Sanofi : préparez le prozac !

vendredi 19/10/2012

Les négociations coincent entre dirigeants et syndicats de l’entreprise Sanofi, cador de l’industrie pharmaceutique mondiale. À l’origine du contentieux, un projet de restructuration de l’entreprise sur le sol français. 914 postes sont menacés à l’horizon 2015 et plus encore à l’avenir selon les syndicats.

« On a affaire à une stratégie purement financière »

Tous vêtus d’une blouse blanche, arborant différents slogans tels que : « Sanofi, à qui le tour ? » reprenant la célèbre phrase de la Française des Jeux, les chercheurs de Sanofi étaient près de 700 (source syndicats) à défiler dans les rues de Montpellier, la semaine dernière à l’occasion des « jeudis de la colère » [1]. Cela dans le but de lutter contre le projet de restructuration de l’entreprise annoncé le 7 juillet dernier. Le congrès du canceropôle était également une bonne occasion pour les salariés de Toulouse de rencontrer et partager leurs craintes avec leurs homologues montpelliérains. Leurs revendications sont claires : suppression pure et simple du projet qui n’a, selon eux, que des visées financières et qui menace, à terme, la recherche en France. 914 postes (voire entre 1600 et 2400 pour les syndicats) seraient menacés sur le territoire dont 600 à Toulouse qui semble être le site le plus touché pas le plan. «  C’est une stratégie purement financière qui prévoit de reverser jusqu’à 50% des bénéfices colossaux de l’entreprise aux actionnaires ! » nous confie Denis Murat du syndicat Sudchimie. On peut, en effet, s’interroger sur l’intérêt d’un tel plan alors que Sanofi enregistre des bénéfices record de 8.8 milliards d’Euros l’année passée (source Le Point [2]). Le groupe est aujourd’hui en passe de devenir la première entreprise française en bourse, devant le géant Total. Les syndicats déplorent notamment l’absence de réelle stratégie d’investissement et la dégradation de la recherche engendrée par ce plan. Le cabinet d’expertise Syndex avait révélé lors d’une enquête menée en mars que la stratégie du groupe Sanofi s’axait vers la finance alors que d’autres solutions étaient possibles.

Autre problème du projet selon les syndicats : l’externalisation d’une partie de la recherche à des start-up voire au service public, ce qui dégraderait davantage la qualité de la recherche pharmaceutique. « De plus, Sanofi refuse de négocier précisément sur les livres 1 et 2 [3] , alors que nous avons tout l’argumentaire pour leur répondre. » ajoute Denis Murat «  Ils veulent négocier tout en même temps et nous ne sommes pas d’accord » conclut-il.

« Pas de licenciements secs. »

La direction de Sanofi annonce quant à elle qu’il n’y aura « pas de licenciements secs » mais uniquement des départs volontaires et que le site de Toulouse ne serait pas touché hormis le secteur infectiologie. Des affirmations dont nous n’avons pu nous procurer les détails puisque l’entreprise n’a pas souhaité répondre à nos questions. Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, qui traîne déjà les boulets des plans sociaux chez Arcelor, Petroplus, PSA ou Carrefour, pour ne citer qu’eux, se contente de cette annonce faite par l’entreprise alors qu’il semblait fermement opposé au projet à la mi-septembre. Reste dorénavant à savoir si les syndicats et la direction parviendront à trouver un terrain d’entente, ce qui est encore loin d’être assuré.

Notes

[1Rassemblements qui se tenaient habituellement devant les laboratoires Sanofi chaque jeudi et qui regroupaient entre 200 et 300 personnes.

[3Les livres 1 et 2 rendent compte, poste par poste, des projets de licenciements de Sanofi.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • Sanofi : préparez le prozac !

    23 octobre 2012 06:30, par Raphus Cucullatus

    repondre message

    Vous savez que Prozac est une marque déposée d’Eli Lilly, concurrent direct américain de Sanofi (Aventis), qui a le bonheur de produire ses pilules en France même si la recherche se fait à l’étranger.

    Et bon, une restructuration et un déplacement d’un pôle du groupe du Sud de la France pour être regroupé vers l’Ile de France, ça relève aussi beaucoup de stratégie industrielle. Cet article qui donne largement la parole aux syndicats et qui est très alarmiste en ce qui concerne les potentiels licenciements (plutôt que de parler de reclassements dans le groupe Sanofi, et ses modalités. A-t-on proposé aux salariés des reclassements pour faire des médicaments génériques en Inde, par exemple ?) pourrait essayer d’être un peu plus neutre.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter