"Cosmonauta" ou la jeunesse communiste romaine des années 60

mercredi 28/10/2009 - mis à jour le 28/10/2009 à 23h43

Susanna Nicchiarelli a présenté lundi soir son premier long-métrage "Cosmonauta" au Festival Cinemed. Récompensé dans la section "Controcampo" à la dernière Mostra de Venise, ce film nous plonge dans le parti communiste romain des années 60 en compagnie de la jeune Luciana Proietti.

« Pourquoi ne veux-tu pas faire ta première communion, Luciana ? » « Parce que je suis communiste ». “Comosnauta” ouvre ainsi, nous sommes en 1957, Luciana a 7 ans. Elle et son frère, Arturo, viennent de perdre depuis peu leur père, "un vrai communiste" comme disent les camarades de la section PCI (Parti communiste italien) du quartier du Trullo dans le Sud de Rome.
On retrouve la jeune fille à 15 ans, membre actif de sa section. Mal fagotée, une coupe de cheveux à la Jeanne d’Arc, Luciana est à l’âge où l’on connait ses premières amours, trahisons et autres déceptions de la vie. Entre son grand frère épileptique sur lequel elle doit veiller et une mère impuissante remariée à Armando, un beau-père, qui ne comprend rien à rien, Luciana continue d’idolâtrer les exploits réalisés par les Soviétiques dans la course aux étoiles (Leika la 1ère chienne dans l’espace, Spoutnik et Gagarine). Pas facile d’être une fille dans cette section en majeure partie constituée d’hommes. Mais la jeune fille ne se démonte et persiste dans son dévouement à la cause communiste.

Susanna Nicchiarelli (réalisatrice) et Claudia Pandolfi (Rosalba, la mère) à la Mostra de Venise 2009 {JPEG}

Susanna Nicchiarelli a "voulu faire un film où l’histoire est simple" sous un angle peu exploité : le communisme en Italie. « J’ai pensé que raconter cette époque sous le point de vue de l’adolescence pourrait être intéressant ». La réalisatrice n’a pas grandi avec les Visconti, Pasolini ou encore Fellini mais plutôt avec le cinéma américain du début des années 90. « Ces réalisateurs, je me suis intéressée à leurs films sur le tard quand je finissais mon doctorat sur l’esthétique du cinéma à Paris ». « Ce que j’ai essayé de faire ressortir, c’ est leur grande naïveté. Ils croyaient possible la victoire de la science prolétaire sur la science capitaliste et les faits pouvaient leur laisser penser ».

À quelques jours de l’anniversaire de la chute du Mur de Berlin, le paysage cinématographique s’enrichit d’une nouvelle histoire sur fond de guerre froide, amorcé par “Good Bye Lenin” en 2003.
Co-produit par Fandango (Gomorra), et Rai Cinema, "Cosmonauta" est un petit film agréable, rythmé par des images d’archives d’exploits des “camarades cocosmonautes”. « Oui, j’ai choisi des images moins “grises” que celles télévisées en Occident à cette époque ». Pour son second long-métrage, la Romaine prépare un film de genre. À suivre

Cosmonauta (2008) Durée : 1h25

Réalisatrice : Susanna Nicchiarelli

Acteurs : Claudia Pandolfi, Sergio Rubini, Pietro del Giudice, Miriana Raschillà & Susanna Nicchiarelli

Production : Fandango

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter