Chinois de Paris: entre mutisme et fierté

Jusqu’à la cérémonie de clôture, les communautés chinoises installées à l’étranger auront vécu avec fierté cette olympiade. Sans pour autant abdiquer leur esprit critique

À Paris, la communauté chinoise hésite entre mutisme et fierté. Car le sujet des JO reste sensible, même lorsque l’on aborde le côté sportif. Dans le quartier parisien de Belleville, les immigrés chinois sont peu loquaces. Beaucoup ne parlent pas français. Mais ils ont suivi les Jeux avec passion. Comme dans l’arrière-salle de ce petit bar. « Une petite dizaine de Chinois sont venus tous les matins regarder les jeux. Ils sont contents des résultats des athlètes de leur pays d’origine », confie, du bout des lèvres, le barman, dans une atmosphère enfumée.

Le premier événement d’envergure internationale organisé par la Chine

Dans le quartier chinois du 13e arrondissement de Paris, on s’épanche davantage. Xia, 38 ans, de l’association culturelle franco-chinoise Yangtze, a choisi de rester en France, contrairement à d’autres membres de l’association « retournés à Pékin faire la fête ». Il n’empêche, elle a pris ses congés jusqu’au 24 août pour pouvoir suivre les quinze jours d’épreuves. « Je connais toutes les médailles françaises et chinoises, s’enthousiasme-t-elle. Cela fait longtemps que l’on prépare ces Jeux. Nous confirmons que nous pouvons être très bons en sport. » Un élan de fierté partagé par Jin Yuliang, employé dans une agence de voyages et arrivé depuis moins d’un an dans la capitale française. « C’est le pays de ma mère. Terminer en tête au nombre de médailles d’or est une fierté pour tous les Chinois. C’est le premier événement d’envergure internationale organisé par la Chine, et c’est une réussite », déclare ce passionné de basket-ball.

«On voit la Chine changer»

Liu, qui tient une quincaillerie non loin de là, revient plutôt sur l’extra-sportif, sans pour autant entrer dans les débats politiques sur les droits de l’homme : « On voit la Chine changer. La cérémonie d’ouverture était un bel hommage, ils ont mélangé la civilisation, la technologie et l’espoir en l’avenir de la Chine. C’est une belle image donnée au monde. On voit que la démocratie se développe. On est fiers. »

Concernant la question des droits de l’homme, Benjamin, fils d’immigrés chinois, admet : « Je trouve cela bien d’avoir profité de l’événement pour soulever le problème mais il ne faut pas trop en faire. Chaque pays a ses problèmes intérieurs. Ce qui est sûr, c’est que les JO auront permis de moderniser Pékin. »

« Il faut aller aux JO pour le respect des Chinois »

Ça l’a mise en colère. Et puis non. Elle s’est dit finalement que les médias ne s’informent pas assez eux-mêmes. Pour Shuang Gao-Fuzier, artiste peintre chinoise, le débat sur le boycottage des Jeux olympiques de Pékin est « ridicule et inutile ».

La mauvaise aventure parisienne de la flamme ne va pas, selon la jeune feamme, toucher le régime chinois. « Ils sont préparés pour ça. » La doctorante en arts visuels note que les images à la télévision ont montré surtout des drapeaux tibétains, moins de chinois. Elle dit « rester zen ». Mais sort presque de ses gonds lorsqu’elle défend son pays. « La relation de la Chine avec le Tibet est moins simple qu’on le pense. Parler de la colonisation du Tibet par les Chinois, ce n’est pas raisonnable ». Sa seule crainte concerne les sportifs. « Les victimes de tout cela, ce ne sont ni les Chinois ni le gouvernement chinois ni les Tibétains mais les sportifs. A Paris, ils ont tué l’esprit des Jeux olympiques. »

L’artiste souligne que « la France fait partie des pays qui critiquent le plus la Chine. Mais pour parler des problèmes d’un pays, il faut connaître son histoire, sa culture, sa philosophie, son économie… Surtout pour un État aussi vaste et compliqué que la Chine. Et d’ajouter : Il faut laisser les choses suivre leur rythme naturel, ne pas dire qui est mieux ou moins bien en matière de droits de l’homme. Et respecter les peuples. » Shuang Gao-Fuzier a quitté la Chine en 1998 pour venir faire ses études aux Beaux-Arts de Montpellier. Mariée à un Français, elle n’a pas changé de nationalité. « Je le lui ai interdit », s’exclame ce dernier, tout sourire. La jeune femme a arrêté ses études, puis les a reprises en 2006. Sa thèse porte sur l’art contemporain chinois au féminin et touche aux droits de l’homme, « car tout est lié ».

« On est tellement fiers de notre culture »

L’artiste ne nie pas qu’il y a des problèmes et que des Chinois souffrent. « Ils n’ont pas l’habitude des grands rassemblements, ils préfèrent se taire. C’est culturel. » La Chine censure les médias. Mais sa famille sait ce qui se passe autour des JO. « On ne peut pas tout cadrer. Et l’État ne le veut pas. » Shuang vient d’une famille plutôt privilégiée et atypique. Du côté maternel, ses grands-parents ont travaillé au service de l’empereur. Née en 1976, la jeune femme n’a pas connu la révolution culturelle. Mais son grand-père, du côté paternel, a été emprisonné pendant quatre ans, car engagé dans l’armée du parti nationaliste contre les communistes. Maintenant, elle « sent que ses parents sont contents. Il n’y a plus la guerre civile. » Elle-même a été heureuse en Chine. « J’ai été empreinte d’une éducation communiste. On le voit bien. Mais j’allais très bien. Et si l’on n’est pas totalement libre, il y a des portes ouvertes. » Surtout, « on est tellement fiers de notre culture ».

Shuang Gao-Fuzier préside l’Association des artistes chinois de France, dont le siège se trouve à Montpellier. Elle vient en aide à ceux qui arrivent sans connaître un mot de français. Mais elle promeut également la culture traditionnelle à travers des cours, des stages hebdomadaires ouverts à tous. Dans son atelier de Maurin, elle enseigne calligraphie et peinture. « On a tellement été écrasé par le passé… Malgré tous les inconvénients, on veut montrer qui nous sommes. Il faut aller à ces JO pour le respect du peuple chinois. Pour comprendre la Chine, il faut venir la voir, la vivre, la sentir. »

Faut-il boycotter la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Pékin ?

Cette semaine, la rédaction d’Haut Courant s’interroge sur le boycott des J.O de Pékin. Nous vous invitons à poursuivre le débat par la voix de vos commentaires.

Des entorses aux droits de l’Homme jusqu’à l’ignorance des promesses faites au CIO, la liste des reproches adressés à la Chine s’allonge de jour en jour. Pour contrer le manque d’actions par la diffusion médiatique , l’organisation Reporters Sans Frontières a appelé les représentants et chefs d’États au boycott de la cérémonie d’ouverture, le 8 août prochain. Trois membres de RSF, parmi lesquels Robert Ménard ont d’ailleurs perturbé le rite d’allumage de la flamme. En Europe, les avis se partagent sur l’utilité et la portée d’un tel acte. Boycott symbolique, nécessaire ou aggravant ? La décision de laisser un fauteuil vide se prend-t-elle comme un avis politique ?

Boycottage ? Sûrement mieux à faire, par Audrey Montilly

Le Dalaï Lama lui-même s’est prononcé contre le boycottage des Jeux Olympiques de Pékin. Il sait que l’impact serait mineur. Le boycottage des J.O en Russie en 1980 n’a rien changé en ce qui concerne les droits de l’homme dans ce pays.
Cette solution ne serait pas efficace durablement. Et « snober » seulement la cérémonie d’ouverture d’autant plus inutile. Si l’on va plus loin, pourquoi s’arrêter aux J.O de Pékin ? D’autres pays auraient mérité la punition. Les États-Unis ne représentent pas l’exemple de morale humaine. Ceux-là même qui ont lancé le boycottage des J.O en Russie pour protester contre l’intervention militaire soviétique en Afghanistan, transgressent les règles élémentaires du droit international depuis 5 ans en Irak.

Alors peut-on moralement aller à Pékin ? Oui, mais pas en ne restant à rien faire. Organisons là-bas des actions qui révéleraient au monde le rejet du comportement de la Chine à l’égard du Tibet et des droits de l’homme. Que nos sportifs battent tous les records et montent sur le podium portant sur eux des messages. Mais également pendant toute la durée des Jeux. Tout comme les politiques depuis les tribunes. Les télévisions chinoises ne pourront pas tout filtrer.

Deux athlètes américains, militants des Blacks Panthers, ont brandi des gants noirs aux J.O de Mexico en 1968 pour protester contre la ségrégation raciale aux États-Unis. Radiés des Jeux Olympiques, ils l’ont payé cher. Ils ont enfreint la règle de la charte olympique qui interdit d’exprimer toute opinion politique. Cette fois, Romain Mesnil, président du syndicat des athlètes français, propose aux sportifs de porter des rubans verts aux J.O de Pékin, pour montrer leur attachement aux droits de l’homme. Au-delà d’une position politique, il s’agit là d’une position par rapport à des valeurs. Alors un peu de tolérance. Citoyens comme les autres, les athlètes ont le droit de s’exprimer. Cependant il ne peut être question d’initiatives isolées, mais bien d’une incitation collective de la part des instances nationales. Ce n’est pas gagné, mais utilisons ces J.O. La politique de la chaise vide n’a jamais rien apporté.

Face aux Jeux de la discorde, par Ellen Guinéheux

Elle n’a pas tenu ses promesses. A l’heure où les Jeux Olympiques de Pékin doivent consacrer la puissance de la Chine dans le monde, les associations de défense des droits de l’Homme appellent la communauté internationale au boycottage. Face aux violations grandissantes des libertés publiques, le boycott devient plus qu’une plus une simple menace destinée à faire réagir le gouvernement chinois. Il symbolise la volonté de dénoncer un régime d’oppression et de censure banalisés par l’image d’une Chine prospère et florissante. Arme politique régulièrement brandie, le refus collectif de participer au plus grand rassemblement sportif du monde envoie un puissant signal de protestation. Ce moyen de pression a été utilisé de nombreuses fois pour dénoncer le silence volontaire de certains États face à l’étouffement des droits fondamentaux, contre l’apartheid en Afrique du Sud notamment.

L’attribution des Jeux olympiques à Pékin en 2001 impliquait une contrepartie : améliorer la situation des droits de l’Homme et garantir la liberté de l’information. Or, la question actuelle du Tibet témoigne d’une réalité occultée de 60 ans de répression et de sinisation forcée du peuple tibétain. La lutte contre l’occupation chinoise a déjà fait de nombreuses victimes et prisonniers d’opinion. À l’écrasement de la dissidence pacifique des Tibétains s’ajoute une improbable manipulation médiatique : après avoir censurée l’image de la flamme olympique au moment de l’intervention de trois manifestants à Athènes, Pékin demande la retransmission en différé des J.O afin de pouvoir supprimer toute contestation. À partir du moment où la communauté internationale et le comité olympique ont accordé les J.O à Pékin, il faut envisager les options les plus radicales pour permettre une remise en cause du régime communiste chinois. À moins que les intérêts économiques entre l’occident, la Chine et sponsors des J.O soient d’autres freins pour briser le silence des dirigeants mondiaux face à l’opacité chinoise.

Faut-il boycotter la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Pékin ?

Cette semaine, la rédaction d’Haut Courant s’interroge sur le boycott des J.O de Pékin. Nous vous invitons à poursuivre le débat par la voix de vos commentaires.

Des entorses aux droits de l’Homme jusqu’à l’ignorance des promesses faites au CIO, la liste des reproches adressés à la Chine s’allonge de jour en jour. Pour contrer le manque d’actions par la diffusion médiatique , l’organisation Reporters Sans Frontières a appelé les représentants et chefs d’États au boycott de la cérémonie d’ouverture, le 8 août prochain. Trois membres de RSF, parmi lesquels Robert Ménard ont d’ailleurs perturbé le rite d’allumage de la flamme. En Europe, les avis se partagent sur l’utilité et la portée d’un tel acte. Boycott symbolique, nécessaire ou aggravant ? La décision de laisser un fauteuil vide se prend-t-elle comme un avis politique ?

Boycottage ? Sûrement mieux à faire, par Audrey Montilly

Le Dalaï Lama lui-même s’est prononcé contre le boycottage des Jeux Olympiques de Pékin. Il sait que l’impact serait mineur. Le boycottage des J.O en Russie en 1980 n’a rien changé en ce qui concerne les droits de l’homme dans ce pays.
Cette solution ne serait pas efficace durablement. Et « snober » seulement la cérémonie d’ouverture d’autant plus inutile. Si l’on va plus loin, pourquoi s’arrêter aux J.O de Pékin ? D’autres pays auraient mérité la punition. Les États-Unis ne représentent pas l’exemple de morale humaine. Ceux-là même qui ont lancé le boycottage des J.O en Russie pour protester contre l’intervention militaire soviétique en Afghanistan, transgressent les règles élémentaires du droit international depuis 5 ans en Irak.

Alors peut-on moralement aller à Pékin ? Oui, mais pas en ne restant à rien faire. Organisons là-bas des actions qui révéleraient au monde le rejet du comportement de la Chine à l’égard du Tibet et des droits de l’homme. Que nos sportifs battent tous les records et montent sur le podium portant sur eux des messages. Mais également pendant toute la durée des Jeux. Tout comme les politiques depuis les tribunes. Les télévisions chinoises ne pourront pas tout filtrer.

Deux athlètes américains, militants des Blacks Panthers, ont brandi des gants noirs aux J.O de Mexico en 1968 pour protester contre la ségrégation raciale aux États-Unis. Radiés des Jeux Olympiques, ils l’ont payé cher. Ils ont enfreint la règle de la charte olympique qui interdit d’exprimer toute opinion politique. Cette fois, Romain Mesnil, président du syndicat des athlètes français, propose aux sportifs de porter des rubans verts aux J.O de Pékin, pour montrer leur attachement aux droits de l’homme. Au-delà d’une position politique, il s’agit là d’une position par rapport à des valeurs. Alors un peu de tolérance. Citoyens comme les autres, les athlètes ont le droit de s’exprimer. Cependant il ne peut être question d’initiatives isolées, mais bien d’une incitation collective de la part des instances nationales. Ce n’est pas gagné, mais utilisons ces J.O. La politique de la chaise vide n’a jamais rien apporté.

Face aux Jeux de la discorde, par Ellen Guinéheux

Elle n’a pas tenu ses promesses. A l’heure où les Jeux Olympiques de Pékin doivent consacrer la puissance de la Chine dans le monde, les associations de défense des droits de l’Homme appellent la communauté internationale au boycottage. Face aux violations grandissantes des libertés publiques, le boycott devient plus qu’une plus une simple menace destinée à faire réagir le gouvernement chinois. Il symbolise la volonté de dénoncer un régime d’oppression et de censure banalisés par l’image d’une Chine prospère et florissante. Arme politique régulièrement brandie, le refus collectif de participer au plus grand rassemblement sportif du monde envoie un puissant signal de protestation. Ce moyen de pression a été utilisé de nombreuses fois pour dénoncer le silence volontaire de certains États face à l’étouffement des droits fondamentaux, contre l’apartheid en Afrique du Sud notamment.

L’attribution des Jeux olympiques à Pékin en 2001 impliquait une contrepartie : améliorer la situation des droits de l’Homme et garantir la liberté de l’information. Or, la question actuelle du Tibet témoigne d’une réalité occultée de 60 ans de répression et de sinisation forcée du peuple tibétain. La lutte contre l’occupation chinoise a déjà fait de nombreuses victimes et prisonniers d’opinion. À l’écrasement de la dissidence pacifique des Tibétains s’ajoute une improbable manipulation médiatique : après avoir censurée l’image de la flamme olympique au moment de l’intervention de trois manifestants à Athènes, Pékin demande la retransmission en différé des J.O afin de pouvoir supprimer toute contestation. À partir du moment où la communauté internationale et le comité olympique ont accordé les J.O à Pékin, il faut envisager les options les plus radicales pour permettre une remise en cause du régime communiste chinois. À moins que les intérêts économiques entre l’occident, la Chine et sponsors des J.O soient d’autres freins pour briser le silence des dirigeants mondiaux face à l’opacité chinoise.

Faut-il boycotter la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Pékin ?

Cette semaine, la rédaction d’Haut Courant s’interroge sur le boycott des J.O de Pékin. Nous vous invitons à poursuivre le débat par la voix de vos commentaires.

Des entorses aux droits de l’Homme jusqu’à l’ignorance des promesses faites au CIO, la liste des reproches adressés à la Chine s’allonge de jour en jour. Pour contrer le manque d’actions par la diffusion médiatique , l’organisation Reporters Sans Frontières a appelé les représentants et chefs d’États au boycott de la cérémonie d’ouverture, le 8 août prochain. Trois membres de RSF, parmi lesquels Robert Ménard ont d’ailleurs perturbé le rite d’allumage de la flamme. En Europe, les avis se partagent sur l’utilité et la portée d’un tel acte. Boycott symbolique, nécessaire ou aggravant ? La décision de laisser un fauteuil vide se prend-t-elle comme un avis politique ?

Boycottage ? Sûrement mieux à faire, par Audrey Montilly

Le Dalaï Lama lui-même s’est prononcé contre le boycottage des Jeux Olympiques de Pékin. Il sait que l’impact serait mineur. Le boycottage des J.O en Russie en 1980 n’a rien changé en ce qui concerne les droits de l’homme dans ce pays.
Cette solution ne serait pas efficace durablement. Et « snober » seulement la cérémonie d’ouverture d’autant plus inutile. Si l’on va plus loin, pourquoi s’arrêter aux J.O de Pékin ? D’autres pays auraient mérité la punition. Les États-Unis ne représentent pas l’exemple de morale humaine. Ceux-là même qui ont lancé le boycottage des J.O en Russie pour protester contre l’intervention militaire soviétique en Afghanistan, transgressent les règles élémentaires du droit international depuis 5 ans en Irak.

Alors peut-on moralement aller à Pékin ? Oui, mais pas en ne restant à rien faire. Organisons là-bas des actions qui révéleraient au monde le rejet du comportement de la Chine à l’égard du Tibet et des droits de l’homme. Que nos sportifs battent tous les records et montent sur le podium portant sur eux des messages. Mais également pendant toute la durée des Jeux. Tout comme les politiques depuis les tribunes. Les télévisions chinoises ne pourront pas tout filtrer.

Deux athlètes américains, militants des Blacks Panthers, ont brandi des gants noirs aux J.O de Mexico en 1968 pour protester contre la ségrégation raciale aux États-Unis. Radiés des Jeux Olympiques, ils l’ont payé cher. Ils ont enfreint la règle de la charte olympique qui interdit d’exprimer toute opinion politique. Cette fois, Romain Mesnil, président du syndicat des athlètes français, propose aux sportifs de porter des rubans verts aux J.O de Pékin, pour montrer leur attachement aux droits de l’homme. Au-delà d’une position politique, il s’agit là d’une position par rapport à des valeurs. Alors un peu de tolérance. Citoyens comme les autres, les athlètes ont le droit de s’exprimer. Cependant il ne peut être question d’initiatives isolées, mais bien d’une incitation collective de la part des instances nationales. Ce n’est pas gagné, mais utilisons ces J.O. La politique de la chaise vide n’a jamais rien apporté.

Face aux Jeux de la discorde, par Ellen Guinéheux

Elle n’a pas tenu ses promesses. A l’heure où les Jeux Olympiques de Pékin doivent consacrer la puissance de la Chine dans le monde, les associations de défense des droits de l’Homme appellent la communauté internationale au boycottage. Face aux violations grandissantes des libertés publiques, le boycott devient plus qu’une plus une simple menace destinée à faire réagir le gouvernement chinois. Il symbolise la volonté de dénoncer un régime d’oppression et de censure banalisés par l’image d’une Chine prospère et florissante. Arme politique régulièrement brandie, le refus collectif de participer au plus grand rassemblement sportif du monde envoie un puissant signal de protestation. Ce moyen de pression a été utilisé de nombreuses fois pour dénoncer le silence volontaire de certains États face à l’étouffement des droits fondamentaux, contre l’apartheid en Afrique du Sud notamment.

L’attribution des Jeux olympiques à Pékin en 2001 impliquait une contrepartie : améliorer la situation des droits de l’Homme et garantir la liberté de l’information. Or, la question actuelle du Tibet témoigne d’une réalité occultée de 60 ans de répression et de sinisation forcée du peuple tibétain. La lutte contre l’occupation chinoise a déjà fait de nombreuses victimes et prisonniers d’opinion. À l’écrasement de la dissidence pacifique des Tibétains s’ajoute une improbable manipulation médiatique : après avoir censurée l’image de la flamme olympique au moment de l’intervention de trois manifestants à Athènes, Pékin demande la retransmission en différé des J.O afin de pouvoir supprimer toute contestation. À partir du moment où la communauté internationale et le comité olympique ont accordé les J.O à Pékin, il faut envisager les options les plus radicales pour permettre une remise en cause du régime communiste chinois. À moins que les intérêts économiques entre l’occident, la Chine et sponsors des J.O soient d’autres freins pour briser le silence des dirigeants mondiaux face à l’opacité chinoise.