Dossier : Montpellier, une ville verte ?

Grenelle de l’environnement : Montpellier récompensée pour ses projets

samedi 12/03/2011 - mis à jour le 16/10/2013 à 12h28

Montpellier, bon élève en matière d’environnement ? En tout cas, la ville a été régulièrement récompensée par l’État pour ses projets dans le cadre du Grenelle de l’environnement. La ville a activement participé au plan “ville durable”, lancé en 2008 par le ministre de l’Écologie Jean-Louis Borloo pour encourager “l’urbanisme vert”.

En participant au plan “ville durable”, Montpellier a été récompensée pour ses efforts. Ainsi, le projet Éco-cité baptisé “Montpellier à la mer” a été retenu, avec 13 autres agglomérations en 2009. L’État reconnaît surtout des projets thématiques (eau, déchets, biodiversité...). Ces derniers seront subventionnés par la DREAL (Direction Régionale de l’Équipement, de l’Aménagement et du Logement), un service du ministère de l’Écologie chargé de promouvoir le développement durable à l’échelle locale. Pour 2010, le montant de l’enveloppe financière s’élève à 151 300€ pour toute la région Languedoc-Roussillon.

L’objectif est avant tout de rapprocher la ville de la mer. Il a été retenu car il propose la construction de logements et la création de nouveaux quartiers. L’État récompense aussi les efforts qu’entreprend la ville depuis 30 ans (quartiers durables, ligne de tramway, grand parc...).

Plusieurs sites pour un enjeu

Les sites concernés sont Antigone, Port Marianne, l’avenue de la Mer, l’Arena, la future gare TGV, Odysseum, les jardins de la Lironde pour les principaux. Le projet s’étend aussi sur les communes de Lattes, Pérols et Castelnau-le-Lez.

“Montpellier à la mer” sera organisée autour de la future troisième ligne de tramway. De nouveaux logements et services y seront construits à proximité. Il s’agit de regrouper habitations, transports et commerces ainsi que de développer les transports “doux” (pistes cyclables, tramway, zones piétons...). Le projet prévoit d’implanter des éoliennes, la création de chaufferies à bois et le développement de bâtiments basse consommation.

L’enjeu est de rénover le centre-ville : en effet, la tendance de ces dernières décennies était l’expansion des banlieues pavillonnaires, à la périphérie urbaine. Cela a pour conséquence de détruire de l’espace. L’idée est de créer de nouveaux quartiers au centre pour permettre d’économiser de l’espace et de dissuader les nouveaux arrivants de s’installer dans les quartiers périphériques.

Le projet Éco-quartier à Montpellier

La préfecture de l’Hérault a également participé au projet Éco-quartier [1], en rénovant le quartier de Port Marianne. Ce projet n’a en revanche pas reçu de prix, mais a tout de même été choisi pour faire partie du club des Éco-quartiers. Le projet, baptisé “Port Marianne-Rive Gauche”, prévoit la création de bâtiments bioclimatiques (orientation des façades par rapport à la course du soleil, réduction des consommations énergétiques) et une large part allouée à la végétation (2,5 hectares d’espaces verts sur un quartier de 9 hectares).

Montpellier, en participant au plan “ville durable”, semble avoir fait preuve de bonne volonté et s’inscrit dans la continuité des efforts entrepris depuis trois décennies. Les principaux thèmes environnementaux sont abordés (transports en commun, énergies renouvelables, espaces verts...). Néanmoins, la ville n’a pas participé à toutes les opérations du plan “ville durable”, qui comprend aussi un volet transports en commun... Espérons que cette lacune sera vite comblée.

Localiser cet article :

Notes

[1Éco-quartier, quèsaco ?

Éco-quartier, ou quartier durable, est un quartier urbain qui s’inscrit dans une perspective de développement durable, en réduisant au maximum l’impact sur l’environnement et en favorisant le développement économique ou encore la qualité de vie... Il s’agit de construire un quartier en prenant en considération un grand nombre de problématiques sociales, économiques et environnementales dans l’urbanisme, la conception et l’architecture de ce quartier.

L’éco-quartier va intégrer en amont de sa conception de nombreux critères, notamment :

● Un système de déplacements propres (transports en commun, transports doux…)

● Une politique de mixité et d’intégration sociale

● Une participation des citoyens à la vie du quartier, avec la mise en place d’une gouvernance

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • repondre message

    Article qui fait plaisir à lire... d’autres territoires "verts" dans l’Hérault, notamment, le bassin de Thau Une petite erreur s’est glissée dans le texte... la DREAL est la direction régionale de l’ENVIRONNEMENT, de l’aménagement et du logement, et pas de l’équipement...

Région //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter