Un journaliste français enlevé en Somalie

jeudi 20/12/2007 - mis à jour le 03/01/2008 à 14h59

Dimanche 16 Décembre 2007, aux environs de midi, Somalie. Gwenaouel Le Gouil, cameraman français, effectue un reportage sur les immigrants clandestins. Il se trouve dans le Puntland, à environ 70 Km de Bossasso, la ville principale de cette région semi autonome du Nord Est somalien. Le territoire est considéré comme l’une des plaques tournantes du trafic. Il filme les passeurs, lorsque un commando d’hommes armés d’AK-47 le kidnappe. Ils réclament 70 000 $ de rançon.

GIF

Le gouverneur du Puntland, Yusuf Mumin, a affirmé dimanche ne pas détenir d’informations sur l’identité du journaliste enlevé ou le nom du média pour lequel il travaillait. Mais des contacts plus récents, entre le Ministère des Affaires Etrangères français et les chefs de clans locaux, ont confirmé l’identité de Gwen le Gouil. Des liens sont désormais établis avec les ravisseurs pour que le journaliste soit ramené sain et sauf. Selon Ali Abdi Aware, un gouverneur local du Puntland, "une opération est en cours pour le récupérer".
Gwen le Gouil, jeune journaliste reporter d’images venait de commencer son enquête sur ce trafic. Il avait proposé son sujet à Arte, qui a accepté le projet.
Gwen est diplômé du CUEJ (centre universitaire d’enseignement du journalisme) de Strasbourg. En 2007, il est lauréat du prix Albert Londres audiovisuel, conjointement avec Anne Poiret et Fabrice Launay. Leur reportage diffusé par France 5, portait sur l’assassinat en 2006 de travailleurs humanitaires sri lankais, travaillant pour l’O.N.G. Action contre la faim et intitulé : "Mutter : un crime contre l’humanitaire". Gwen vient de monter une petite entreprise de production audiovisuelle avec l’un de ses amis, Jean Laurent Bodinier.
Le trafic part des villes de la région du Puntland, situées sur le littoral du golfe d’Aden, face au Yémen. C’est là que les passeurs emmènent les candidats à l’immigration clandestine, dans des barques de fortune. Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés, il y a eu plus de 26 000 migrants en 2006, par ce canal. Ce trafic, géré par la mafia, rapporte 2 à 3 millions de dollars par an. Les enquêtes autour de ce trafic s’étaient multipliées ces derniers temps, gênant les passeurs et leurs commanditaires.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • Un journaliste français enlevé en Somalie

    1er février 2008 12:44, par boussalah

    repondre message

    Le fleau de toutes époques, c’est l’homme.

    Tout évolue,sauf lui.Et pourtant c’est

    facile de changer les mauvais mobiles en

    les remplaçant par de bons mobiles.

    Je souhaiterai que les femmes prennent

    le pouvoir un jour, pour changer le monde

    pourri par le comportement médiocre

    des hommes sur toute la planète.

    Tant que les hommes ne changeront pas leur

    comportement, cela ne sert à rien de

    discuter.IL n’y aura jamais la paix sur terre.

    Voir en ligne : http://sonia.boussala@free.fr

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter