Analyse

La censure de la taxe carbone : « une confirmation de l’analyse du Parti socialiste »

jeudi 31/12/2009

Véritable camouflet pour le président de la République, Nicolas Sarkozy, l’annulation de l’impôt écologique par le Conseil constitutionnel, mardi 29 décembre, vient avaliser la position du Parti Socialiste qui termine ainsi l’année 2009 sur un succès en demi-teinte.

Suite à la censure de la taxe carbone par les Sages du Conseil constitutionnel, la réaction du Parti socialiste ne s’est pas fait attendre.
« L’annulation de la taxe carbone par le Conseil constitutionnel est un revers majeur pour Nicolas Sarkozy » a ainsi jugé la première secrétaire du parti, Martine Aubry. La maire de Lille n’omettant pas de préciser que l’annulation faisait suite à « une saisine par les parlementaires socialistes ». Selon Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale, « la méthode Sarkozy une fois de plus n’a pas marché ». Et le maire de Nantes de plaider pour « une réforme fiscale qui soit plus écologique, plus protectrice de l’environnement ».

Ségolène Royal qui déjà à La Rochelle, à la fin du mois d’août, fustigeait « un impôt absurde, injuste et historiquement décalé dans le temps » s’est empressée de saluer « une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des Français et contre la pression fiscale intolérable exercée par le gouvernement ».

Toujours prompte à l’autosatisfaction, la présidente de la région Poitou-Charentes n’a pas oublié de rappeler qu’elle avait été « la première à dénoncer cette taxe dès le mois d’août dernier et ce malgré le consensus général qui entourait cette mesure ».

« Taxe écologiquement inefficace et socialement injuste »

Il est sûr qu’au départ, le consensus ne s’était pas fait autour de Ségolène Royal, y compris au sein du Parti socialiste. Laurence Rossignol secrétaire nationale à l’environnement au PS jugeait ainsi, au début du mois de septembre, que « Ségolène Royal parle en son propre nom. Quand elle parle de la taxe carbone, cela n’engage qu’elle-même ». Aujourd’hui, Mme Rossignol se félicite, au même titre que Mme Royal, de l’annulation « d’une taxe à la fois « écologiquement inefficace et socialement injuste ».

Sur le fond, force est de constater que les propos de l’ancienne candidate à l’élection présidentielle sur cet « impôt injuste » étaient largement fondés. Tous les caciques socialistes n’ont d’ailleurs eu de cesse, par la suite, de reprendre cette position, à commencer par Martine Aubry qui dénonçait une taxe
« inefficace sur le plan écologique et injuste socialement ».

Position partagée par le porte-parole du parti, Benoît Hamon, qui, dès le mois de septembre, estimait également que l’impôt n’aurait pas « les effets écologiques attendus » et serait « injuste socialement ». La formule a depuis fait florès. Reprise par l’ensemble des dirigeants socialistes, elle a de facto permit au parti de parler d’une seule voix, sans cacophonie.

Une annulation salutaire pour le PS

Dès lors, Martine Aubry peut aujourd’hui s’enorgueillir de cette décision du Conseil constitutionnel dont « les motifs confirment la position prise par le Parti socialiste ». En effet, dans leur décision du 29 décembre, les Sages reprennent en grande partie l’orientation du parti. Le Conseil constitutionnel parle ainsi dans sa décision de mesures « contraires à l’objectif de lutte contre le réchauffement climatique et [qui] créent une rupture caractérisée de l’égalité devant les charges publiques ». Ségolène Royal ne disait pas autre chose à
La Rochelle au mois d’août …

Salutaire pour les ménages français, cette annulation de la taxe carbone l’est également pour un Parti socialiste qui termine cette difficile année 2009 sur une petite victoire. Surtout, cette « confirmation de l’analyse du PS » par le Conseil constitutionnel en matière de fiscalité écologique lui permet de redevenir crédible sur le sujet, tout en prenant le dessus sur la majorité présidentielle.

Martine Aubry n’a d’ailleurs pas manqué de le rappeler. Pour la première secrétaire, « cette annulation vient rappeler au président de la République qu’il ne suffit pas de faire des discours pour faire avancer la cause de l’environnement ; qu’il ne suffit pas de nommer un impôt « taxe carbone » pour qu’il soit écologique ». Et de poursuivre, toujours à l’encontre de Nicolas Sarkozy, « après l’échec du Sommet de Copenhague, ce nouveau revers révèle la réalité de la politique du Président de la République : beaucoup d’agitation mais peu de résultats ».

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

7 réactions

Réagissez

  • repondre message

    La décision de Sarkosy ne donne que plus d’éclat à votre article et permet de confirmer que l’écologie pour lui n’est qu’une affaire de circonstances, un produit d’appel électoraliste. Pauvre planète..

  • repondre message

    la quasi confirmation de l’annulation de cette taxe, confirme, s’il en était besoin le peu de cas que fait Sarko de l’écologie et aussi la justesse de vos propos et analyses.

  • repondre message

    mais quand les gens s’apercevront-ils donc que toute l’action de notre président n’est que de pure circonstance. Pour le compte, il devient écolo, d’un seul coup de baguette magique, mais sans oublier de ne faire payer que les moins aisés. Sa politique n’est qu’en trompe l’oeil, au gré des événements au coup par coup, mais avec comme fil conducteur d’épargner les riches. A l’occasion de ses voeux, n’a-t-il pas le toupet de pr^ner l’unité nationale lorsqu’il fait tout pour diviser les francais, lorsqu’il pr^ne le respect d’autrui, éviter les insultes. (est-il nécessaire de rappeler ici ses fameuses phrases ?... n’attendons pas 2012, pour lui dire, nous ne voulons plus de vous monsieur le président. les régioanles de mars, doivent donner un signal fort à ce pouvoir, qui ne se maintient que grâce à l’énergie forcenée d’un petit homme.
    A la gauche de montrer courage et intelligence, en menant enfin le vrai combat, avec europe écologie et toutes les forces de gauche afin de redonner de l’espoir

  • repondre message

    Après Copenhague et cette censure de "sa" taxe carbonne, le petit Nicolas est plus vert que jamais ! Une belle année Monsieur le président.

  • repondre message

    même si ségolène Royal a vu juste sur la taxe carbone et ses implications sociales, ce n’est pas pour autant qu’elle redevient crédible aux yeux de son électorat. Au moins cette censure, démontre s’il en était encore besoin, que SARKOSY ne brasse que du vent, (et si au moins cela avait le mérite de chasser le CO2....)

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter