir sur l’extérieur.
Serait-il possible d’avoir autant de contacts sans les RSE ? Vu qu’énormément de gens sont sur Facebook, ne pas y être peut même être un handicap, et des irréductibles ont fini par s’inscrire.
Il en est de même pour les RSE de rencontre, tels Meetic. Il est formidable de pouvoir rencontrer des gens qu’on aurait jamais croisé dans la vrai vie, faute de fréquenter les mêmes lieux. Les RSE sont une ouverture au monde et aux autres qui abolissent les frontières géographiques, cociales et psychologiques.

Une stratégie à risque

Cet étalement de la vie privée et professionnelle devant tous les internautes n’est pas sans risque. Alexandre Liénard, directeur de Bucephale Consulting, cabinet spécialisé en intelligence économique, renseignement d’affaire et contre-espionnage industriel, met en garde les entreprises contre les RSE d’affaire (viadeo, openbc...) et conseil des discutions en interne afin de définir des règles d’utilisation. Car avec ces réseaux, les entreprises risquent des débauchages, des pseudo-recrutements, des fausses rumeurs et de l’espionnage industriel. « Certains cabinets offensifs de renseignements privés utilisent de manière quasi-systématique les RSE afin de prendre les premiers renseignements sur des personnes pouvant parler de sujets ou entreprises qui les intéressent » explique Alexandre Liénard.

Ce monde qu’est devenu internet avec tous les RSE multiples et inimaginables, les forums, les mondes parallèles tel Second Life, finit par créer un terrain où il peut se passer beaucoup de choses, qui n’est pas encore bien contrôlé et qui prendra encore une autre dimension avec le Web 3.0. C’est le problème de la cyber-criminalité qui finit par en découler.
Pour Franck Bulingue, directeur scientifique du Master spécialisé en Intelligence économique, « au-delà du phénomène de réseaux, se pose désormais la question des nébuleuses Internet, méta-réseaux virtuels ou mondes parallèles dans lesquels pourraient se livrer, si ce n’est déjà le cas, les prochaines batailles de l’information ». Il ajoute « Les enjeux sont d’importance et les risques énormes : sectes, mafia, islamistes et autres prédateurs pourront y recruter activement leur troupe ».

En ce qui concerne les RSE de rencontre, type Meetic, il est souvent mis en avant le risque de tomber sur des gens peu fréquentables. Mais ce risque n’est pas différent de la vie réelle : ce n‘est pas en discutant 20 minutes avec quelqu’un rencontré à une soirée qu’on le connaît.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

3 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Article certes très intéressant. Dommage que la crédibilité des personnes interviewées ne soit pas verifiée. En effet "Bucephale Consulting" propose (entre autre) des formations à distance contre payement d’une somme relativement importante, qui une fois payée, ne débouche sur rien en retour. Ensuite on essaye de contacter l’entreprise pour savoir ce qu’il en est et bien entendu : silence absolu. Heureux de constater que les dirigeants sont fort heureusement toujours vivants, ce qui m’amène à relancer mes procédures de remboursements des frais et prestations non livrées.

    Encore merci pour votre aide !

  • Réseaux sociaux : bonne ou mauvaise idée ?

    9 août 2008 20:45, par Walif

    repondre message

    Je partage tout a fait les propos avancés, ceci dit pour tout outil il faut savoir comment tiré les bonnes choses mai aussi se prémunir contre les risques majeurs.

    Une communication interne claire et transparente, un dialogue ouvert et réciproque pourront être les moyens pour sensibiliser les collaborateurs d’une entreprise aux risques qu’il peuvent courir en communiquant trop sur des éléments sensibles

    • Réseaux sociaux : bonne ou mauvaise idée ? 14 août 2008 01:19, par Philippe aka "Simon papa tara" Seguin

      repondre message

      Euh Brice Lalonde me signale que le degré de corrosivité du message précédent est de magnitude 4x4 sur l’échelle à bobos. Un sacré trou donc ! euh pardon Dominique.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter