Régionales 2010 en Languedoc-Roussillon

Emmêlé dans ses contradictions, le MoDem va tenter de se mettre en marche

vendredi 05/02/2010 - mis à jour le 06/02/2010 à 07h03

Aujourd’hui, vendredi 5 février, le patron de la fédération héraultaise du MoDem, Marc Dufour, doit rencontrer Patrice Drevet, chef de file de la liste Alliance Ecologiste Indépendante (AEI) dans la région. La réunion des deux coqs a deux issues possibles : une alliance AEI/MoDem comme le souhaite Bayrou, ou le clash pur et simple. Rétrospective d’une querelle qui retarde l’entrée du MoDem dans la campagne des régionales.

Annoncée le 4 février dans l’après-midi, cette réunion a un enjeu important : s’accorder une fois pour toutes sur la composition des listes que le MoDem présentera aux prochaines régionales. Depuis les élections européennes de juin dernier, deux stratégies s’affrontent autour de la question.

Tout commence fin 2009 quand Marc Dufour, le patron de la fédération héraultaise du MoDem, défend l’idée d’être tête de file aux régionales. Il l’a été pour l’UDF en 2004, pourquoi ne le serait-il pas pour le MoDem en 2010 ? Le problème, c’est qu’il n’est pas le seul candidat. Un conseiller municipal de Pézenas, qui n’est même pas membre du MoDem lui conteste ce droit. Pas n’importe qui : Patrice Drevet, l’ancien présentateur météo de France 2. Après avoir gagné en crédibilité lors des européennes de juin dernier, la vedette de Génération Ecologie [1]se verrait bien investi au MoDem comme tête d’affiche d’une liste d’alliance avec sa formation. Au sein du Mouvement Démocrate, Catherine Labrousse défend la candidature de “monsieur météo”. La vice-présidente de l’agglomération de Montpellier croit à l’intérêt d’une liste d’union “verte-orange” en vue des régionales.

Les deux camps (ndlr. Labrousse contre Dufour) se braquent à la fin de l’année. Le bureau national du MoDem décide donc d’organiser une primaire interne pour désigner sa tête de file dans le Languedoc-Roussillon. François Bayrou vient l’annoncer en personne à Montpellier le 19 décembre. L’élection qui oppose les pro-Drevet et les pro-Dufour a lieu les 6, 7 et 8 janvier 2010. Et c’est le patron de la fédération qui l’emporte avec 60.9% des voix contre 36,3%. Patrice Drevet prend acte et retourne à sa liste d’AEI. Tout en signalant qu’il se présentera aux régionales sous cette bannière. Comme lors des dernières élections européennes.

Dans ce contexte de séparation, Marc Dufour commence à mettre en place ses propres listes MoDem. Mais le 20 janvier, le sondage TNS/Sofres de Midi Libre paraît. Commandité par le PS, ce sondage crédite la liste de Dufour de 3% des intentions de vote seulement, contre 7% pour la liste AEI conduite par Drevet. La notoriété de “monsieur météo” est intacte alors que le MoDem semble isolé dans la région. François Bayrou va en tirer des conclusions très politiques : il choisit d’aller contre le vote des militants du Languedoc-Roussillon, et scelle dans la nuit du 28 au 29 janvier une alliance nationale avec Génération Ecologie. Dans les régions, les listes MoDem et AEI doivent fusionner, et les personnalités les mieux à même de se positionner à l’élection doivent être désignées têtes de listes.

Conséquence : alors que Dufour boucle tout juste la constitution de ses listes, il se retire. Le 1er février, il se justifie dans les colonnes de Midi Libre : « Dans le cadre des négociations passées entre le MoDem et Génération Ecologie, j’ai décidé de me retirer et de laisser ma place à Patrice Drevet. C’est lui qui tirera la liste Génération écologie / MoDem. » Il ajoute qu’il ne réclamera pas d’être en position éligible.

Visiblement, les jours qui suivent ne donnent lieu à aucune discussion. Patrice Drevet se plaint dans la presse d’un manque de soutien de la part du MoDem. Il explique que Marc Dufour a « jeté l’éponge ». Autrement dit, il considère qu’au MoDem, on le laisse seul pour refaire les nouvelles listes d’alliance. La réponse de l’intéressé arrive dans la journée. Par communiqué, Marc Dufour rappelle à Patrice Drevet qu’il « devra conduire une liste très majoritairement composée de membres du MoDem, en acceptant le projet humaniste qui est le [leur] et en respectant le choix de l’Union régionale de [leur] mouvement ». Reste à savoir ce qu’il entend par « très majoritaires » : têtes de listes départementales, ou un peu plus ? En tout cas la menace est précisée dans le communiqué : « Si ces négociations devaient achopper, je déposerai dès le 9 février la liste MoDem à la préfecture, qui est d’ores et déjà complète ».

François Bayrou a rencontré Patrice Drevet le 3 février. Hier, dans l’après-midi, Marc Dufour a annoncé qu’il rencontrerait Drevet aujourd’hui. Haut Courant a contacté le vice-président de la fédération héraultaise du MoDem, Didier Denestèbe pour savoir sur quoi précisément porteraient les discussions entre les deux formations. Réponse en mode “silence radio” : « tout a été dit par Dufour. Il n’y a pas grand chose à rajouter, sinon que Dufour et Drevet se rencontrent aujourd’hui (ndlr. vendredi 5 février), l’un étant officiellement investi par le MoDem depuis sa victoire en interne, et l’autre qui doit comprendre que la majorité des listes seront composées de gens du MoDem. Si M. Drevet n’accepte pas ce principe, Marc Dufour déposera nos listes déjà constituées à la préfecture. » Même son de cloche parmi les militants pro-Dufour. Dans la journée, on en saura beaucoup plus sur l’état du MoDem.

Retour au dossier spécial Régionales 2010 en Languedoc-Roussillon

Mis à jour le 5 février à 20h30

Crédits photo : MoDem

Notes

[1La France en action, le Mouvement écologiste indépendant et Génération Ecologie se sont rassemblés pour les européennes de 2009, et ont créé l’Alliance Ecologiste Indépendante.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

3 réactions

Réagissez

  • Emmêlé dans ses contradictions, le MoDem va tenter de se mettre en marche

    6 février 2010 03:43, par François VAN DE VILLE

    repondre message

    Cette situation est consternante : elle risque fort de nous conduire, tous ensemble, droit dans le mur.
    Je n’ai pas à juger des relations existant entre Mr DUFOUR et les différentes fédérations du Languedoc-Roussillon. Mais en ce qui concerne celles actuelles entre celui-ci et la Fédération du GARD, leur différent provient que, quoique cette Fédération ait parfaitement avalisé l’élection de Mr DUFOUR comme tête de liste régionale à la suite de la "primaire" de Janvier, celui-ci prétend maintenant imposer, pour composer la liste gardoise, ses seuls ami(e)s proches, tous membres d’un cercle restreint, à la place des 20 membres que cette Fédération a choisis individuellement à bulletins secrets, par ses instances départementales élues, parmi les 29 postulants enregistrés selon les normes fixées par le Conseil National (Il n’y a que 20 sièges à pourvoir dans le GARD).
    Tous ces candidats, enregistrés validement par le siège national, ont été mis hors course par Mr DUFOUR, dont, notamment, le Président de la Fédération (lui-même !), le Président Départemental des Jeunes Démocrates, la Présidente Départementale des Élus, des élus locaux, etc.... Et Mr DUFOUR entend, de surcroît, vouloir imposer à leur place des membres "amis", dont, en tête, un adhérent suspendu par les instances nationales (CCC) à la suite de faits graves instruits par cette Commission nationale, ou d’autres qui n’avaient pas présenté de candidature dans les règles fixées !
    La Fédération du GARD ne peut, ni ne pourra, admettre, de quelque façon que ce soit, un tel déni de démocratie.
    Les différents contacts, même de haut niveau, pour ramener Mr DUFOUR à la voie de la sagesse ont tous échoué, et ceci bien avant la phase de l’alliance nationale conclue entre le MoDem et Génération Écologie.
    Faut-il s’étonner maintenant que le MoDem du Languedoc-Roussillon ait explosé ?
    Les responsabilités de cet échec annoncé de notre Mouvement sont clairement définies. Hélas.

    François VAN DE VILLE
    Co-listier de Mr DUFOUR aux régionales de 2004, Secrétaire Départemental du Mouvement Démocrate du GARD. Non-candidat en 2010.

  • repondre message

    Bonjour,

    Juste un détail dans la rédaction, si j’ai bien été conseiller municipal de la Ville d’Agde de 2002 à 2008, je ne suis plus.
    Florence mon épouse a cette mission élective depuis la dernière élection pour avoir été chef de file MODEM et N° 2 d’une liste municipale qui a réalisé 49 % au second tour des municipales de 2008.
    Cordialement

    Didier DENESTEBE

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter