Documentaire

"This is It", le dernier rappel

jeudi 29/10/2009

Quatre mois après la mort de Michael Jackson, ses ultimes prestations scéniques au Staples Centre de Los Angeles sont sur les écrans du monde entier. “This is It”,documentaire-concert de Kenny Ortega, revient sur la centaine d’heures de répétitions du grand retour avorté de la star, prévu à l’O2 Arena de Londres en juillet dernier.

« Je vais voir le film parce que je suis une fan ! » s’exclame Nadia devant le Gaumont Comédie, ce mercredi 28 octobre. Comme elle, les admirateurs de la star défunte, venus nombreux pour l’hommage public organisé plus tôt dans l’après-midi, semblaient tous pressés de découvrir le film. Conscients du marketing un brin racoleur autour de cette sortie, les spectateurs ne se sont pas arrachés les places comme cela avait été attendu : « on ira voir le film », annonce Delphine, « et même s’il y a un aspect commercial incontestable, nous serons là pour la légende. »

A 50 ans, l’artiste, toujours capable de dégainer son célèbre moonwalk, fait fi, dans ce film, des rumeurs autour de son état d’agonie. Perfectionniste, Michael, accompagné de Kenny Ortega, son directeur artistique, avait mis au point un show riche en clips 3D, avec rampes de feux et effets spéciaux en tous genres. De “Wanna Be Startin’ Somethin’” à “Man in the mirror”, on découvre un artiste capable de livrer ses meilleurs tubes dans une dimension nouvelle. Entouré de ses musiciens et danseurs, venus des quatre coins du monde pour travailler avec lui, le King of Pop paraît, dans le film, bien loin des polémiques qui noircissaient les pages des tabloïds. En évitant l’écueil du trop émotionnel, le film séduira ceux qui n’ont retenu de lui que sa musique.

Pourtant, on est loin du portrait et le public est davantage plongé dans les backstages d’une organisation titanesque. This is it est plus le film des gens autour, ceux qui ont travaillé avec lui jusqu’au dernier moment. Une grande famille qui apparait d’autant plus touchante quand on sait qu’elle ne se réunira plus. Résultat, il ne faut pas attendre d’en apprendre beaucoup plus sur la part intime de Michael Jackson.

D’évidence, le film parait bien long à celui qui voudrait avoir une télécommande pour changer de chansons comme sur un disque. Pour les autres, ces tubes, qui ont révolutionné l’histoire de la musique, apparaissent dans toute leur fraîcheur. Dans This is It, l’éternel l’emporte sur la mort, qui n’est pudiquement jamais évoquée.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter