Terrence Malick, merveilleusement décevant

mardi 19/03/2013

« Tu m’as sorti des ténèbres. Tu m’as ramassé du sol ; m’a ramené à la vie. »  [1]

À la merveille déroule l’histoire passionnelle de Neil (Ben Affleck) et Marina (Olga Kurylenko). De Paris au Mont-Saint-Michel, les deux amants savourent leur histoire d’amour avant de partir s’installer dans l’Oklahoma avec la fille de Marina. Rapidement les deux jeunes femmes, qui se sentent mal à l’aise dans cette petite communauté américaine, retournent vivre à Paris. Neil se console alors de leur départ dans les bras d’une amie d’enfance (Rachel MacAdams). De son côté, Marina ne supporte pas le manque de son amour et sombre dans la dépression. En parallèle de ce triangle sentimental, un prêtre catholique qui doute de sa vocation (Javier Bardem). Un casting hollywoodien, une bande-annonce survoltante pour un résultat bien décevant. 

« Tu es partout même si je ne te vois pas. Tu es en moi. Tu es autour de moi. »  [2]

On en attendait tellement qu’on finit terriblement déçue. Le film de Terrence Malick est une succession de belles images que l’on ne saisit pas. Un enchaînement de scènes plus belles les unes que les autres, mais qui se suivent sans s’imbriquer. La réalisation est voluptueuse, la mise en scène pleine de virtuosité. Les images que capturent la caméra sont d’une beauté à couper le souffle : les acteurs aussi bien que leurs jeux, ou encore les paysages environnants sont magnifiés. Mais derrière toute cette beauté, rien ne perce. Les émotions sont suggérées mais le spectateur ne les ressent pas. C’est un cinéma d’auteur qui donne à voir, sans réussir à faire parler. Une histoire d’amour passionnel qui devrait emporter, mais dont l’exploitation cinématographique n’engage aucune sentimentalité. C’est un film magnifiquement mis en scène mais qui n’exprime rien. Tout y est, et pourtant il semble manquer l’essentiel qui nous ferait un peu vibrer. Et pour un drame sentimental, il est triste de quitter la salle sans avoir pu ressentir une seule émotion. 

« Choisir c’est s’engager. S’engager c’est prendre le risque de souffrir. De se tromper. D’échouer. »  [3]

Notes

[1Citation du film

[2Citation du film

[3Citation du film

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter