Ecologie

Sébastien Guillon, militant Vert : « Je crois qu’un vrai accord peut sortir de Copenhague ».

mercredi 16/12/2009 - mis à jour le 31/12/2009 à 11h21

Depuis plusieurs semaines, la section des Verts du Languedoc-Roussillon s’implique pour donner une résonance locale au sommet de Copenhague. Rencontre avec Sébastien Guillon, secrétaire du groupe local des Verts et coordinateur des actions liées au sommet.

HautCourant : - Partagez-vous le récent optimisme de votre parti sur l’émergence d’un accord contraignant pour les pays au terme du sommet de Copenhague ?

Sébastien Guillon : « Avant l’ouverture, j’étais assez pessimiste. Aujourd’hui je crois qu’un vrai accord peut sortir de Copenhague. Les organisateurs ont une réelle volonté d’y aboutir. Cela dit, on ne sait pas encore totalement jusqu’à quel point les grands pays sont prêts à réduire leurs émissions. »

- Que pensez-vous du principe d’aider les pays en voie de développement à lutter contre
le réchauffement climatique ?

« Le risque, avec cette proposition, c’est que les multinationales occidentales s’en saisissent pour mener des projets démesurés sans que les populations sur place changent. Nous militons avant tout pour le transfert des technologies : il faut donner à ces pays les gros moyens pour faire rapidement chuter leurs émissions et pour s’adapter aux changements climatiques. »

- Certaines mesures du sommet pourraient-elles concerner directement la région
Languedoc-Roussillon ?

« Une nouvelle impulsion économique peut être donnée aux transports propres. Au niveau de l’Union Européenne, et pour l’avenir de notre région, il faudrait qu’on parvienne à geler
la construction d’autoroutes. D’autre part, la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC)responsabilisera davantage nos agriculteurs si le principe de subventionner en priorité l’agriculture biologique est retenu. »

- Le journal “La Gazette” titrait jeudi 3 décembre sur le risque que représente la montée des eaux pour les côtes languedociennes. Etes-vous inquiet ?

« Une large partie du territoire régional est en bordure de mer. Le danger existe, et il faut mieux nous protéger, notamment en construisant davantage de digues. Des projets de réensablement de certains littoraux, pour créer des dunes qui freineraient l’avancée de la mer, sont envisagés. La montée des eaux n’est pas le seul phénomène qui peut nous toucher. Nous sommes aussi vulnérables face aux épisodes climatiques extrêmes. Et si les pires prédictions en termes de réchauffement se réalisent, c’est toute notre agriculture qui serait bouleversée. »

- Dans un sondage paru lundi 7 décembre, « Le Monde » révèlait que les Français sont parmi les populations les plus concernées par l’écologie. Pensez-vous que les Verts y sont pour quelque chose ?

« Au fond de moi, je l’espère, vu les heures que nous passons sur le terrain. Nous avons surtout bénéficié d’un important battage médiatique. L’année 2007 a été une charnière, avec
le Pacte écologique de Nicolas Hulot, le film d’Al Gore, le rapport du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat(GIEC)… Le souci, c’est que nous n’avons pas répondu à la question « que faire maintenant ? ». J’insiste pour que les gens qui ont conscience des problèmes passent maintenant aux solutions. Un groupe d’intervention
Europe Ecologie vient d’être fondé au niveau régional, pour intervenir de façon plus visible contre des projets publics qui ne seraient pas éco-compatibles. »

- Avec le sommet de Copenhague et leur récent succès aux élections européennes, les écologistes peuvent-ils espérer un succès comparable à celui de juin dernier aux prochaines élections régionales ?

« Dans la région, nous bénéficions de bons résultats depuis longtemps. Nous avons encore gagné 2 à 3 % aux dernières élections. Je suis persuadé que cela peut se reproduire en mars prochain. Au plan national comme local, les écologistes se rassemblent enfin, et ce ne peut être que positif. Nous préparons déjà les élections, avec de nombreuses réunions et des consultations. Nous proposerons un programme écologique ambitieux pour la région. »

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • repondre message

    Pensez vous qu’aujourd’hui ce monsieur dirait toujours que le sommet de Copenhague peut aboutir à un vrai accord ? On met toujours tous nos espoirs sur les "grands", mais ne doit on pas agir à tous les niveaux ?
    La question de la protection de l’environnement devrait être au premier plan des préoccupations de ceux qui nous dirige. N’est ce pas notre avenir qui est en jeu ? Celle de notre planète ?

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter