"Un instant de réconciliation avec l’humanité"

dimanche 25/10/2009

Hier soir, Marianne Aya Omac et Joan Baez ont donné un concert exceptionnel pour la clôture des Internationales de la guitare à Montpellier.

Cet instant de réconciliation chanté et déclamé par Marianne Aya Omac a marqué la ville de Montpellier. Le Peyrou était plein à craquer. Selon les vigiles, il devait accueillir 15 000 personnes. Toutes générations confondues : grands-parents, enfants, parents, adolescents, étudiants.
Le concert a débuté sur les chapeaux de roues avec des problèmes de logistique : la production parisienne n’aurait pas été prévenue de la première partie de Marianne. Celle-ci enflamma le public en jouant seule avec sa guitare dans la foule. Puis, Joan Baez lui prêta la scène et ses musiciens.

Marianne a remercié l’égérie américaine en lui dédicaçant une chanson. Et, elle déclama une version pacifiste de la Marseillaise. Joan Baez participa à cette première partie et entama son spectacle. A 20 mètres de la scène, la foule scrutait du regard la prêtresse en ouvrant grand les oreilles et des larmes coulaient. Un groupe de cinq mères de famille disait : « c’est la première fois qu’on la voit en vrai ! La nouvelle génération doit être fière de ces artistes car ils influencent toute la musique d’aujourd’hui ».

En reculant de la scène, on pouvait voir le Peyrou noir de monde aussi bien sur les côtés qu’à la buvette. L’émotion fut encore plus forte lorsque Joan Baez se mit à chanter Gracias a la vida. Des espagnols et des italiens chantaient à tue-tête. Puis, une jeune fille d’une vingtaine d’année s’exclamait en hurlant : « nous n’étions pas là, il y a quarante ans mais aujourd’hui nous sommes là, Joan. Notre génération ne t’oublie pas ».
Joan Baez termina son concert notamment avec la balade de Sacco et Vanzetti et la célèbre comptine yiddish Dona Dona. Elle salua la foule en promettant son retour très prochainement à Montpellier.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • Dommage

    25 octobre 2009 21:25, par Bernard Pivot

    repondre message

    Le passé simple c’est pas super... Il donne l’impression que cet évènement était il y a des lustres alors qu’il s’est déroulé hier. Il manque aussi l’ambiance de la scène et dans le public, on ne ressent pas l’esprit Hippie qui régnait au Peyrou...

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter