Dossier Ecusson : Montpellier by night. Quatrième volet.

« Le Bal des mots dits » : un instant de rock’n’roll à Montpellier

dimanche 22/11/2009 - mis à jour le 04/12/2009 à 20h42

Ce vendredi 20 novembre, le Rockstore a donné la parole aux poètes de l’ombre avec "le Bal des mots dits". Le chanteur Dimoné et ses comparses ont donné une nouvelle dimension au Rock Français.

Tout commence par l’idée du rockeur montpelliérain à moustache, Dimoné, d’inviter sur la scène du Rockstore, ce vendredi 20 novembre, le meilleur de « la chanson de l’ombre ». Dimoné, dandy, génie des mots et de la guitare électrique, a donc décidé de réunir dans son « bal des mots dits » une nouvelle génération de rockeurs français qui ont pour modèle Daniel Darc, Alain Bashung, Serge Gainsbourg ou encore Noir Désir. Trois groupes ont répondu présents : Zob’, Fred et Papillon Paravel.

Zob’ : de la poésie au slam

Le concert débute vers 19h30, l’ambiance est chaleureuse, le nombre de spectateurs ne dépasse pas la centaine ce qui rend l’arrivée de Zob’ sur la scène du Rockstore encore plus conviviale. Zob’ est le genre d’artiste inclassable, entre rockeur déjanté et rappeur désengagé. Il avoue lui-même qu’il « n’a pas trouvé son style » alors il « slamme en entendant. » Mais ce Nîmois n’est pas vraiment sincère, son style il l’a trouvé : c’est la poésie avec un soupçon d’humour. En effet, Zob’ joue avec les mots comme il se joue des chanteurs engagés et des cyclistes du Tour de France. Sur scène il arbore un tee-shirt où l’on peut lire « quel public de merde » et sur l’estrade on peut voir une grande affiche à son effigie. La dérision est au rendez-vous. Les spectateurs présents sont dans un premier temps interloqués, mais très vite le chanteur arrive à apprivoiser l’audience en posant des textes pertinents et remplis d’humour. Accompagné de Monsieur Gerbeck, un Human Beat Box, il harangue la foule, il la fait rire, la fait pleurer. Ce vendredi soir, Zob’ a réussi à faire sortir le rap des sentiers battus balisés par l’engagement citoyen et démagogique pour le diriger vers une poésie touchante et honnête.

Fred : un voyage musical

En plus d’avoir une belle gueule, Fred est un virtuose de la guitare. En passant du funk à la folk, du rock à la bossa, il a réussi lors de ce concert à électriser les spectateurs du Rockstore en quelques minutes. Avec sa voix à la Thom Yorke et sa gueule à la Jeff Buckley, Fred chante ses voyages autour du monde et ses pérégrinations avec mélancolie caustique et jubilation. Ayant déjà fait les premières parties du regretté Alain Bashung, ce Parisien sait mettre le public dans sa poche, surtout les filles… Accompagné seulement d’un batteur, il présente les morceaux de son dernier album intitulé mes graines, disque aux résonances blues et africaines. Considéré par certains comme le Ben Harper hexagonal, Fred s’amuse sur scène en reprenant Miossec et NTM. Un seul bémol à sa prestation, une chanson qu’il n’a pas pu faire puisqu’il avait tout simplement oublié les accords. Dans tous les cas Fred a réussi à faire voyager les Montpelliérains avec une folk envoûtante.

Papillon Paravel : le rock à la Baudelaire

La troisième partie du « Bal des mots dits » continue avec Papillon Paravel. Ce groupe, composé de Patrick Félicès à la basse, de Ghislain Rivera à la batterie, de Thierry Lopez à la guitare et de Renaud ‘Papillon Paravel’ au micro, chante le désir de liberté, la frustration d’une vie trop cloisonnée et les petites choses de l’ordinaire avec cynisme et dérision. Avec eux, un air de Baudelaire souffle sur la scène. Les textes sont parfois crus et émouvants et nous rappellent le groupe Noir Désir. Mais malgré des arrangements musicaux soignés, la sauce n’a pas vraiment pris. L’audience est restée un peu sur sa faim, sûrement qu’elle trépignait d’impatience de voir Dimoné clôturer ce concert.

Dimoné : le maître des lieux, un air de Bashung

Maître de cérémonie, artisan de l’évènement, Dimoné clôture ce « Bal des mots dits » . Affublé de sa célèbre moustache et de sa six cordes, il met le feu au Rockstore. Facile pour cette figure locale du rock puisque dès son apparition sur scène le nombre de spectateurs a été multiplié par trois. Dimoné était attendu, il a répondu présent. En effet, ce vendredi soir, Dimoné est arrivé à faire le grand écart entre un punk aux accents blues de Chuck Berry et des textes soignés à la Bashung. Sans mièvrerie, il fait rire et danser toute l’audience. Sur scène, Dimoné est aussi fou que talentueux. Parfois loufoque, souvent touchant, il incarne ses chansons à la perfection. Il joue avec les mots et s’essaie au jeu du cadavre exquis. Rien de plus normal pour un surréaliste. À la fois Dali, Bashung et Nick Cave, Dimoné est avant tout unique en son genre. Bien loin de la scène française actuelle, il nous livre du rock pur et mélodique. Accompagné de son compère Christophe Sirven aux claviers, il a présenté les morceaux de son dernier album intitulé Madame Blanche. Le succès était au rendez-vous.

Il ya des soirs comme ça où on a de la chance. Ce fut le cas pour la centaine de spectateurs qui se sont réunis pour assister au concert du « Bal des mots dis » ce vendredi 20 novembre au Rockstore. En proposant un tel évènement, Dimoné a prouvé encore une fois que le
rock’n’roll pouvait se jouer à la “française”.

Retour au Dossier spécial Ecusson : Montpellier by night

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter