Languedoc Roussillon : dossier Régionales 2010

Julien Sanchez : "Le FN n’a jamais été un parti raciste"

dimanche 24/01/2010 - mis à jour le 25/01/2010 à 19h07

En 2000, Julien Sanchez rentre au Front National, à 16 ans. Aujourd’hui, en 2010, à l’occasion des élections régionales il est deuxième de liste départementale dans l’Hérault. De simple militant, il a gravi les échelons pour être aujourd’hui la figure de proue du FN « nouvelle génération ». Soutenant la tête de liste France Jamet, il est également adjoint au directeur du service presse et chef de projet internet national pour le Front National. Rencontre.

HautCourant : Julien Sanchez, pourquoi et comment avez-vous adhéré au Front National ?

Julien Sanchez : Mon engagement a été précoce. Mon père était engagé à l’extrême gauche et militant CGT. J’ai pu suivre les débats télévisés pendant mon enfance. C’est au lycée, à 16 ans que j’ai rejoint un parti : le Front National. Pour moi le FN c’est la justice sociale et donner aux gens la possibilité de vivre mieux. En France il y a des injustices. L’Etat aide beaucoup les étrangers mais n’aide pas les français dans le besoin. Auparavant le Parti Communiste dénonçait cet état de fait, aujourd’hui il ne reste plus que le FN pour le faire.

HC : Comment votre famille regarde-t-elle votre engagement pour l’extrême-droite ?

JS : [Sourire] Mes parents ne voteront pas FN c’est certain. Ils sont toujours communistes, mais respectent mon engagement. On a chacun nos conceptions de la politique, mais ils savent que mon combat est désintéressé et que je défends avant tout mes convictions.

HC : Comment se manifeste au jour le jour le militantisme d’un jeune adhérent au FN ?

JS : Au début, j’ai commencé en distribuant des tracts et des autocollants. A l’époque déjà je m’intéressais beaucoup à la création de sites sur internet, et j’ai très vite été contacté pour réaliser des sites pour le Front National. Aujourd’hui, je suis Chef de Projet Internet national pour le FN et j’ai participé à l’élaboration du site du parti, tout en continuant à effectuer un travail sur le terrain et à rencontrer la population. Le Front National donne des responsabilités aux jeunes, ça marche en fonction du mérite. C’est pour cette raison que Jean-Marie Le Pen a insisté pour que je sois une nouvelle fois éligible [1] lors de ces élections régionales. D’autant plus que dans le Languedoc-Roussillon, les jeunes frontistes sont moins stigmatisés qu’à Paris par exemple. Les gens sont plus ouverts. A ce niveau là, il y a pas mal de jeunes dans le bureau de campagne de France Jamet, comme vous avez pu le voir. Il y en aura également beaucoup sur notre liste, contrairement à celles des deux autres principaux partis.

HC : On constate une forte présence du FN sur la toile ? Est-ce une stratégie de campagne visant à toucher les jeunes ?

JS : Internet, c’est incontournable aujourd’hui. Cela permet de compenser le manque de médiatisation dont souffre le FN. Et effectivement, c’est très important pour les jeunes : actuellement, 90% des adhésions sur la toile viennent de jeunes désireux de s’engager mais hésitants à se rendre à une permanence.

HC : Sur votre blog, vous écrivez « je me bats contre toute forme de discrimination ». N’est-ce pas paradoxal pour un militant du FN ?

JS : Ce n’est pas paradoxal, le Front National n’a jamais été un parti raciste. Être contre l’immigration ce n’est pas du racisme. Il y a énormément de problèmes et de misère en France, occupons-nous en avant d’essayer d’accueillir toute la misère du monde.
Et quand j’entends Sarkozy parler d’immigration choisie, ça me désole. En réalité, son idée c’est de faire venir les cerveaux d’Afrique et de laisser crever le reste de la population. Il faut avant tout aider ces pays à se développer chez eux.

HC : Quel bilan tirez-vous de six ans de frêchisme au Conseil Régional ?

JS : Premièrement, le manque de démocratie. Pour l’anecdote, lors de la transition Blanc-Frêche en 2004, les nouveaux arrivants nous ont donné une heure pour évacuer les bureaux. Nous nous sommes retrouvés dans un cagibi de 9m² pour huit élus.
Au niveau de la région, la politique de George Frêche se caractérise par la hausse des impôts et l’inaction, alors qu’il utilise 100 millions d’euros par an pour sa communication. La seule bonne chose qui ressort de ces six années, c’est la création de la marque « Sud de France ».


HC : Parlez nous un peu du programme du FN pour ces régionales.

JS : Notre programme défend quatre thèmes principaux : la baisse des impôts jusqu’en 2014, la protection de l’agriculture et notamment des viticulteurs qui font la renommée de notre région, plus de sécurité dans les transports et les lycées et enfin la préférence nationale.

Retour au dossier spécial Régionales 2010 en Languedoc-Roussillon

Mis à jour le 25 janvier à 17h00

Notes

[1En 2004, Julien Sanchez était déjà candidat sur la liste d’Alain Jamet, en 13° position.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

3 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Merci d’avoir intervewé julien sanchez qui est une des meilleures figures du fn. Votons fn !!
    Alexis

  • Julien Sanchez : "Le FN n’a jamais été un parti raciste"

    26 janvier 2010 10:57, par Sébastien Teissonnière

    repondre message

    Cher journalistes,

    Merci pour cette article, qui met un visage sur l’extrême droite héraultaise.

    On remarquera que les tenants de la "France aux Français" d’hier feraient presque figure, aujourd’hui, de radicaux socialistes. Dans le propos, cela donne "le FN n’a jamais été un parti raciste" (je salue du même coup le titre de cet article) ou encore, en substance, le FN est l’héritier du PC en termes de lutte contre l’immigration. Bien sûr monsieur Sanchez, bien sûr...

    J’ai beaucoup aimé lire que "L’Etat aide beaucoup les étrangers mais n’aide pas les français dans le besoin"(Leitmotiv facile de l’extrême-droite mondiale).

    M. Sanchez, pensez-vous que l’acharnement d’un Besson, d’un Hortefeux ou d’un Sarkozy contre les immigrés ou en faveur de l’identité nationale (devenue, en passant, un principe sacro-saint de l’engagement à droite) reflète une volonté d’aide envers les ressortissants non "français" ?

    Et je ne parle pas des "français" dans le besoin, un Proglio suffira à leur faire la leçon.

    Bref, je vous laisse retourner dans vos 9m², et souhaite que vous y restiez.

    • Julien Sanchez : "Le FN n’a jamais été un parti raciste" 28 janvier 2010 02:09, par christine koziol

      repondre message

      bonjour monsieur
      croyez vous vraiment toujours et encore que les gens qui votent fn ou veulent tous simplement que la France soit enfin respectée comme un pays de droit et d accueil, sont des personnes racistes...?
      êtes vous réellement limité à ce qu on entend dans les médias et ne comprennez vous pas que beaucoup de français sont réellemnt blasés, voir ecoeurés, d’être juste considérés comme des vaches à lait devant tout accepter et même se faire insulter par des personnes qui eux ne respectent rien, qui bafouent les lois de la republique et qui en plus traitent les français de sales blancs ou sales français et j en passe...
      dans quel monde vivez vous...?...!!!
      et oui la planète est ce qu elle est...
      chaque être humain a le droit d être bon ou mauvais et cela quelque que soit le pays d origine, ou dans lequel nous vivons...
      le libre arbitre...le lien spirituel qui fait de nous des hommes...
      malheureusement, le choix est plus dur pour certain et la limite est mince...
      tendons vers... le meilleur...
      ne pensons pas à l aprés, mais à maintenant...
      ne pas essayer de faire le bien parce qu il nous promet le paradis, mais faire le bien pour faire de notre planète un paradis...maintenant et pour toujours ...
      car de notre présent découle le futur...
      ne regressons pas ...faisons avancer la société et respectons chaque pays dans lequel nous vivons...
      comme cela nous ne parlerons plus d identité...
      nous serons identifiés...
      et n oublions pas qu un sourire est le plus beau cadeau que nous puissions faire à l autre, si il est sincère et vrai, alors pourquoi le cacher sous un voile d absurdité...?
      je pense que le fn defend ses valeurs...
      et les français ont envie d y croire...
      ce n est pas de l utopie que de penser que la France peut changer et retrouver ses valeurs d avant...
      dommage que vous soyez fermé dans moins de 9 m2...juste dans votre esprit aigri...
      laissez les gens faire evoluer le système et non pas le faire regresser...
      merci monsieur...

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter