Le Zimbabwe frôle le chaos

lundi 16/02/2009 - mis à jour le 18/10/2013 à 12h33

Le pays dirigé par Robert Mugabe s’enlise depuis plusieurs semaines dans une crise profonde. Epidémie, hyperinflation, famine, le Zimbabwe est au bord du chaos. Pendant ce temps, le président s’offre une somptueuse villa en Asie du Sud Est et exerce des rafles sur ses opposants. Zoom sur un pays victime de la folie de son dirigeant.

Choléra, chômage, inflation

3524 morts depuis août, 73 585 cas diagnostiqués, rarement un pays a subi une propagation de choléra de ce genre. Les représentants de l’OMS dépêchés sur le sol Zimbabwéen tentent aujourd’hui d’enrayer cette crise sanitaire. Malgré les mesures mises en place, il semble que le virus ne soit pas en voie d’éradication. Le Zimbabwe va entrer dans une période de fortes pluies avec de nombreux risques d’inondations qui rendrait impossible le déplacement des aides sanitaires.
L’OMS craint que 12 millions de personnes soient touchées par le choléra si la situation n’est pas rapidement rétablie.
Pour rétablir cette situation, il faudrait dans un premier temps rétablir les conditions de vie dans ce pays souillé par une crise économique délirante. Le taux de chômage dans le pays flirte aujourd’hui les 94% et les prix des produits de première nécessité doublent tous les jours. L’inflation connaîtrait une croissance de plusieurs milliards de pour cent et on estimerait que la moitié de la population survie aujourd’hui uniquement grâce à l’aide humanitaire venue de l’étranger.
La communauté internationale réclame aujourd’hui le départ de Robert Mugabe accusé d’être le responsable de l’état déplorable dans lequel se trouve son pays.

JPEG - 170.5 ko
Prix d’une bière au Zimbabwe

Mugabe vers la fuite ?

Depuis 1980 et son indépendance, le Zimbabwe est dirigé d’une main de fer par Robert Mugabe. Souvent accusé de non respect des droits de l’homme, le dictateur est aujourd’hui victime de son égocentricité. Après 28 ans passés au pouvoir, le président refuse de partager son poste et de quitter la tête du pays. Pour cela, il est prêt à tout. Surtout prêt à faire enfermer les dirigeants de l’opposition sous n’importent quels prétextes.
Après avoir lâché du lest en signant un accord avec le chef du mouvement pour le changement démocratique (MCD) Morgan Tsvangirai, ce dernier voit aujourd’hui ses collaborateurs arrêtés par la police. Lors de l’investiture de ce gouvernement d’union nationale mercredi 11 février, Roy Benett, un des chefs de file du MCD qui avait obtenu un portefeuille pour l’agriculture, fût arrêté par la police pour trahison. Dans la même journée, c’est le maire de la ville de Mutare et membre actif du MCD qui fût lui aussi incarcéré.
Même si le Zimbabwe a enfin un gouvernement, il sera difficile dans ces conditions donc de créer un mouvement démocratique pour régler les problèmes de la population.

Ironie du sort, alors que la population crie famine, le Sunday Times dans son édition du 15 février , a révélé que Robert Mugabe avait acheté en cachette une propriété de quatre millions de livres (40 millions d’euros environ) à Hong Kong. Le journal britannique annonce également que cette visite pourrait être une préparation vers sa fuite en Asie du Sud Est.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • Le Zimbabwe frôle le chaos

    17 février 2009 10:01, par Daniel Dijou

    repondre message

    Quand je pense que la premiere fois que je suis allé au Zimbabwe en 1995 , pour le prix d’une biere aujourd’hui, je pouvais acheter une ou deux villas pres de Harare !!!

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter