Stockage des ordures : le contre-projet du maire de Fabrègues

Article paru dans La Gazette de Montpellier du jeudi 24 avril 2008 (hors logo)

samedi 10/05/2008

Quand on lui parle de centre d’enfouissement des ordures, Jacques Martinier, le maire de Fabrègues, sort sa torche à plasma.

Cela fait quatre ans que la commune se bat contre la création d’un centre de stockage des déchets ultimes (CSDU) à côté du massif de la Gardiole, qui occuperait un site de 10 hectares pour l’enfouissement et 35 hectares en comptant l’usine. Ce projet n’est pas encore ratifié par le préfet, notamment à cause de la présence d’une nappe phréatique. Et aujourd’hui, Jacques Martinier, avec l’association Les Gardiens de la Gardiole, estime avoir trouvé la bonne parade : à la fin du mois, ils présentent leur contre-projet de four de vitrification (torche à plasma) à la secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Seulement quatre en France

Torche à plasma ? Grâce à ce système, après tri, voire traitement, les déchets ultimes sont fondus puis refroidis brutalement, ce qui entraîne une vitrification. Le résultat : une sorte de pierre assimilable au basalte qui, d’après de nombreuses études et un décret sur la classification des déchets, n’est absolument pas toxique. Elle reste inerte pendant au moins 200 000 ans.

On peut réutiliser ce matériau en sous-couche pour les routes ou en faire des dalles. Pour Laurent Duffours, ingénieur-chimiste à Prime Verre, organe spécialiste du verre et de la vitrification, c’est la fin du déchet. Selon lui, un équipement de ce type peut être implanté sur une surface de quatre hectares, il est « propre », l’énergie produite peut être revendue et il coûte moins cher qu’un incinérateur. Détail important : s’il était implanté à Fabrègues, il pourrait traiter les déchets de l’usine de méthanisation qui ouvre au début de l’été à Montpellier.

Déjà bien utilisée dans l’industrie, la technologie de la torche à plasma est récente dans le traitement des ordures ménagères. Il n’existe que quatre équipements de ce genre en France. La législation autorisant l’enfouissement des déchets ultimes, peu d’efforts ont été réalisés pour trouver d’autres solutions.

Jacques Martinier, qui s’est toujours voulu constructif, soupire : « Il n’est plus possible de continuer à faire des décharges. C’est moyenâgeux. Avec ce projet, on va traiter nos déchets de manière intelligente et moderne, en protégeant l’environnement ». Il ajoute : « Il faut se dire que la raison l’emportera ». Jean-Luc Noyer, de l’association des Gardiens de la Gardiole, qui s’est chargé de la partie technique du contre-projet torche à plasma, est, lui, enthousiaste. « Ce serait une belle victoire de sortir par le haut de cette histoire, la torche à plasma règle tous les problèmes liés aux déchets de A à Z ». Dans quelques jours la balle sera dans le camp de l’Etat. Puis après, dans celui de l’Agglo.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Dans un centre de stockage les déchets sont surveillés............
    et seulement surveillés.......... A Villeneuve Loubet, le CSDU a pollué la nappe phréatique, et malgrès les plaintes, de sursis en sursis, cette décharge a finalement fermé car elle était saturée.... et la nappe aussi !
    Il ne faut pas confondre un vitrifiât totalement inerte car il a une structure similaire au verre avec des boues ou des mâchefers d’incinérateurs lixiviables, contenant des polluants capables de polluer l’environnement.
    De toute façon un CSDU est une aberration :
    - il contient des matériaux recyclables et des organiques compostables,
    - déchets "ultimes" ont un pouvoir énergétique important,
    - pour réaliser ce CSDU il faut consommer une importante quantité d’énergie pour déplacer 2 millions de m3 de terre et de roche pour créer les casiers, et ramener 300 000 m3 d’argile, sans parler des pollutions induites !
    Bilan énergétique très négatif et pollution programmée de la nappe phréatique karstique.

  • repondre message

    Cette option de vitrification est bonne si les déchets sont enfouis en centre CSDU et pas réutilisés ! car on se sait pas réellement comment ils réagissent dans le temps.
    Ex : les boues de stations d’épurations pleines de métaux lourds étaient épandues sur les chaps de culture !!!
    les résidus d’incinération utilisés pour le goudron des routes ou les bas côtés rejette également des métaux lourds

    Au moins dans les CSDU les déchets sont surveillés et en plus appartiennent toujours au producteur !!!

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter