Silence, ça frappe !

lundi 01/03/2010 - mis à jour le 01/03/2010 à 13h18

L’actualité met les femmes à l’honneur ces derniers temps. Mais pas forcément de la meilleure façon : à travers leurs souffrances et dans leur silence meurtri. La lutte contre les violences faites aux femmes est la grande cause nationale de l’année. La Journée Internationale pour les droits des femmes fête ses 100 ans. 2010 verra aussi le MLF (Mouvement de Libération des Femmes] souffler ses 40 bougies... Un bien bel anniversaire pour une cause qui a encore de beaux jours devant elle. En effet, le bilan est plutôt noir, et les médias le rappellent tous les jours. Pour briser le silence, Hautcourant met en lumière ce phénomène de société encore très tabou.

« Ne restons pas muets face aux violences conjugales ». Tel est le titre du petit film de 2 minutes 30 réalisé par Olivier Dahan, en 2008, à la demande d’Amnesty International. Joués par Clotilde Courau et Didier Bourdon, les personnages évoluent sur une petite musique d’époque, dans un effrayant silence. En détournant les codes du cinéma muet, cette scénette illustre et amplifie le silence qui entoure souvent les violences domestiques et souligne l’importance d’oser dire « stop ». La conclusion est : « en France, 1 femme décède tous les 3 jours suite aux violences conjugales ».

Autres spots, même réalité. Les Films du Poisson ont lancé, en 2006, une campagne de dix courts-métrages à visée préventive et pédagogique, d’une durée maximale de trois minutes. Ce, pour la journée internationale de lutte contre les violences. Le thème : en France, une femme sur dix est victime de violences conjugales. Zabou Breitman y a réalisé un court-métrage. Choc.

La violence à l’encontre des femmes : définitions et chiffres

Définitions

Les violences faites aux femmes, physiques et morales, sont diverses. Les Nations Unies les définissent ainsi : « tous les actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée ».

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), elle peut revêtir différentes formes : « sévices sexuels, corporels ou psychologiques infligés par un partenaire intime ; sévices corporels ou sexuels infligés par des membres de la famille ou autres ; harcèlement sexuel et sévices sexuels exercés par des personnes incarnant l’autorité (enseignants, représentants des forces de l’ordre ou employeurs) ; trafic pour travail forcé ou prostitution forcée ; et pratiques traditionnelles telles que mariages forcés ou mariages d’enfants, violence liée à la dote ; crimes d’honneur commis contre les femmes pour laver l’honneur de la famille. En situations de conflits, le viol systématique est une autre forme de violence exercée à l’égard des femmes ». Ainsi, « la violence à l’encontre des femmes n’est autre qu’une violation des droits de la personne humaine ». La plus commune serait celle exercée par un partenaire intime.

Chiffres

Une étude menée par l’OMS, dans dix pays, portant sur la santé des femmes et la violence domestique, montre notamment que :

- 15 à 71% des personnes interrogées ont dit avoir subi des violences corporelles ou sexuelles de la part d’un mari ou d’un partenaire,
- De nombreuses femmes ont indiqué que leur première expérience sexuelle leur avait été imposée,
- Chaque année dans le monde, quelques 5000 femmes sont assassinées par des membres de leur famille au nom de l’honneur,
- À l’échelon mondial, jusqu’à une femme sur cinq, et un homme sur dix, déclarent avoir subi des violences sexuelles pendant leur enfance.

En 2007, l’INSEE a fait une enquête sur les violences faites aux femmes. Il en ressort quelques données : « sans compter les agressions subies dans leur cadre familial actuel, 6 % des femmes ayant entre 18 et 59 ans ont été l’objet d’injures sexistes en 2005 ou 2006, 2,5 % ont été agressées physiquement et 1,5 % a déclaré avoir subi un viol ou une tentative de viol. Dans ce dernier cas, un sur cinq est perpétré par l’ex-conjoint et la moitié des victimes connaissaient leur agresseur. Les violences sexuelles sont moins fréquentes au sein du ménage, mais c’est l’inverse pour les violences physiques ». Les violences intra conjugales sont très mal rapportées : « un cinquième des victimes de violences physiques et le tiers des victimes de violences sexuelles n’ont pas porté plainte, ni enregistré de main courante, ni parlé à qui que ce soit (ami, médecin ou association). Et, quand la victime se confie, c’est rarement à la police ; celle-ci ne reçoit que 12 % des victimes (plainte et main courante) pour les violences physiques, 8 % pour les violences sexuelles soit, globalement, à peine une sur dix ».

Un article du Monde, datant du 25 février, nous informe que « 675 000 femmes ont été victimes de violences lors des deux dernières années », et que « pour l’année 2007, les violences conjugales se chiffrent à plus de 47 500 faits constatés par les services de police et de gendarmerie, selon l’Observatoire national de la délinquance ». Ainsi, en moyenne, une femme meurt tous les deux jours et demi des violences exercées par son partenaire.

JPEG

La violence à l’égard des femmes : sous le feu des projecteurs

Le vendredi 26 février 2010, l’Assemblée Nationale a voté une loi accentuant la protection des personnes victimes de violences conjugales, et notamment celle à l’encontre des femmes. Partant d’un constat : « loin du fait divers qui appellerait une réponse simpliste et sécuritaire, les violences faites aux femmes sont un problème social et sociétal, auquel il convient d’apporter une réponse globale, coordonnée et accompagnée des moyens humains et financiers » de Danielle Bousquet, députée socialiste, cette loi prévoit notamment la création d’un délit de violences psychologiques. Le texte est soutenu par de nombreuses associations, dont la Fédération nationale solidarité femmes, qui regroupe soixante-cinq associations accueillant des femmes victimes de violences dans le couple et leurs enfants.

Ce vote intervient au moment même où un fait divers, le meurtre de la mère du petit Ibrahima par son ancien compagnon, souligne l’importance d’une telle loi. En effet, Tanja Pozgaj a été poignardée par son ex-compagnon, mardi 16 février, sous les yeux de son enfant. Alors qu’elle avait alerté sans cesse, la police, la justice, le maire de sa commune depuis plusieurs mois, être harcelée par cet homme connu pour des violences répétées contre des femmes. La tragédie aurait-elle été évitée, si les autorités l’avaient mieux protégée ?

Pour sortir du silence, les femmes à l’action

La lutte contre les violences faites aux femmes est la Grande Cause nationale de 2010. Ainsi, les associations féministes et autres organisations de défense des droits des femmes ont toute la lumière pour agir. Voici quelques évènements à venir.

Les États Généraux de la femme

40 ans après, Elle a décidé de lancer une nouvelle édition des États Généraux de la femme, sous la présidence d’honneur de Simone Veil. Le concept est le même qu’en 1970 : donner la parole aux Françaises à travers des rencontres et des débats organisés à travers le pays, et sur le site Elle.fr. L’objectif étant de dresser un état des lieux de la vie des Françaises. L’ensemble des résultats sera révélé en mai prochain à Paris.

La Journée de la Femme : « un siècle de féminisme »

Le 8 mars est depuis 100 ans la Journée internationale pour les droits des femmes. Le 8 mars 1910, à Copenhague, une confédération internationale de femmes socialistes de tous les pays a créé cette journée en vue de servir à la propagande du vote des femmes. Mais ce n’est qu’en 1977 qu’elle sera officialisée par les Nations Unies qui invitent tous les pays à célébrer une journée pour les droits des femmes. Souvent, elle est l’occasion de rappeler que les droits des femmes et l’égalité entre les genres sont loin d’être une réalité. D’ailleurs, cette année le thème est : « Droits égaux, Opportunités égales : Progrès pour tous ».

JPEG Cette journée donnera lieu à de nombreuses manifestations en France, et à travers le monde. Par exemple, le Bureau d’Information pour la France du Parlement européen présentera, du 8 au 19 mars prochains, l’exposition « Violence contre les femmes : le Parlement européen s’engage ».

Autre exemple : la chaîne Téva diffusera une programmation spéciale « Journée de la femme le 8 mars 2010 ». Seront notamment diffusés les films : Fashion Maman avec Kate Hudson, Working Girl avec Melanie Griffith, Et Dieu créa la femme avec Brigitte Bardot ou Lady Chatterley avec Marina Hands.

Julie DERACHE

Conseil de lecture : Le Livre noir de la condition des femmes de Christine Ockrent et Sandrine Treiner

A consulter également : Qu’est-ce que la violence envers une femme ?

Contacts utiles

- Violence conjugale : 01.40.33.80.60 / www.sosfemmes.com
- Violence au travail : 01.45.84.24.24
- Allo enfance maltraitée : 119 / www.allo119.gouv.fr
- Sos femmes battues : 01.40.02.02.33
- Viol : 0800 05 95 95 / www.cfcv.asso.fr

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

13 réactions

Réagissez

  • Perso

    7 mars 2010 08:16, par Béa

    repondre message

    Moi, ce que j’aime dans la réaction impulsive de ce monsieur c’est le "j’y veillerai personnellement". Ah bon ? Sinon quoi ? T’inquiète pas Julie et continue. Béa

  • Silence, ça frappe !

    4 mars 2010 17:23, par Jean

    repondre message

    Julie, je te félicite pour ton article. La vérité dérange souvent, mais il est nécessaire de devoir la crier sur les toits, si on désire qu’elle soit un jour entendue. Tu fais simplement ton devoir de journaliste, consciencieusement, en prenant toutes les informations que tu as pu au préalable vérifiées. Continue, c’est la bonne voix. Jean

  • Silence, ça frappe !

    2 mars 2010 18:12, par stephane

    repondre message

    je pense que lorsqu’il s’agit de violence on insiste jamais assez qu’elle soit faite aux femmes ou à qui que ce soit d’autre, d’ailleurs !
    a ce demander si Jean Jacques a bien compris l’importance de ce sujet
    il est très bien construit , étayé, et argumenté
    Julie a une fois de plus trouvé un sujet d’actualité qui ne mérite surement pas ce genre de commentaire fallacieux

  • Silence, ça frappe !

    2 mars 2010 12:52, par MelC

    repondre message

    Moi je trouve très intéressant ton article sur la violence faites au femmes (intéressant et surtout plus que nécessaire) !! Je ne comprends pas comment cette personne a pu te critiquer, je pense que dés fois certains oublient que tu es une journaliste en formation !!!! De plus je trouve ça plus que dégueulasse de t’attaquer sur un tel sujet ! En fait je serai incapable de te dire si ton article est parfait ( a mes yeux il est bien écrit) mais en tout cas je pense que tu as eu raison de traiter de ce sujet car on oublie trop souvent que la violence faites aux femmes commence par un "simple" SALOPE ou sale PUTE et que il ne se traduit pas seulement par des coups mais par des harcèlements quotidiens !!! Il est donc nécessaire de le rappeler afin que chacun soit vigilant ( après tout personne n’est a l’abri de ce genre chose), car je pense que plus d’une fille se retrouvera en lisant ton article !!!
    Je lis très rarement haut courant.com mais bon comme j’ai vu ton article sur FB je voulais juste te dire que c’est bien d’avoir parler de ce sujet !!!
    COURAGE

  • Silence, ça frappe !

    1er mars 2010 19:18, par Jean-Jacques

    repondre message

    STOP !!! Arrêtez s’il vous plaît ça devient insupportable tous ces "articles" ! Il existe des blogs pour ce genre de choses insipide et oiseuse ! Car là, non content de monopoliser l’espace éditorial d’hautcourant, vous discréditez complétement le site ! Cela ne ressemble plus à rien alors s’il vous plaît, soyez aimable, changez ou .. arrêtez ! Je ne sais pas si vous avez vraiment des cours au sein de votre école mais en tout cas vous n’en avez pas retiré grand chose, car tout cela n’a absolument rien d’un article ! Une remise en question s’impose à ce niveau là ... Merci de publier mon commentaire, j’y veillerai personnellement. Jean-Jacques

    • Silence, ça frappe ! 1er mars 2010 20:37, par Julie Derache

      repondre message

      Votre commentaire illustre malheureusement bien le titre de mon article : devant la violence faites aux femmes : il faut garder le silence...

      « ce genre de choses insipide et oiseuse ! » Je ne pense pas que les femmes battues ou ayant subies des violences, jusqu’à en mourir, trouvent cela « insipide et oiseuse » que de le dénoncer. Il est vrai que ce sujet, tabou, qui touche 10 % des femmes, soit 5% de la société française, toutes couches sociales confondues, puisse mettre un homme mal-à-l’aise...

      « Je ne sais pas si vous avez vraiment des cours au sein de votre école mais en tout cas vous n’en avez pas retiré grand chose, car tout cela n’a absolument rien d’un article ! » Dans ma classe nous avons l’honneur d’avoir des cours avec de grands journalistes (chose que vous n’êtes pas ?) tels qu’Edwy Plenel, pour qui dénoncer et déranger définissent le journalisme, le vrai. Alors oui, dénoncer la violence faites aux femmes est pour moi du journalisme... Si cela dérange quelques lecteurs masculins, tant pis. Tout fait qui atteint aux droits de l’humain, vaut la peine d’être dénoncé. C’est le journalisme auquel je crois, le journalisme d’Albert Londres, si ce nom ne vous est pas inconnu. Si vous voulez lire des sujets plus glorieux, vous pouvez lire Closer, quoique ce magazine a évoqué le fait que même chez les “people” les violences faites aux femmes existaient...

      « vous discréditez complétement le site ! »Je ne pense pas que mes articles discréditent Hautcourant. Ils sont fait avec soin : je fais des enquêtes, je source toujours mes articles, je fais attention aux droits d’auteur de chacune des photos, quand ce ne sont pas les miennes, je fais attention autant au fond qu’à la forme, chacun de mes mots est pesé, et je choisis en général mes sujets en fonction de l’actualité et pour dénoncer certaines choses (racisme, violence faites aux femmes, esclavage...). Je me démène pour aller au devant des évènements (anniversaire du Mur de Berlin) et de personnalités (de Lilian Thuram à Marcel Rufo en passant par Cohn-Bendit)...

      « non content de monopoliser l’espace éditorial d’hautcourant » Un site d’informations se doit d’être actualisé tous les jours. De mon côté, je travaille beaucoup à ce qu’il le soit, même en période d’examens. En tant que rédactrice en chef, j’ai encouragé mes camarades à faire de même. Vous constatez le résultat.

      « tout cela n’a absolument rien d’un article ! » Votre commentaire serait juste et constructif si, vous le grand journaliste, vous me disiez en quoi. Mais vos remarques désobligeantes et agressives ne sont nullement ni justes et ni constructives. Le refrain commence à être connu... de la part d’une seule et même personne se cachant derrière divers pseudonymes ou en anonyme.

      « Une remise en question s’impose à ce niveau là ... » En tant que personne, sachez que je sais me remettre en question tous les jours... En tant que journaliste, mes professeurs sont là pour me remettre en question et me conseiller. Si mon travail était digne d’un blog, ils m’en aurait fait part.

      « Merci de publier mon commentaire, j’y veillerai personnellement. » Ne vous inquiétez pas, j’ai une éthique, je ne sélectionne jamais les commentaires qui me plaisent ou non. Votre commentaire est publié.

      Comme le dirait Franz-Olivier Giesbert, dans un de mes derniers articles : "Les caniches aboient, la caravane passe"...

      JULIE DERACHE

    • Silence, ça frappe ! 1er mars 2010 20:44, par Ibra Khady Ndiaye

      repondre message

      Osez parler d’un sujet aussi important de la sorte me laisse bouche bée mon cher Jean- Jacques.

      D’autres part parler de " monopoliser l’espace éditorial d’Hautcourant" me semble une attaque bien ciblée en tout cas.

      Je continue mon analyse avec votre chantage bidon : " Merci de publier mon commentaire, j’y veillerai personnellement" pour se faire passer pour une personne que vous n’êtes pas.

      Et la prochaine fois choisissez au moins un pseudo moins flagrant "jean jacques". En tout cas pas drôle surtout lorsqu’on parle de violence faite aux femmes.

      Et vu que vous êtes bien renseigné sur hautcourant vous devez savoir qu’on est en examen et que tout le monde n’a pas le temps d’écrire et donc je dis bravo à ceux qui postent des sujets en plus intéressants.

      ET à hautcourant personne ne monopolise rien, chaque étudiant a toujours eu et a toujours la possibilité d’écrire. bien à vous

      Monsieur Ndiaye rédacteur en chef Hautcourant.

    • Silence, ça frappe ! 2 mars 2010 13:21, par Pierre Paul Jacques.

      repondre message

      Un conseil faites votre propre blog vous serez sur du contenu et laissez les journalistes faire leur travail !!!
      Denoncer la violence faite aux femmes, qui etes - vous un matcho de base cogneur et tappeur ? pour parler de la sorte !
      Avec ce genre de commantaire vous ne discreditez que vous et cette facon de casser les gens devient insupportable.
      Vous avez raison cette societe ou les gens se cachent derriere des speudos, pour baver sur leurs semblables ne ressemble plus àrien et par pitie
      remettez vous en question ,si cela ne ressemble pas a un article ,la question du jour c’est quoi un article pour vous ????????????????????????????????????????,,

    • Silence, ça frappe ! 2 mars 2010 13:54, par Évelyne

      repondre message

      Cher Jean-Jacques, quand vous attaquez le sujet de l’article de Mme Derache, vous le faites de façon particulièrement brutale ! Qu’en tirer d’autres que "insupportable, insipide, oiseuse, discréditez, absolument rien d’un article...". Ce commentaire justifie justement le propos de l’article : la violence. De plus, dois-je vous rappeler que l’internet ne se limite pas au site d’Haut-Courant. Si vous êtes insatisfait des articles qui s’y trouve, pourquoi ne "googlez"-vous pas les sujets qui vous passionnent, plutôt que de laisser des commentaires désobligeants à la fin d’articles qui ne vous intéressent même pas ? Cordialement,

      • Silence, ça frappe ! 2 mars 2010 16:52, par josette

        repondre message

        ma chère Julie, je ne peux que confirmer que ton article est super et que le thème dérange peut-être certain(s).
        Je pense que l’on ne parlera jamais assez de cette violence faite aux femmes , violence physique mais aussi intellectuelle, dans le travail, entre collègues. Certains hommes ou femmes ne savent encore pas ce que veut dire égalité, respect .Il faut le marteler et c’est bien qu’en qualité de futurs journalistes vous abordiez ce sujet car je vois que tu es soutenue.J’ai travaillé ds un lieu d’accueil et j’ai vu arriver une fois une femme et ses trois enfants. Je me souviendrais toujours de sa dignité, de son courage, mais aussi de sa douleur à nous dire pourquoi elle était là.Alors que les mal-pensant réfléchissent avant d’écrire.merci Julie.

    • Silence, ça frappe ! 2 mars 2010 19:32, par aurelie

      repondre message

      .... pour moi no comment.... "insipide et oiseuse" en sachant le nombre de femmes qui meurent sous le coup de leurs partenaires, la violence psychologique,les insultes, les viols, le harcèlement moral et sexuel... ce ne sont que des exemples.... à juste titre j’aimerais au moins que vous lisiez l’article ou d’autres si vous preferez pour vous faire une idée du sujet traité ici avec intelligence et professionnalisme, on a les chiffres, les faits, les sources... je suis outragée en tant que femmes que l’on puisse trouver ce sujet insipide je pense à chacune d’elles qui souffrent en silence car bien souvent c’est le cas et comme il est mentionné dans l’article a cet enfant privé de mère parce que le harcelement exercé par son ex conjoint n’a pas été trouvé suffisant pour qu’on l’a protege...

    • Silence, ça frappe ! 4 mars 2010 12:58, par TIFFANY

      repondre message

      Je serai très curieuse de savoir qui est Jean Jacques, car votre article est très bien, c’est un sujet d’actualité malheureusement et je trouve la réaction de Jean Jacques en total décalage, il doit vous en vouloir personnellement !!!!!!! c’est plutôt à lui d’arrêter car sa réaction est ridicule.......QUI EST IL ???????

    • Silence, ça frappe ! 24 mars 2010 09:56

      repondre message

      Monopoliser l’espace editorial d’haucourant , tous les etudiant en journalisme de ce master n’ont-il pas le droit d’y ecrire , vous etes vraimant un bien triste personnage, vous etes qui au juste pour juger cet arcticle et descendre son auteur a ce point, declinez votre identite Jean- jacques pour que nous puission comprendre votre haine.Oui les violence faites aux femmes et a tout etre humain sur cette planete ont besoin de Journalistes comme melle Derache pour les denoncer ne vous en deplaise.
      Et vous vous disceditez les vrai lecteurs d’hautcourant avec vos diffamations.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter