Languedoc Roussillon : dossier Régionales 2010

Hélène Mandroux appelle au rassemblement de la gauche anti-Frêche

Suite au nouveau dérapage verbal de Georges Frêche

vendredi 29/01/2010 - mis à jour le 30/01/2010 à 01h19

Branle bas de combat jeudi 28 janvier 2010, à la mairie de Montpellier.
Hélène Mandroux, maire de la ville décide de faire une déclaration exceptionnelle et inattendue à 17h30, suite aux propos de Georges Frêche tenus le 22 décembre 2009 lors du conseil d’agglomération de la ville.
Ceux-ci ont refait surface plus d’un mois après, puisque lâchés dans le dossier spécial consacré au président du Languedoc Roussillon dans l’Express.

Pour ceux qui n’auraient pas eu l’information assez vite ou qui n’en n’ont tout simplement pas eu vent, en lien, la déclaration mot pour mot d’Hélène Mandroux, nouvelle protégée de Martine Aubry et sauveuse des valeurs républicaines, si chères au PS.

A la lecture de cette déclaration, on peut se demander si la « tronche pas catholique » de Mr Fabius n’a pas bon dos ? Il y a deux jours à peine, Mme Aubry s’était embourbée dans la polémique des retraites, en n’excluant pas la possibilité d’augmenter l’âge légal à 61 ou 62 ans. Une phrase qu’elle s’est aussitôt empressée de rectifier lors de son passage au journal de 20h de TF1 le lendemain. Mais trop tard, le "rétropédalage" ainsi nommé par l’opposition, avait été noté et acté. Bien que la première secrétaire du PS ait tenté de jouer sur l’âge effectif de départ et non pas l’âge légal...

Les propos de Mr Frêche semblent donc tomber du ciel... Un miracle inespéré pour le PS qui peut ainsi se racheter une conduite en prêchant des valeurs républicaines bafouées. Pour certains socialistes, comme Manuel Valls, « le risque de perdre une région n’est rien par rapport au risque de perdre nos valeurs ».

Pourtant le 17 janvier dernier Martine Aubry avait soutenu la candidature de Georges Frêche. La question est peut-être maintenant de savoir si la maire de Montpellier arrivera à rallier les quelques socialistes languedociens encore fidèles à Solférino et au bureau national, à sa cause.

Une alliance qui s’avère difficile, d’autant que quelques jours plus tôt l’idée d’un rapprochement entre Hélène Mandroux et la liste Europe Écologie menée par Jean-Louis Roumégas n’avait paru emballer ni les militants, ni leur chef de file. Reste à savoir si les deux candidats arriveront à mettre de côté leurs différends envers et contre Frêche. L’idée circule qu’Hélène Mandroux pourrait être tête de file dans l’Hérault, mais que Jean-Louis Roumégas conserverait le leadership régional.

Alors Hélène Mandroux, partant en croisade pour restituer les valeurs républicaines des vrais socialistes ? On y croirait presque, dommage que le PS n’ait eu besoin d’un signe divin pour retrouver enfin l’importance de ses valeurs...

Retour au dossier spécial Régionales 2010 en Languedoc-Roussillon

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

3 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Avant qu’il n’explose, le Lez va encore couler longtemps devant l’Hôtel de région. Ce n’est pas que Freche tient tous les barons régionaux du PS par les couilles, c’est seulement que ceux-là ne sont que des opportunistes, qui savent très bien que s’ils veulent une place dorée au conseil régional (2200 euros d’indemnités pour l’élu de base, CQFD), il vaut mieux partir avec lui qu’avec Mandroux, dont le destin politique s’est construit dans l’ombre de... Freche. Alors certes, il est peut-être pertinent de vouloir se débarrasser de l’empereur, qui donne une piètre image de la politique et peut-être même de la région, mais la méthode du parti socialiste, aujourd’hui, n’est pas plus catholique que ses dernières sorties. Utiliser un tel prétexte, à un mois du scrutin, relève plus de la bonne blague que de la stratégie politique. Une telle bataille, car c’est bien le mot, aurait du se préparer depuis bien longtemps...

  • repondre message

    Se débarrasser de ce triste personnage reflet bien misérable de la politique est le vrai problème, Dieu GEORGES à dit aujourd’hui qu’ Hélène Mandroux n’existait pas qu’il l’avait crée ... et Dieu créa la femme...s’il à encore des soutiens c’est qu’il les tiens tous par les ...Si comme il l’a aussi dit "Héléne Mandroux à la tête qui enfle "c’est tout Georges qui enfle et comme la Grenouille de l’histoire il pourrait bien exploser !!!

  • repondre message

    Il est vrai que, étrangement, depuis quelques jours, on ne parle plus des récentes sorties ridicules de Martine Aubry sur les retraites. Merci Georges, merci Laurent et sa tronche pas très catholique, merci Hélène qui accepte de partir au combat sans armée. Certes, tout ceci est prétexte à tuer l’empereur de Septimanie, mais pendant ce temps-là, les inepties de Martine sont passées aux oubliettes. Agiter un chiffon rouge devant les caméras et micros, le temps de faire oublier une bourde ou un problème, voilà une méthode très sarkozyste. A croire que Mme Aubry a déjà endossé, et "plutôt bien", les habits de présidentiables. D’autant que toute cette affaire peut aussi lui permettre d’affirmer son autorité, à Paris. Mais il faut toujours se méfier d’une bête blessée, surtout une bête politique de l’envergure de Freche...

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter