Santé : Bachelot élargit les critères pour le don du sang

mardi 20/01/2009 - mis à jour le 20/01/2009 à 15h52

Le 14 janvier 2009, Roselyne Bachelot, la ministre de la santé, a signé un arrêté sur la sélection des donneurs de sang. Alors que les besoins ne cessent d’augmenter, l’encadrement a été élargi pour s’adapter à la demande actuelle. La communauté homosexuelle masculine, maintenue à l’écart de l’élargissement, monte au créneau pour dénoncer une nouvelle forme d’exclusion.

Un seul mot d’ordre : la pénurie. L’établissement français du sang (EFS) a lancé samedi 10 janvier un appel national. Et pour cause : les stocks sont actuellement à 75% des besoins réels. Sur l’Hérault et le Gard, la demande s’élevait à 950 poches de sang par semaine en 2006/2007. Aujourd’hui, ce chiffre est plus proche de 1250. La cause de cette augmentation ? «  Le vieillissement de la population conduit à des traitements plus long, explique Thierry Etourneau, responsable de la promotion des dons à l’EFS de Montpellier. De plus en plus de pathologies se soignent par transfusion, et on peut ajouter aussi le fait que les transfusions sont de moins en moins tardives ».

Dans ce contexte de crise, Roselyne Bachelot a signé le 14 janvier un arrêté correspondant à l’application d’une directive européenne sur la sélection des donneurs. A cette occasion, la ministre de la santé en a profité pour élargir l’encadrement des donneurs. Ainsi, l’âge du premier don sera relevé à 65 ans. Tout comme l’âge du dernier qui, lui, est repoussé jusqu’à 70 ans au lieu de 65. Enfin, le nombre maximum de dons par une personne en un an a augmenté. Cet arrêté fait pourtant polémique : la population homosexuelle masculine demeure maintenue à l’écart de cet acte civique.

Pour Roselyne Bachelot, il reste un risque.

Contrairement à ce qu’elle avait annoncé en 2006, la ministre de la santé a conservé les restrictions encadrant le don. Dans un entretien accordé à Libération, elle explique sa démarche : « J’ai sollicité l’avis des experts et des agences sanitaires pour asseoir ma décision sur une évaluation médicale solide. En matière de risques liés au sida, tous ces experts m’ont fait part de deux éléments. D’abord, il y a une période muette de plusieurs jours, entre le moment où la personne a été en contact avec le virus et le moment où le virus circule dans le sang et donc devient détectable. Ensuite, les données épidémiologiques sont incontestables : entre 10 et 18 % des gays sont contaminés, alors que ce pourcentage est de 0,2 % pour les hétérosexuels. Il y a un risque, et ce risque est trop élevé ».

Pour Hussein Bourgi, président du collectif contre l’homophobie, le problème n’est pas si simple. « Je regrette que l’on assigne des personnes à un groupe, et qu’au nom de cette appartenance on leur refuse un droit. Au lieu de parler de populations à risques, on devrait penser la question en terme de comportements à risques ». Thierry Etourneau, lui, ne voit « aucun jugement moral d’exclusion » dans cette affaire. Et de compléter : « Les femmes homosexuelles peuvent donner leur sang. Les personnes qui ont séjourné 12 mois en Angleterre entre 1980 et 1996, elles, ne le peuvent pas. C’est toujours embêtant de faire des restrictions, mais c’est fondé sur l’idée de risque global car il faut toujours penser qu’en bout de course, il y a un receveur ».

Des explications qui apparaissent comme un peu légère pour la communauté homosexuelle. « L’EFS se cache derrière le principe de précaution, accuse Hussein Bourgi. C’était totalement justifié dans les années 90, époque où la recherche médicale n’avait pas encore bien cerné le sujet. Mais aujourd’hui, il devient difficile d’accepter avec fatalité ces dispositions ».

Pour plus de renseignements :

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

8 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Je donne mon sang quand l’EFS vient dans ma société. Car essayez donc de donner votre sang de façon simple : Vous n’y arrivez pas ! C’est trop loin, où pendant les heures de travail, résultat : vous voudriez le faire que vous ne le pouvez pas. Donner c’est bien, mais il faut aussi revoir le où et quand !
    Une solution envisageable ? Que le don de sang ne soit plus gratuit mais rémunéré. Par exemple, 10 € par don déductible de l’impot sur le revenu. Dans un couple on peut monter à 70 € par an, c’est toujours ça de pris !

  • repondre message

    Je comprends que les risques soient plus grands mais... ils le disent dans l’article, il y en a un aussi chez les heteros !!!! Le risque est moindre mais il existe. alors là ce ne serait pas grave ?!? D’où vient alors qu’on accepte un tout petit pourcentage de risque pour le SIDA ? C’est pas un peu n’importe quoi leurs arguments ?

    S’il faut attendre, qu’ils attendent avant de redonner le sang !
    1° Les homos qui veulent doner leur sang disent "non je ne suis pas homo"
    2° Le risque existe alors on transmet du sang avec un risque de contamination !

    alors que !
    Si on nous accordait le don du sang
    1° Les homos diraient : "oui je suis homo"
    2° Puisqu’il y a un plus grand risque on va attendre le temps nécessaire afin de vérifier si le sang est sain !

    c’est pas logique ???

    LC

  • Santé : Bachelot élargit les critères pour le don du sang

    20 janvier 2009 17:48, par Dragon.Jade

    repondre message

    Pas grave, je continuerai simplement à dire à mes collègues de bureau que je ne peux pas donner mon sang à cause d’un traitement médicamenteux. A part ça, ma vie ne changera pas.

    Tristement,
    Dragon.jade :-)

  • repondre message

    le pourcentage de gens capables de donner leur sang et qui ne le font pas est considérable....
    Manque d’esprit civique.
    Une campagne à ce sujet serait sans doute très efficace.
    Par exemple Madame la Ministre donnant elle-même son sang au JT
    Elle n’a pas séjourné au Royaume uni en 89 au moins ?

  • repondre message

    Ce ne sont pas les donneurs qui manquent mais les centres de transfusions qui ferment.

    • repondre message

      je donne regulierement et autant que possible(sang total plasma à l’EFS)et je remarque chaque fois qu’il n’y a presque personne.quand je fais la promo pour le don,on me repond que l’aiguille est trop grosse !et,pour une transfusion,le sera t’elle ?

  • repondre message

    DANRUD

    Je viens d’avoir mes84 ans avec prise de sang excellente. Je me tiens prêt pour satisfaire mon prochain (RH : A+)

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter