Mesdames, vous êtes à l’honneur !

lundi 08/03/2010

« Femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde » disait Léon Tolstoï. La Journée internationale des droits de la femme (ou journée internationale des femmes) est célébrée le 8 mars depuis 100 ans. Elle trouve son origine dans les manifestations des femmes, qui au début du XXe siècle, en Europe et aux États-Unis, réclamaient l’égalité, de meilleures conditions de travail et le droit de vote.

Le combat des femmes : un long chemin !

En 1975, la cause internationale de la femme avance d’un pas lorsque les Nations Unies commencent à observer à leur tour la Journée Internationale de la Femme. Mais c’est en 1977 que les Nations Unies instaureront officiellement cette journée, invitant ainsi chaque pays du monde à célébrer une journée pour les droits des femmes. C’est, chaque année, l’occasion de revendiquer l’égalité, de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société, à travers le monde. Traditionnellement, les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition des femmes, fêter les victoires et les avancées. Autre avancée : en 1979, la communauté internationale décide de remettre en question et d’éliminer la discrimination sexuelle qui s’exerçait contre les femmes en adoptant la CEDEF (Convention pour l’Élimination de toutes formes de Discrimination à l’Égard des Femmes) ou CEDAW, en anglais.

D’autres actions peuvent être citées telle que la Marche mondiale pour les femmes. Partie d’une initiative féministe lancée par la Fédération des femmes du Québec pour organiser une marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence faite aux femmes, celle-ci a suscité la participation de 6 000 groupes de 161 pays différents. Organisée en 2000, cette marche a débuté le 8 mars, journée internationale des Femmes, pour se terminer le 17 octobre, journée internationale pour l’élimination de la pauvreté (décrétée par l’ONU). À New York, le 17 octobre 2000, après la marche finale dans la ville avec des participantes, une délégation a remis les signatures d’une pétition internationale à des représentants de l’ONU ainsi qu’un ensemble de propositions à mettre en œuvre pour aider à supprimer les problèmes de pauvreté et de violence. Depuis, tous les ans, à chaque anniversaire de la Marche, différentes initiatives ont été lancées, comme une Charte mondiale des femmes pour l’humanité finalisée le 10 décembre 2004 à Kigali (Rwanda) lors de la 5e rencontre internationale de la Marche mondiale des femmes.

Une journée d’égalité et de droit

En France, où les femmes ont obtenu le droit de vote (21 avril 1944) à coup de manifestations suffragettes, le 8 mars devient une date clé pour toutes les militantes françaises réclamant l’égalité des droits. Et c’est notamment l’arrivée au pouvoir du socialiste François Mitterrand qui permettra d’instaurer de façon officielle la Journée de la femme en 1982.

Les années suivantes, de nombreuses manifestations verront le jour à travers le monde sous l’impulsion des mouvements féministes, parfois réprimandées. Par exemple, le 8 mars 1986, au Chili, une manifestation se termine dans un bain de sang, tandis qu’à Washington, les femmes défilent dans les rues pour défendre le droit à l’avortement.

Aujourd’hui, la Journée de la femme est selon les pays plus ou moins suivie, perdant dans certains cas son caractère militant et revendicatif.

A bas le machisme

La première des choses que demandent les femmes, outre l’égalité, est que soit prises en compte les violences qui leur sont faites. Beaucoup de choses sont à l’origine des actes de violence l’égard des femmes dont l’époux est le premier acteur : le fait de désobéir au mari, de répondre à ses observations, de refuser les rapports sexuels, de ne pas servir à manger au moment où il le désire, de négliger les soins portés aux enfants, de négliger les travaux domestiques, de se déplacer sans sa permission, ses soupçons... Cette attitude extrêmement discriminatoire est aussi conditionnée par l’image attendue de ce que doit être un "vrai homme" qui subsiste dans certaines sociétés : un être qui affirme ses désirs, qui ne doit donner aucun signe de faiblesses, qui ne doit pas pleurer, qui a le devoir de rester fort devant toutes les situations, qui pourvoit aux besoins du ménage mais ne doit rendre aucun compte de ses dépenses (contrairement aux femmes). Mais, soyons clair Messieurs, aucune de ces soit-disant raisons ne peuvent justifier une violence, quelque soit sa forme, à l’égard d’une femme.

Vive l’égalité entre hommes et femmes

Il apparaît clairement que l’émancipation des femmes et l’accession à l’égalité face aux hommes, constituent un objectif crucial pour le respect des droits de la personne faisant partie intégrante du développement humain et économique. Afin que ce développement puisse s’assurer un réel avenir, le travail d’information et de sensibilisation consiste à reconnaître les coûts de la discrimination sexuelle et les avantages de l’égalité. Car, en effet, l’inégalité et la discrimination ont une répercussion importante sur la vie sociale et économique des foyers, qui pénalise autant les femmes que les hommes.

Messieurs, soyons galants et respectueux 365j/365

Néanmoins, la Journée des femmes ne doit pas être célébrée que le 8 mars. Nous devons tous fêter, chaque jour de l’année, les femmes. Ce, pour nous avoir porté dans leur ventre, pour nous avoir mis au monde, changer nos couches, nourri, éduqué. C’est grâce à elles que nous sommes tous devenus quelqu’un. Sans elles, nous ne serons même pas au monde. Et, comme dirait l’autre : "derrière chaque homme d’exception, se cache une femme d’exception."

http://www.bloc.com/article/societe/fetes-et-evenements/journee-de-la-femme-2008-08-15.html

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

6 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Un bel article qui ne prend pas tellement les femmes en victimes, mais en tant qu’individu entier.

  • Mesdames, vous êtes à l’honneur !

    8 mars 2010 14:56, par Julie Derache

    repondre message

    A l’occasion du centenaire de la Journée internationale des femmes 2010, de nombreuses manifestations sont organisées. Parmi lesquelles, maints expositions photographiques.

    Vous pouvez trouver sur le site Actuphoto.com une sélection de portraits de femmes photographes et engagées ainsi qu’une sélection d’expositions, de livres où la femme est mise en avant.

    http://www.actuphoto.com/journee-internationale-de-la-femme-2010.html

    Cordialement,

    J.D.

  • Mesdames, vous êtes à l’honneur !

    8 mars 2010 14:11, par Shana

    repondre message

    Bravo M. Ndiaye !!! Un article riche en informations et surtout la bonne initiative de mettre les femmes à l’honneur !!!Et ,comme vous l’avez si bien dit, n’oublions pas de célébrer chaque jour les femmes !!

  • Mesdames, vous êtes àl’honneur !

    8 mars 2010 08:25, par Marie G

    repondre message

    C’est bien monsieur Ndiaye, que vous ayez mis la journe.
    de la femme sous les projecteur mais que le chemin àparcourir est encore long. En Serbie par exemple les hommes apres la guerre s’en prennent àleur femme et àleur famille,les femmes ecrivains qui denoncent la realite, comme Taslima Nasrim sont menacees de mort pour denoncer la realite et doivent fuir leur pays.Au moyen - age les femmes
    n’avaient, soit disant pas d’ame...
    En tant que femme , je dois me battre tous les jourd pour seulement exister et ne pas etre la bobone des autes !!!
    Marie G

    • Mesdames, vous êtes àl’honneur ! 20 mars 2010 04:33, par Philippe Seguin

      repondre message

      "Néanmoins, la Journée des femmes ne doit pas être célébrée que le 8 mars. Nous devons tous fêter, chaque jour de l’année, les femmes. Ce, pour nous avoir porté dans leur ventre, pour nous avoir mis au monde, changer nos couches, nourri, éduqué."

      Je suis déçu car j’attendais après ce brillant réquisitoire les mots "seprillère", "repassage", voire "salope" car tout cela étant plus ou moins du même ressort.

      • Mesdames, vous êtes à l’honneur ! 20 mars 2010 21:45, par Julie Derache

        repondre message

        En tant que rédactrice en chef, je trouve qu’il est intolérable de laisser un tel commentaire sur un article d’un étudiant qui fait correctement son travail, tout en étant à côté de ses études médiateur, et qui côtoie la réalité de la vie tous les jours.

        Surement, qu’il a eu une autre éducation que vous, faite de respect et de finesse envers autrui, et envers les femmes.

        Si vous utilisez ces termes, je plains votre mère, et les femmes que vous côtoyez.

        Si j’ai publié ce commentaire, c’est pour que tous voient que la misogynie existe encore et que la Journée de la Femme a encore de beaux jours devant elle.

        Julie DERACHE, rédatrice-en-chef.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter