Gad Elmaleh s’éclate des deux côtés de la caméra

mardi 17/03/2009 - mis à jour le 17/03/2009 à 10h19

L’humoriste préféré des Français présente "Coco", son premier film. Il raconte cette nouvelle expérience. Rencontre.

Comédien, réalisateur et auteur, Gad Elmaleh a endossé toutes les casquettes du métier pour tourner son premier film. « C’est parti d’une envie d’acteur. Je n’ai pas eu envie d’être réalisateur, j’ai eu envie d’être acteur libre » , explique-t-il lors d’une avant-première de Coco à Montpellier (sortie en salles le 18 mars).

Pour cela, il s’est accordé la plus grande des libertés dont un acteur puisse rêver, « celle de se diriger soi-même » . Et quand Gad Elmaleh dirige, autant dire que l’improvisation est la bienvenue, « presque la moitié des dialogues ont été improvisés sur le plateau » .

A l’instar de Chouchou en 2003, Gad Elmaleh reprend ici l’un des personnages de son spectacle La vie normale. « J’avais envie de jouer un personnage exubérant. J’avais besoin de cet excès, de cette folie. Dans ce genre-là, le personnage de Coco était idéal. » Coco ou l’histoire d’un self-made-man de 40 ans, exemple parfait de la réussite sociale. Un nouveau riche, parti de rien et qui a connu une fulgurante "success story" grâce à son invention de l’eau frétillante. Mégalo, flambeur, exubérant, Coco veut faire de la bar-mitsvah de son fils « l’événement national de l’année » avec pour seul mot d’ordre : « s’é-cla-ter » . Pour y parvenir, il loue le Stade de France, embauche la Patrouille de France pour graver « Mazel Tov » dans le ciel et veut « férieriser » le lendemain pour prolonger la fête.

« Pour fabriquer de la comédie, il ne faut pas se marrer tout le temps »

Un clin d’oeil aux origines du comédien. Juif d’Afrique du nord, Gad Elmaleh a voulu que son film prône une valeur de tolérance : « Je fais un contre-pied aux clichés. La famille juive de Coco accepte sa femme goy. Cela me tenait à coeur de montrer une famille qui s’ouvre à une autre religion et une autre culture. » Le personnage de Coco est dépassé par son propre succès. Tout lui réussit. Et peut-être même un peu trop. Il croit que l’argent peut acheter n’importe qui et n’importe quoi. Et pourtant...
Réaliser son premier film, Gad Elmaleh confie que « ça fait peur. C’est clair que je n’ai pas su tout faire. Il y a des choses qui m’ont échappé. C’est les maladresses d’un premier film ». Face à ses « maladresses » , le jeune réalisateur reconnaît avoir eu un avantage certain, celui d’être acteur : « J’ai su comment diriger puisque je l’ai moi-même été. » Entouré de Manu Payet et d’Ari Abittan, ses partenaires dans Coco, Gad Elmaleh le réalisateur reste fidèle à Gad l’humoriste. « L’avantage d’être réalisateur, c’est que je ne me suis pas fait passer le casting et que je n’ai pas eu à coucher avec le réalisateur cette fois-ci. » Mais n’allons pas plus loin puisque, comme Gad Elmaleh aime à le dire, « pour fabriquer de la comédie, il ne faut pas se marrer tout le temps. Le comique, c’est du sérieux. »

Article publié dans le Midi Libre (15/03/09)

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • repondre message

    Il n’empêche que ce film est une belle merde, vaguement drôle.
    Un film qui fait l’apologie du fric et du bling bling avec de l’humour dedans... encore que tout ne soit pas si drôle... l’exercice de la comédie est délicat, surtout quand le fond est absent. La fin en Happy End est complètement attendue et ratée. C’est vraiment la misère...

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter