Explosion du Deepwater Horizon

Triste anniversaire pour l’amoureux des mers

lundi 31/05/2010 - mis à jour le 17/08/2010 à 12h17

Alors que le 11 juin 2010 nous allons fêter les cent ans de la naissance du Commandant Cousteau, les États-Unis connaissent aujourd’hui la plus dramatique catastrophe écologique de leur histoire. Une fois de plus, l’Or noir pollue la Belle Bleue. En dépit de l’avenir... et de la vie.

Il y a cent ans naissait un amoureux des mers. Tel était à l’origine le titre de cet article prévu depuis quelques mois pour rendre hommage au navigateur au bonnet rouge. Aujourd’hui, l’Or noir et l’inconscience des hommes contre lesquelles il a combattu sa vie durant lui offrent un bien triste anniversaire.

Cet article aurait dû être le portrait de Jacques-Yves Cousteau, rappelant son parcours, ses aventures, ses combats pour les générations futures... Il n’en sera rien. Et, au final, le Commandant, de son nuage bleu ou rose, préfèrerait que l’on continue à défendre son héritage. Tel serait son plus beau cadeau d’anniversaire. Espérons-le.

Avant d’évoquer le drame écologique qui se produit actuellement sur les côtes de la Louisiane, aux États-Unis, revenons un peu en arrière...

“Flash-Black”

Amoco Cadiz, Erika, Prestige,... Ces quelques noms de marées noires, pour ne citer qu’eux, vous évoqueront peut-être quelque chose... Il y en a eu bien d’autres, des dizaines, voire des centaines. Qu’est-ce qu’une marée noire ? C’est une catastrophe industrielle et écologique se traduisant par l’échouement en zone côtière d’une nappe d’hydrocarbures résultant du déversement, souvent accidentel, d’une importante quantité de pétrole brut ou de produits pétroliers dans la mer et qui est ramenée vers la côte par l’effet des marées, des vents ou de courants.

Le cas de l’Amoco Cadiz est sans doute l’un des plus connus en France. Le naufrage de ce pétrolier de 234 000 tonnes de port en lourd, en mars 1978, au large des côtes bretonnes, provoqua une marée noire considérée, aujourd’hui encore, comme l’une des pires catastrophes écologiques de l’histoire. A la suite du naufrage, le CEDRE a été créé pour améliorer la préparation à la lutte contre les pollutions accidentelles des eaux et renforcer le dispositif d’intervention français. Il est responsable, au niveau national, de la documentation, de la recherche et des expérimentations concernant les produits polluants, leurs effets, les méthodes et les moyens spécialisés utilisés pour les combattre.

Pour Noël 1999, un cadeau inattendu, et certainement non désiré, a été offert aux Bretons, encore une fois victimes de l’or noir : des tonnes et des tonnes de pétrôle ont été déversées par l’Erika. Les côtes françaises, du Finistère à la Charente-Maritime, sont souillées sur 400 km. Le nombre d’oiseaux morts est estimé entre 150 000 et 300 000, soit dix fois plus que pour le naufrage de l’Amoco Cadiz. Quelques paroles du chanteur breton Gilles Servat, sont ici bienvenues pour rappeler les conséquences de cette catastrophe écologique :

Un pavillon de complaisance,
Un armateur digne de confiance,
Le bénéfice pour étendard,
Quelques esclaves pour équipage,
Une couche de rouille pour le planage,
Et vingt-deux mille tonnes de coltar (...)

Souillés, les rivages de l’enfance,
Souillées, les amours de vacances,
Souillé, le sable des mémoires,
Sali, le travail des presqu’îles,
Et la réputation des îles,
Salie, la lumière des grands phares.

Sur leurs cirés, les bénévoles,
Ont écrit en noir ces paroles :
« Ce naufrage n’était pas fatal »,
Ce qu’on ramasse avec nos pelles,
Naviguait dans une vieille poubelle,
Pour épargner quelques dollars.
Ce qu’on ramasse avec nos pelles,
Naviguait dans une vielle poubelle,
Pour faire bander le capital.

L’Erika, une catastrophe pas tout à fait terminée titre encore aujourd’hui La Croix.fr, traduisant la longueur des procédures judiciaires suivant ce drame. Histoire peu prestigieuse.

Pas plus que ne l’est celle du Prestige. Le 13 novembre 2002, le Prestige, un pétrolier en transit près des côtes de Galice, au nord-ouest de l’Espagne, lance un appel de détresse. Des tonnes et des tonnes de fioul se déversent, polluant le littoral sur plusieurs centaines de kilomètres. Une gigantesque marée noire va souiller gravement les côtes de Galice, du Portugal, du Pays basque, d’Aquitaine, de Vendée, et du sud de la Bretagne.

C’est un endroit qui ressemble à la Louisiane...

... Mais qui ne l’est plus vraiment. Aujourd’hui, cet état du Sud des Etats-Unis n’est plus que l’ombre de lui-même. Nino Ferrer entonnait “Tant pis pour le Sud
C’était pourtant bien, On aurait pu vivre, Plus d’un million d’années”
... Prémonitoire ? La Louisiane, terre du jazz et des marais, de la mixité culturelle,... semblait bénie. Puis, l’horreur est venue. D’abord, en 2005, par l’Ouragan Katrina qui la ravage, obligeant la totalité des habitants de La Nouvelle-Orléans à évacuer la ville. Sans compter les nombreux morts. Puis, aujourd’hui, la marée noire de Deepwater Horizon.

Deepwater Horizon, une plate-forme pétrolière située dans le golfe du Mexique, dans les eaux territoriales américaines, a explosé le 20 avril. Générant dans un premier temps un incendie, puis une marée noire, qui serait un désastre écologique sans précédent. La pollution engendrée menace l’écosystème et l’économie locale, menace plus de 400 espèces, dont des baleines, des dauphins, des lamantins et de nombreux oiseaux. Pour le professeur Richard Steiner, spécialiste des catastrophes maritimes, cette marée noire est le “Tchernobyl de l’industrie pétrolière” et devrait l’inciter à arrêter l’exploitation pétrolière en mer.

Aujourd’hui, quarante jours après l’explosion de Deepwater Horizon, British Petroleum, son opérateur, a dû admettre son incapacité à empêcher le pétrole de polluer le golfe du Mexique. Ce jour, le président Barack Obama, est venu constater une seconde fois la catastrophe. Il aurait, par ailleurs, annoncé une prolongation de six mois du moratoire sur les permis de prospection pétrolière en mer.

Dans Sud Ouest, Wendy Wilson Billiot, qui vit du tourisme dans le Grand Bayou du Large, fait un simple constat : “l’avenir est encore plus incertain qu’après Katrina. À l’époque, nous avions pu réparer nous-mêmes les dégâts. Ici, c’est la nature qui devra nettoyer, soigner et réparer ce que la main de l’homme a détruit.”

Rouge, Noir, Vert, Bleu

Si seulement la planète ne devait subir que les marées noires... Mais l’inconscience de l’Homme et son égoïsme, le poussent à d’autres folies qui mettent l’avenir de notre Terre en danger : les OGM, les nitrates, les algues vertes, les déchets nucléaires, etc... “Ceux qui sèment la mort et font récolter l’or noir, Ceux qui n’aiment que l’or, qui n’aiment ni la vie, ni l’Armor, Ceux qui n’aiment que l’or n’auront ni paix, ni gloire”, chante Alan Stivell, un autre breton, amoureux de sa Terre.

Au final tout n’est qu’une question de couleurs... Paul Eluard disait que “la Terre est bleue comme une orange”. Aujourd’hui, la Belle bleue n’est que noirceur, pollué par l’Or noir qui rapporte tant d’argent aux hommes... Il faudrait sonner l’alerte rouge, comme le faisait Cousteau en son temps, pour un monde un peu plus vert... et sain. Un monde où les générations futures pourraient grandir. Il faut y croire, car comme le disait le Commandant : “les missions impossibles sont les seules qui réussissent.”

Sites à consulter

- http://wwz.ifremer.fr/envlit/#

- http://www.marees-noires.com/

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • repondre message

    Triste anniversaire pour le commandant Cousteau et son action en faveur des generations futures.
    Comme le chante Patrick Bruel rendez- vous dans 10 ans...
    Depuis, vous avez interviwe le chanteur...
    Il y à10 ans vous aviez fait une petition a la suite du naufrage de l’Erika, Alan Stivell en est le parrain, Gilles Servat vous a permis d’utiliser une partie de sa chanson et Roger Gicquel avait gentiment corrige votre petition et apporte son aide... beaucoups de choses changent en 10 ans,
    mais pas ceux qui sement la mort, c’est une catastrophe ecologique qui aura une repercution universelle et aucun gouvernement ne semble s’en preocuper !!! Cela risque aussi d’avoir une repercution sur la presidence d’Obama j’au lu " le president touche par la maree noire...
    L’avidite de l’homme menne le monde a sa perte.
    Vous devriez mettre votre petition en ligne,la reactualiser
    pour nous simple citoyen ...Il y avait aussi un autre homme au bonnet rouge Pierre Chastan qui a pris le relais a la mort du commandant Couteau et a porte les 9 millions de signatures de la petition en faveur des generations futures
    a l’ONU .En tous cas le commandant Cousteau nous a fait prendre conscience qu’il fallait agir...

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter