Knight Of Cups : Le voyage ensorcelant de Terrence Malick

lundi 30/11/2015

Poème visuel. Onirique et transcendant, Knight of Cups est un événement. Mettant en scène l’ancien-Batman Christian Bale ainsi que les deux divas Natalie Portman et Cate Blanchett, le nouveau film de l’énigmatique Terrence Malick présenté au dernier Festival de Berlin ne laissera personne indifférent.

Qui est Terrence Malick ?

• Après avoir réalisé deux films prometteurs, La balade sauvage et Les Moissons du ciel, il disparaît des écrans pendant 20 ans – on ne saura jamais vraiment pourquoi - pour revenir avec La ligne rouge (1998), réflexion sur la guerre, Ours d’or à Berlin et grand succès critique et public.

• Il est l’un des réalisateurs les plus mystérieux de ces dernières décennies. Il ne donne aucune interview et n’apparaît jamais en public.

• Son influence sur le cinéma contemporain est d’une importance majeure.

• Depuis The tree of life, où il remporta la Palme d’Or à Cannes en 2011, il tourne plus rapidement ses films, A la merveille (2012) et aujourd’hui Knight of Cups. Les trois films constituant une sorte de trilogie sur la quête de sens de la vie.

Résumer Knight of Cups n’est pas chose aisée. Ce serait prendre le risque d’en limiter la grandeur, l’essence et la portée pour ceux sensibles à sa poésie et sa réflexion. Il y a pourtant des choses à dire, tant ce cinéaste aujourd’hui bouleverse son art et renouvelle son œuvre.

Le film commence par un conte qu’un père raconte à son fils : «  Il était une fois un jeune prince que son père, le souverain du royaume d’Orient, avait envoyé en Égypte afin qu’il y trouve une perle. Lorsque le prince arriva, le peuple lui offrit une coupe pour étancher sa soif. En buvant, le prince oublia qu’il était fils de roi, il oublia sa quête et il sombra dans un profond sommeil… »

Liberté

Knight of Cups est un voyage, une errance de deux heures à travers le monde et ses perversions, ses immensités avec comme symbole Hollywood et Las Vegas. On y suit les déambulations d’un homme, Rick (Christian Bale) à la recherche d’une femme, d’une liberté, en quête de repères. On ne sait pas vraiment en fait. Il arpentera les souvenirs des femmes qu’il a connu, qu’ils l’ont aimé ou haï et de sa famille endeuillée et déchirée par la mort d’un de ses frères.

Terrence Malick a cette faculté incroyable et singulière de capter le beau partout. Une magie qui dans Knight of Cups opère à nouveau. Il suffit d’une seconde pour être saisi par la beauté de l’image. Elle se suffit à elle-même pour exprimer un sentiment, transmettre une émotion. Pas besoin de dialogue ni d’effets visuels. De la pure narration par l’image.

Une marque de fabrique forte servie par la spontanéité du cinéaste - la totalité des scènes sont improvisées - qui casse tous les codes classiques de la narration, du montage et des mouvements de caméra. Une liberté créatrice rare. Les acteurs n’ont que de vagues indications pour jouer. Ils ne sont que de belles marionnettes au service du cinéaste, qu’on rend belles comme on rendrait beau un arbre ou un coucher de soleil. Un drôle de luxe aujourd’hui d’avoir pour splendides marionnettes Cate Blanchett, Natalie Portman ou encore Freida Pinto.

JPEG - 518.3 ko

Natalie Portman à l’écran pour la première fois sous la caméra de Malick

Crédit : © StudioCanal

Grâce infinie

Son film ne fait pas preuve d’humanisme, ni d’empathie – finalement on se moquerait presque du sort des personnages. Mais il est porté par une grâce visuelle indescriptible dont lui seul a le secret. Une véritable expérience sensorielle.

La mise en scène est inventive, expérimentale et d’une densité visuelle rare. La succession d’images, de corps en mouvement, de musique et la voix-off omniprésente créent un ensemble qui nécessite d’être emporté par le film sous peine de rester à quai. Et c’est peut-être sa principale limite. L’œuvre, sans dialogues et sans véritable intrigue, en déroutera plus d’un et suscitera l’ennui si l’on n’est pas conquis par ce poème visuel aux questions existentielles.


LA BANDE ANNONCE DU FILM :

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter