Soma, le groupe qui va faire causer ?

samedi 13/03/2010 - mis à jour le 16/03/2010 à 22h09

Jeudi 11 mars, Soma s’est produit sur la scène de la salle Victoire 2 de Montpellier. Révélés en fin d’année 2009 avec leur clip « Get down », les Istréens entament une tournée-marathon pour présenter leur nouvel album « Jewel and the Orchestra » sorti le 1er mars. Sur scène, les quatre garçons se donnent à fond. S’ils continuent sur cette lancée, ils pourraient faire partie des révélations françaises de cette année 2010. Rencontre avec Lionel, chanteur et guitariste.

Formés depuis 2001, les Soma se sont connus sur les bancs du lycée à Istres (13). Leur album « Jewel and the Orchestra » produit par Dave Sardy (Oasis, Dandy Warhols, Cold War Kids) offre un rock pop enjoué. Lionel, chanteur et guitariste du groupe, nous en dit plus.

Votre clip « Get down » est un peu violent, cela vous a aidé à vous faire connaître ?

Oui c’est sûr, on savait en le tournant que les télés ne voudraient pas le passer. Nous avons voulu rassembler nos références comme Tarantino (Reservoir Dogs) ou Kubrick (Orange mécanique). Notre but n’était pas de choquer mais de montrer notre univers. Au final, le clip nous a servi à nous faire connaître mais nous a desservi aussi.

Pourquoi cela ?

Nous avons été censuré sur Youtube. Certains ont trouvé le clip trop « trash » et l’ont fait savoir. Pour nous, cela a été mal interprété, c’est seulement un gros délire à prendre au second degré.

« Jewel & the Orchestra », le nom de votre album est un titre figurant dessus, pourquoi avoir choisi ce nom ?

Tout d’abord, on trouvait que le nom était un peu mystérieux, que ça sonnait bien. Mais surtout, c’est un titre qu’on a composé au dernier moment. En fait, il nous restait quatre heures de studio. J’avais gratouillé de mon côté cette chanson et j’ai dit aux autres « On la fait ». Du coup, on l’a enregistrée. Nous étions tous vraiment satisfaits. C’était notre bijou d’où le nom (NDLR : jewel signifiant bijou en anglais).

Vous avez débuté votre tournée le mercredi 10 mars à Bordeaux avec des dates jusqu’au 24 juillet, prêt pour le marathon ?

Oh, ça ne nous effraie pas. De la scène, on en fait depuis toujours. C’est par là que nous nous sommes faits connaître. On préfère faire notre promotion comme ça, que d’acheter des encarts publicitaires qui te coûtent très chers.

Le 17 mars prochain vous passez dans « Taratata », l’émission de Nagui sur France 4, comment cela s’est passé ?

Super bien. Nagui est un pro. Il sait mettre à l’aise, poser les bonnes questions et rebondir. Un moment agréable.

Souvent, il y a des duos avec d’autres artistes dans cette émission, vous l’a-t-on proposé ?

On avait la possibilité de faire un duo avec Olivia Ruiz ou Tété mais ça ne s’est pas fait. Nous n’avons pas trouvé le morceau qui collait. Ce sont des artistes que nous respectons mais nos univers sont différents. Faire un duo sans être pleinement satisfaits ne nous intéressait pas.

À l’instar des Jackass, vous avez diffusé sur votre myspace des vidéos de vous mettant le « bazar » dans un magasin d’instruments de musique ou giflant un homme très baraqué. Allez-vous en faire d’autres ?

Oui, en fait on les a toutes déjà tournées. On va en diffuser une toutes les deux semaines. Nous avons pas mal de retours donc ça plaît. Les gens nous suivent. Nous ça nous fait marrer de faire ça. Mais maintenant que nous sommes signés sur un gros label (NDLR : Sony), il nous faut réfléchir à deux fois avant de faire ces vidéos.

Quel va être votre prochain single ?

On est en pleine discussion avec la maison de disques. On semble être d’accord pour que cela soit « Backyard ». Ce n’est pas encore décidé.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter