Maroc

Une journée avec le raid Students Challenge

dimanche 10/01/2010 - mis à jour le 12/01/2010 à 12h25

La troisième édition du Students Challenge Marocco s’est déroulée du 27 décembre au 7 janvier dernier. Ce raid de régularité engageait une centaine de participants dont une majorité d’étudiants, sur les pistes marocaines. Du nord du pays à l’Atlas en passant par le désert, les participants ont pu apprécier la diversité des paysages du Maroc. Reportage sur la 4ème étape du raid.

Samedi 2 janvier 2010, 7h00 du matin. Le jour se lève à peine et déjà quelques mines fatiguées commencent à sortir des tentes regroupées un peu à l’extérieur du village d’El Begga dans l’est du Maroc. Petit à petit, c’est une véritable fourmilière qui se met en marche, certains allument les réchauds pour prendre un petit déjeuner sur le pouce, pendant que d’autres rangent les tentes et duvets dans les voitures surchargées.

A 8h, tout le monde se regroupe autour des restes du feu de camp de la veille pour le briefing de la journée. L’organisation du raid, l’entreprise “Maïenga”, explique le déroulement de la 4ème étape baptisée “Green Day”. Les concurrents doivent planter des palmiers-dattiers autour des champs des habitants du village. Ces plantations mettent en avant la vocation écologique du raid qui s’inscrit dans le cadre du programme des Nations Unies pour le reboisement de la planète. Les palmiers-dattiers permettent ici de protéger les cultures vivrières qui résisteront mieux au désert. Les villageois pourront aussi cultiver et vendre les dattes produites par les palmiers.

Un quart d’heure plus tard, à la fin du briefing, le groupe se disperse et les moteurs de 4L, 2CV, et autres R5 et C15 ne tardent pas à se faire entendre. Le démarrage se fait parfois difficilement mais le convoi prend finalement le départ pour se rendre 4 Km plus loin. Là, le président de l’association “Azzeka France-Maroc” chargée d’acheminer les plants de palmiers, les attend. Après une rapide démonstration par les hommes du village, les participant s’activent en petits groupes autour de leurs plants sous le regard des habitants. La chaleur se fait de plus en plus intense en cette fin de matinée, mais après une heure de travail tous les palmiers sont plantés.

Après quelques photos, les petits groupes rejoignent progressivement leurs voitures afin de prendre le départ de la spéciale du jour. Pendant qu’une file se crée sur la ligne de départ, les concurrents jettent un dernier coup d’œil au road book qui les guidera entre les pistes. Le départ est lancé. Une voiture prend le départ toutes les minutes et devra respecter une moyenne de 40 Km/heure pendant toute la durée de la spéciale.

Les premières pistes demandent de l’habileté aux pilotes qui doivent éviter des pierres, bosses et creux. S’en suivent des pistes sablonneuses qui ne tardent pas à immobiliser plusieurs véhicules. De nombreux concurrents s’arrêtent pour aider les voiture ensablées. Ils les poussent, les secouent avant de sortir les plaques de désensablage et de pousser encore. Une fois une des voitures libérée, c’est une autre qu’il faut aider. Une chaine de solidarité se forme alors entre les participants pour avancer ensemble sur les pistes.

Après plusieurs heures de pistes caillouteuses et de désensablages, c’est la fin de la spéciale. Tout le monde se regroupe au pied d’une dune. Alors que certains profitent de cette pause pour faire des réglages et des réparations sur leur véhicule, d’autres admirent le paysage et prennent la pause pendant les photos.

A la nuit tombée, un premier convoi, guidé par un 4x4, repart pour rejoindre le campement à quelques kilomètres de là. Sur le chemin, un dernier passage de dunes enlise la plupart des véhicules qui doivent être tractés. Une longue file de voitures se forme en attendant de passer le sable. Ce n’est qu’au bout de deux heures que tous les participants auront rejoint le camp de base et pourront monter leurs tentes. Exténués par une journée intense, les participants se regroupent autour de feux de camp improvisé pour partager leurs souvenirs autour d’un repas.

Extinction des feux en début de soirée et une nuit de repos avant l’étape du lendemain avec un lever à 6h.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • Une journée avec le raid Students Challenge

    21 janvier 2010 18:45, par Marie G

    repondre message

    polluer le desert et planter des arbres dans le desert (pour se donner bonne conscience) n’est pas tres compatible. ou va le monde ?

    • Une journée avec le raid Students Challenge 18 février 2010 12:43, par Benoit LB

      repondre message

      Toutes les émissions polluantes sont compensées par une vignette carbone et les arbres plantés sont là pour aider un village pauvre à gagner un peu d’argent pour pouvoir manger, il faut se renseigner avant de critiquer ...

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter