Languedoc Roussillon : dossier Régionales 2010

Georges Frêche a-t-il vraiment dérapé ?

jeudi 28/01/2010 - mis à jour le 05/02/2010 à 13h09

« Il a une tronche, pas catholique ! ». Les propos de Georges Frêche se sont répandus comme une traînée de poudre. Les réactions de la classe politique ne se sont pas fait attendre et la plupart crient au scandale antisémite. Pourtant, remis dans leur contexte, ses mots relèvent, semble-t-il, plus du calembour que de l’insulte. Peut-on alors supposer qu’une manœuvre politique vise à faire tomber le déjà très controversé Président de Région ?

La polémique n’a étrangement pas démarré le 22 décembre, date à laquelle Georges Frêche tenait son Conseil d’agglomération. Il avait profité de l’occasion pour répondre à la pique lancée par Laurent Fabius deux jours plus tôt. Tous deux déclarant alors qu’ils n’étaient pas sûrs de voter l’un pour l’autre. C’est dans l’Express de cette semaine que la phrase a resurgi et a été reprise par Martine Aubry.

Rappelons alors que Madame Aubry, actuelle première secrétaire du parti socialiste, n’a eu de cesse de critiquer Georges Frêche ces derniers temps. Finalement elle avait retourné sa veste une première fois le 17 janvier déclarant qu’elle le soutenait. Il semble que ce dernier "dérapage" tel qu’il est présenté soit une aubaine à un mois et demi des élections régionales. Largement entouré par ses conseillers, Georges Frêche n’a pas intérêt à alimenter la polémique. Il sait que le danger vient plus de la gauche que de la droite : « Gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge ».

Martine Aubry a-t-elle ici trouvé l’occasion de reprendre la main en Languedoc-Roussillon ? Toujours est-il que ce n’est pas à elle ni aux journalistes de juger du caractère antisémite des dires de Monsieur Frêche. A fortiori en campagne pour les régionales, et lorsque l’on connaît ses soutiens chez la communauté juive. Rappelons qu’il a été relaxé en appel, puis en cassation le 31 mars 2009 pour ses propos à l’encontre de deux harkis alors que certains l’avaient déjà condamné, avant la justice.

Pourtant les critiques pertinentes de la politique de Frêche sont légions, et ses dérapages verbaux connus. Mais la vraie question est peut-être de se demander si tous les moyens sont bons pour le dégommer ?

Retour au dossier spécial Régionales 2010 en Languedoc-Roussillon

Mis à jour le 3 février à 1h00

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

4 réactions

Réagissez

  • Georges Frêche a-t-il vraiment dérapé ?

    3 février 2010 09:20, par Marie G

    repondre message

    votre messagerie retranscri avec des fautes de frappe

  • repondre message

    Ne vous y trompez- pas Georges premier sais trés bien ce qu’il fait et ce qu’il dit ! il est maître du speudo calembour !!! et si ça tourne mal il sais se poser en victime (voir le dernier article d’Edwy Plennel , qui définit son attittude de" Frêchisme" il à trouvé le mots juste pour parler de cet homme dépourvu de toute fibre politique , la politique et le socialisme en particulier ne sont- ils pas le partage et être attentif aux autres ? Pour rendre meilleure la vie des femmes et hommes qui vous ont fait confience ? Nous sommes bien loin de ces idéaux !
    Marie G

    • repondre message

      Chère Marie,

      En effet, Georges Frêche sait ce qu’il fait. Mais cet article vient juste souligner que si les lois et la Justice existent, c’est précisément pour éviter ce genre de procès politique repris par les médias, qui ne se basent pas sur des faits mais sur des accusations non fondées (et assez stupides puisque même la communauté juive reconnait en Frêche un allié) : c’est un coup bas de Martine Aubry et de ses proches, et c’est une politique d’un autre âge qui ne devrait pas se dérouler au sein d’un Parti Socialiste dignement rénové.

      Aubry, qui se croit présidentiable, s’abaisse à des méthodes immorales pour dénoncer l’immoralité de Frêche : c’est dommage. En outre, je doute de l’efficacité de cette attaque qui risque davantage de victimiser le seigneur de septimanie, plutôt que de le faire tomber...

      Je vous suis à 100% lorsque vous citez le dernier papier d’Edwy Plenel (en lien dans notre article depuis hier, dernier paragraphe) qui comme Paul Alliès (PS) ou encore Georges Fandos (Cap21) adressent à Frêche des critiques objectives, et non spéculatives.

      Franck Michau

      PS : nous tentons de rétablir le problème des commentaires.

      • repondre message

        Cher Franck,

        Comme vous, je pense que personne n’est dupe face à la manoeuvre tardive de Martine Aubry.

        Il n’en reste pas moins que ce triste personnage est un raciste et que cela fait bien longtemps que son électorat de "cons" est encore là.

        Il faudrait que ces vieux croulants aillent à la plage, et laisse la place à de nouveaux visages et idéaux.

        Marie G

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter