Urbanisme : « Monaco relève les défis »

mardi 25/11/2014

Monaco est un des Etats les plus petits de la planète. Un espace restreint qui n’empêche pas la Principauté de poursuivre son développement, grâce au lancement de projets urbanistiques d’envergure, comme une extension de six hectares sur la mer. Des travaux d’aménagement indispensables pour la cité-Etat qui souhaite conserver sa compétitivité sur la scène internationale.

Monaco, c’est une succession de chiffres qui donnent le vertige. Ses 37 000 habitants se partagent un territoire de deux petits kilomètres carrés, offrant à la principauté le titre de pays le plus dense du monde, avec un record de 18 000 habitants au km2. C’est sans compter les quelque 50 000 salariés qui viennent chaque jour travailler à Monaco. Ces données illustrent à quel point l’aménagement du territoire représente un défi majeur pour la Principauté.

En réponse à ce dilemme à la fois démographique et spatial, la politique d’aménagement monégasque a pris une nouvelle ampleur ces dernières années. Le gouvernement a fait le choix de privilégier deux axes, la rénovation du bâti existant et l’extension du territoire. L’enjeu est de taille puisqu’il en va du développement économique qui, dans le cas de la Principauté, se trouve fortement lié au développement urbain. « Aujourd’hui, le budget de l’Etat est d’un milliard d’euros et provient uniquement de l’impôt, souligne Michel Roger, Ministre d’Etat de la Principauté. Pour que le budget croisse, il faut que de nouveaux résidents viennent s’installer, achètent des appartements, mettent leurs enfants à l’école et travaillent dans la Principauté. Pour cela, nous avons besoin de place ».

« Si Monaco n’est plus en travaux, Monaco va décliner »

Il est vrai que la cité-Etat fourmille de chantiers en tous genres. En déambulant dans les rues de la Principauté, difficile de ne pas tomber sur des échafaudages ou d’apercevoir une grue à l’horizon. De quoi donner l’impression d’un territoire en perpétuelle mutation. « Monaco est sans cesse en reconstruction, en extension, en hauteur, sur la mer ou en sous-sol  » décrit le Ministre. « Alors évidemment, il y a des gens qui disent qu’il y a trop de travaux, qu’il y a du bruit et qu’on ne peut pas circuler. Mais si Monaco n’est plus en travaux, Monaco va décliner  ». Il faut dire que ces chantiers engendrent de lourdes retombées économiques pour la Principauté. «  Les travaux publics sont une source importante de recettes pour l’Etat grâce à la TVA et aux cotisations sociales, révèle le chef du gouvernement. Et puis ça fait travailler les entreprises monégasques  ».

JPEG - 559.4 ko

L’Hôtel de Paris, célèbre palace de Monte-Carlo, subit une rénovation profonde.

Crédit : Nicolas Forquet

La rénovation du mythique Hôtel de Paris témoigne de cette politique de reconstruction. Le célèbre palace de Monte-Carlo s’est engagé dans une opération de réhabilitation en profondeur. « Tout va être détruit à l’intérieur. La rénovation fait le tour de l’hôtel mais on ne touche pas à la façade ni au Grand Salon, tient à rassurer Michel Roger, haut-fonctionnaire français nommé Ministre d’Etat de la Principauté par le Prince Albert II en 2010. Alors que les travaux doivent s’étaler sur quatre ans, « l’hôtel va rouvrir fin décembre 2014 avec un nombre de chambres réduit  ». Des travaux rendus nécessaires par le besoin de s’aligner sur les établissements d’accueil étrangers. « La clientèle qui vient à Monaco est entièrement mondialisée et habituée à un certain nombre de standards de confort et de luxe. C’est la raison pour laquelle l’emblématique Hôtel de Paris est en restauration. Le bâtiment n’était plus aux normes des grands palaces internationaux  » confesse l’homme politique. Une amélioration des infrastructures révélatrice du statut de destination touristique haut-de-gamme de la Principauté. Cette dernière accueille en moyenne 7 millions de touristes par an.

JPEG - 471.3 ko

Imaginée par l’architecte Alexandre Giraldi, la Tour Odéon culminera à 170 m de hauteur.

Crédit : Tour Odéon

Dans les airs ou sur la mer

«  Depuis deux ans, le nombre de nouveaux résidents est en très forte augmentation » constate le numéro 2 de l’exécutif. Avec 695 nouveaux habitants en 2013, la Principauté se doit de renforcer son offre de logements. Sauf que la tâche n’est pas simple, car les possibilités d’extension sont limitées. Au regard de sa situation géographique complexe, nichée entre les falaises et la mer, la Principauté cumule les handicaps. L’absence de terrains disponibles et l’exiguïté de son territoire sont autant de contraintes techniques liées à l’urbanisation. D’où une nécessite d’optimiser l’espace. La construction en hauteur fait partie des solutions trouvées. La silhouette élancée de la Tour Odéon illustre cette recherche de verticalité. Haute de 170 mètres et dotée de 49 étages répartis sur 50 000 m2, la tour dont la livraison est prévue au printemps 2015 accueillera des bureaux, des commerces et des logements de luxe. Comble du chic, les quatre derniers étages supérieurs seront destinés à un seul et même appartement, déjà présenté comme le plus cher du monde avec une mise en vente à 300 millions d’euros, pour une surface de 3300 m2. Edifié sur les hauteurs de Monaco, le gratte-ciel préfigure l’aménagement d’un nouveau pôle d’affaires et d’habitations dans une Principauté plus que jamais en quête d’espace.

JPEG - 523.3 ko

Construit sur la mer, un éco-quartier devrait voir le jour dans le prolongement de l’Anse du Portier

Crédit : Nicolas Forquet

Quand ce n’est pas dans les airs, c’est sur son espace maritime que Monaco entend bâtir son futur. A ce titre, la construction d’un éco-quartier de six hectares sur la mer apparaît comme un ultime recours destiné à prolonger l’image dynamique de la Principauté. Programmé pour accueillir des bâtiments à vocation résidentielle afin de loger une population en forte croissance, ce projet actuellement en cours de négociations s’annonce d’ores et déjà pharaonique. Pilotée par Bouygues, cette extension sur la mer nécessitera la construction d’une plateforme sur les fonds marins et devra composer avec un environnement protégé puisqu’elle doit s’insérer au milieu de deux zones naturelles. Le coût de l’opération est à la mesure de l’ampleur du projet. La réalisation des infrastructures et des aménagements de l’extension, hors superstructures, est estimée à environ un milliard d’euros. Le projet final devrait être dévoilé à l’été 2015, avant d’entrer dans sa phase opérationnelle qui devrait nécessiter dix années de travaux.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter