Sommet de l’OTAN à Lisbonne :Le Mouvement de la paix renforce son opposition

jeudi 25/11/2010

Ce week-end, les pays membres de l’OTAN se sont réunis à Lisbonne pour trouver un accord sur le retrait des troupes en Afghanistan. En marge de ce sommet, une coordination de mouvements pacifistes et anti-nucléaires de tous les continents se sont mobilisés pour faire entendre leur voix. Le Mouvement de la paix, qui est une ONG française en faveur du désarmement nucléaire était présent. A cette occasion, son représentant, Roland Nivet, membre du bureau de Rennes et présent au Portugal a accepté de répondre à nos questions à l’issue de ces réunions.

-Pour quelles raisons êtes-vous allé au contre-sommet de l’OTAN ce week-end à Lisbonne ?

Le mouvement de la paix a toujours été contre l’OTAN et l’entrée de la France dans cette organisation n’a fait que renforcer cette conviction. Le sommet de l’OTAN, c’est d’abord l’officialisation de la mise en place du bouclier anti-missiles. Et le mouvement de la paix veut exprimer son opposition à ce projet à travers ce contre-sommet. Pour l’ONG, c’est un prétexte pour faire admettre des actions illégales au niveau mondial. Par ailleurs, il a été question du financement du bouclier anti-missiles. Ce projet date de l’ère Reagan avec l’idée de guerre technologique et certains militaires sont d’accord pour dire que c’est inutile.

-Quelles peuvent être les conséquences de ce genre de projet selon vous ?

Cela peut entraîner une sanctuarisation de certains territoires et une augmentation des dépenses militaires destinées à financer des nouvelles stratégies de défense alors que les pays pauvres ne pourront pas en profiter. Mais cette question est à replacer dans le débat sur la paix et la sécurité des peuples, notamment pour les pays du Sud.

-Quelles ont été les actions du mouvement de coordination pour le contre-sommet ?

Les actions se sont principalement déroulées à deux niveaux. Il y a d’abord eu une conférence réunissant 200 personnes, représentants d’une vingtaine de pays différents. Lors de cette réunion, les principales organisations ont effectué une analyse des textes officiels et à l’issue de ce premier travail, chaque groupe a donné son point de vue. À côté de ces “workshops”, des manifestations et des actions de résistance non-violentes ont été organisées. Ce sont principalement des actions symboliques, mais elles n’ont pas eu beaucoup de succès sur le plan médiatique. Il faut néanmoins rappeler que les autorités portugaises ont arrêtés 200 personnes à la frontière avec l’Espagne. Il y a eu également des manifestations avant le week-end organisées par le PC portugais, des délégations internationales et des groupes anarchistes, mais aucunes forces politiques majeures affiliées à la gauche ou la droite portugaise étaient présentes.

-A partir de ce travail d’analyse effectué au cours du week-end quels ont été les principaux thèmes abordés lors de cette réunion non-conventionnelle ?

Les groupes de personnes ont travaillé sur des thèmes comme l’OTAN et le
développement, le lobbying, les complexes militaro-industriels, l’OTAN et l’Amérique du Sud et l’OTAN et l’Europe.

- Quelles sont les leçons et le bilan que vous allez tirer de ce week-end de mobilisation ?

Le bilan est assez mitigé. Nous sommes contents de l’avoir fait, mais la mobilisation est insuffisante sur le plan international. Il faut travailler à une meilleure unité et une unification des forces pacifistes. Ce week-end, il y a eu manifestement un manque de coordination. Il faut trouver des lieux, des outils et des moyens pour se retrouver, capables de réunir plus facilement les militants pacifistes. De nombreux points d’accords ont été trouvés mais les gens ont du mal à travailler ensemble. Faire le lien avec d’autres organisations est donc indispensable si nous voulons peser dans les décisions, surtout si aucune force politique majeure n’est derrière nous comme le Parti socialiste portugais qui a changé de position sur l’OTAN. C’est ce genre de problématique à laquelle nous devons répondre pour le prochain sommet de l’OTAN qui doit avoir lieu à New-York.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter