Vote à l’UMP : motivation et engorgement

mercredi 21/11/2012 - mis à jour le 17/12/2012 à 15h55

«  Fallait pas rater ce jour-là ! » s’exclame une militante. Tel était le mot d’ordre des membres de l’UMP, appelés aux urnes pour élire leur nouveau président, le 18 novembre. Tirés à quatre épingles, ils sont venus en couple, en famille ou entre amis en ce dimanche hautement symbolique.

Au 8, avenue d’Assas à Montpellier, la fédération UMP n’a jamais été aussi visible. Devant l’immeuble classé, divers groupes discutent. À 20 mètres, un car stationne. La file d’attente pour voter déborde sur la chaussée, tandis que Raymond Couderc, secrétaire départemental de l’UMP, s’extirpe de la fédération. Il s’apprête à rejoindre sa voiture pour faire le tour des bureaux de vote héraultais. Avant de tourner les talons, il déclare « Il faut un général à la tête des troupes. » Arnaud Julien, président de la Fédération UMP de l’Hérault, le raccompagne. Entretenant son électorat, il serre au passage la main des militants et ajoute un petit mot à chacun. Très vite, il est rappelé à l’intérieur. « Je dois aller faire la police », ironise-t-il.

JPEG
La file des votants s’étend jusqu’à l’extérieur. Crédits C.P.

En effet, les militants, tous d’un certain âge, s’impatientent. « Y a du monde, c’est la merde » s’insurge une vieille dame en sortant. Selon Arnaud Julien, il y avait déjà la queue à 9h. De l’extérieur à l’intérieur du bureau, ils sont une quarantaine à attendre leur tour. Une fois entrés dans le local, ils doivent atteindre l’un des deux isoloirs verts au fond de la salle. Enfin, ils se faufilent pour glisser le précieux bulletin dans l’urne. Sous une chaleur étouffante, les militants font un dernier effort pour s’extraire de l’immeuble et attraper une grande bouffée d’air frais. Ce véritable parcours du combattant se fait sous l’œil de Charles de Gaulle, Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing et de Nicolas Sarkozy, bienveillants sous leur cadre de verre.

Dans un coin, les discussions sont animées. Un groupe de trois personnes s’est trompé de bureau de vote. Un jeune militant appartenant à l’organisation leur explique qu’ils doivent aller voter à la Grande Motte. Puis il ajoute, « Vous pouvez vous y rendre ? Est-ce que vous pourriez prendre des procurations pour Copé ? Si vous votez pour Copé bien entendu. » L’organisation du scrutin laisse à désirer…

Une réelle motivation pour voter

Si l’attente est pesante, les militants sont imperturbables. Ce vote est très important à leurs yeux. Jean, une cigarette entre les lèvres et la verve avare, admet « Ce vote est primordial, j’espère que ça va changer quelque chose. » Jean-Marc, militant depuis 1958, est venu voter avec sa femme. « Le vote par les membres, c’est très important, ça fait partie de la démocratie. C’est normal qu’il n’y ait pas de structure supérieure pour décider qui va être candidat. Nous sommes à la base, on travaille sur le terrain tous les jours. C’est normal qu’on nous demande de désigner nos représentants. » C’est la première fois que les militants sont appelés aux urnes et ils prennent leur rôle très à cœur.

À l’issue de cette journée, les militants auront un président. « Avoir un chef, ça fera une vraie opposition au pouvoir », assure Nadine, mère de famille et encartée depuis 4 ans. Jacqueline, militante de la première heure, ajoute avec tonus : « On est dans un mouvement où on aime bien les gens qui bougent, qui sont remplis d’énergie. Un homme qui sera le meilleur président pour la France pour l’avenir. Il faut espérer que le meilleur gagne, mais j’vous dirai pas pour qui j’ai voté ! » Même si les militants sont très attachés au secret du scrutin, on comprend à demi-mots que leurs voix iront à Jean-François Copé.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter