Languedoc Roussillon : dossier Régionales 2010

Mandroux, "maire courage" selon Montebourg

mercredi 17/02/2010 - mis à jour le 19/02/2010 à 14h36

Mardi soir, soutenue par plus de 300 personnes, et portée par trois solides alliés, Hélène Mandroux déclare vouloir « mettre fin à tous les systèmes clientélistes » et appelle à « une gouvernance où le sens du juste l’emporte sur la concentration autocratique. » Arnaud Montebourg, Paul Alliès, André Vézinhet ainsi que ses colistiers viennent l’appuyer dans sa démarche.

« C’est un nouveau jour pour l’histoire de la région »

Mandroux, Vézinhet et Alliès : ce soir, les trois mousquetaires locaux sont bien quatre... Arnaud Montebourg faisant office d’invité surprise (mais annoncé). Tous rentrent en scène, suivis par quelques colistiers, sous les applaudissements.

JPEG - 53.6 ko
Paul Alliès

C’est Paul Alliès qui a l’entame : le Conseiller régional sortant et secrétaire national adjoint à la rénovation du Parti Socialiste commence fort en déclarant que « c’est un nouveau jour pour l’histoire de la région ». Pour Madame le maire, « il est temps en Languedoc-Roussillon, de tourner la page. » Dans le conflit qui les oppose au président de Région sortant, Paul Alliès insiste sur l’importance de ce « combat, moral et identitaire : car l’identité socialiste commence là, avec les valeurs. »

Comme s’il répondait au sondage publié dans le Midi Libre [1], Paul Alliès cite François Mitterrand : « Les campagnes électorales les plus courtes sont les meilleures », et de rajouter que « ce sont celles que l’on gagne. » Selon Mme Mandroux, ce qui compte, c’est que « jamais, réunion de toutes les forces de gauche n’a été aussi clairement annoncée. La victoire est possible pour la Gauche rassemblée. »

« Se battre pour de vraies valeurs et de justes causes »

André Vézinhet, "jeune" député et président du Conseil Général de l’Hérault depuis 1998 poursuit et préconise d’« unir les socialistes pour faire des choses qui honorent la politique : se battre pour de vraies valeurs et de justes causes. » Il rentre ensuite dans une critique des politiques locales et se déclare favorable à « une région forte ».

JPEG - 5.2 ko
André Vézinhet

Il rappelle alors que les collectivités locales sont les premiers investisseurs de France, devant l’Etat, et que la région peut donc jouer sur des secteurs comme l’emploi. Hélène Mandroux veut d’ailleurs faire de la lutte contre le chômage une priorité : elle rappelle que dans la région, « un actif sur huit est privé d’emploi [2] ». Elle propose pour y remédier, d’« instituer une conférence régionale sur l’emploi » dans le but de « mettre en place un service régional de création des métiers ».

« J’ai senti comme un vent révolutionnaire, propre à déboulonner quelques statues ! »

Vient le tour d’Arnaud Montebourg, jeune Conseiller général, député de Saône-et-Loire depuis 1997 et secrétaire national à la rénovation du PS. Avant de flatter Hélène Mandroux, en l’appelant « maire courage », il tient à se poser en témoin « de la direction nationale rassemblée ». Et face à ceux qui opposent Paris à la province, il déclare : « la direction nationale, ce n’est pas Paris. C’est la France. »

JPEG - 13.4 ko
Arnaud Montebourg

Mais au-delà, il présente ce qui se passe ici comme le symbole et le commencement d’un changement plus profond du Parti Socialiste. Il donne d’ailleurs rendez-vous le 3 juillet prochain pour la convention sur la rénovation du parti. D’ici là, il pense que « la victoire [est] dans un mois et qu’en tout cas, s’il faut revenir, [ils] reviendront (ndlr. lui, ou un membre de la direction du PS) ». Et avoue avoir « senti depuis [sa] sortie de l’avion, comme un vent révolutionnaire, propre à déboulonner quelques statues ! » Ô symbole, quand tu nous tiens...

A la fin de son discours, Equidad, une militante PS intervient dans la salle pour dire qu’« [elle] vient de Toulouse exprès pour soutenir Mme Mandroux. ». « Je m’engage derrière vous pour combattre le machisme et la mauvaise éducation. Ne vous laissez jamais faire ! » Suite à quoi, elle ravit la salle avec un chant catalan. Voilà de quoi faire chaud au cœur du maire.

« Je veux mettre fin à tous les systèmes clientélistes »

JPEG - 221.3 ko

La salle Fernand Pelloutier était comble ce mardi 16 février : c’était le troisième meeting officiel du PS dans la région après Frontignan et le domaine de Grammont.

Après de tels encouragements, Hélène Mandroux joue sur du velours. Et pourtant, elle ne mâche pas ses mots, loin s’en faut : elle dénonce successivement « un système occulte qui étouffe toute montée d’une nouvelle génération », « des systèmes clientélistes », « une concentration autocratique »...

Elle ne manque pas non plus de constater que la « présence [des trois hommes] à ses cotés inflige un cinglant démenti à ceux qui disaient que le PS était incapable de se relever [3]. » Pour elle, le président sortant du Conseil Régional n’est plus au Parti Socialiste, c’est un fait, mais n’est même plus à gauche : « Garder la région à gauche aujourd’hui, ça veut dire changer de majorité. »

La candidate propose aussi quelques mesures, « à destination de ceux qui disent que je n’ai pas de liste et pas de programme [4] ». En vrac, travailler avec le sud de la Méditerranée, investir dans les quartiers les plus pauvres (ndlr. Elle a cité une dizaine de zones sensibles urbaines de la région sur les 28 recensées par la SDTEFP [5]), mieux répartir les logements sociaux, établir un système de taxi entre les ports, proposer des billets de train gratuits pour les jeunes de 16 à 25 ans le week-end, ou se fixer l’objectif -ambitieux- de créer un ticket unique à un euro pour les Bus, Tram, Train.

A la fin de ce meeting PS, Hélène Mandroux n’oublie pas de remercier ses soutiens, et lance même un « merci » appuyé à Paul Alliès, à qui elle reconnait un combat de longue date. Elle conclut par une main tendue aux militants PS soutenant Georges Frêche : « ressaisissez-vous » leur dit-elle.

Franck Michau

Retour au dossier spécial Régionales 2010 en Languedoc-Roussillon

Crédits photo : Xavier Malafosse ; montpellierplus.midiblogs.com ; image.mabulle.com ; Franck Michau

Mis à jour le 19 février à 9h30

Notes

[1Réaction de Paul Alliès au sondage du 16 février, le 18 février dans le Midi Libre

[2« et un sur cinq en dessous du seuil de pauvreté »

[4Essentiellement des internautes

[5Services du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, en Languedoc-Roussillon

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

4 réactions

Réagissez

  • Mandroux, "maire courage" selon Montebourg

    18 février 2010 10:13, par Marie G

    repondre message

    Dans cette region comme dans beaucoups d’autre tout est truque et malheureusement "le peuple" àdes oeilleres et ces gens la ne sont elu qu’avec tres peu de votants car comme le dit George " ces cons preferent aller a la plage...
    Bon article.

  • Mandroux, "maire courage" selon Montebourg

    17 février 2010 14:32, par Panache Salvetois

    repondre message

    Ce qui se passe au niveau régional est un peu ce qui se passe au niveau du canton de la salvetat sur agout (34330) et de sa communauté des communes du haut Languedoc. jugez-en :
    Depuis les dernières municipales, l’ancien maire ancien président de la communauté des communes et conseiller général socialiste jusqu’en 2011 (Me Francis Cros,un temps pressenti pour être sur la liste de Me Frêche qu’il continue à soutenir. Cet élu de la république, ayant exécuté 3 mandats successifs comme maire de la salvetat à largement eut le temps de mettre en place un certain clientélisme. Ne siégeant plus à la communauté des communes, il a manœuvré pour mettre en place comme Présidente Mme Mathieu (Maire de Fraïsse sur Agout)qui sous bien des aspects ressemble à MM Mandroux "La Pacificatrice". Si messieurs Mesquida (notre député) et Vézinet avait fait plus pour le nouveau maire de la Salvetat, Me Thibault Estadieu et sa liste apolitique (car contenant des sympathisants de gauche), on ne retrouverait pas ce dernier en 21 unième position sur la liste UMP de Me Couderc. Mais je pense que Me Alliés connait bien la situation de ce canton qui mériterait bien une petite introspection socialiste, voire un petit reportage journalistique qui éclairerait bien des électeurs sur ce que l’on pourrait appeler "la génération Frêche"en Languedoc Roussillon

  • Mandroux, "maire courage" selon Montebourg

    17 février 2010 13:02, par Jeannot-Frondeur

    repondre message

    PEUT-ETRE DES IDEES MAIS MAIS MANQUE DE CLAIVOYANCE.
    Arnaud Montebourg le legaliste a manqué de jugeotte en
    s’attelant au char à3 roues de Aubry. Lui si prompt
    àréagir, il n’a donc pas vu ni souvenu de
    l’histoire de France. 1° bafouer les statuts du parti
    en niant le vote des militants du P.S qui avaient en grande majorité dans les 5 départements voté pour le tandem
    Frêche-Codorniou : intolérable dans un parti sois disant
    démocratique !
    2° Il ne sais donc pas que les donneurs d’ordre parisiens
    ne sont pas en odeur de sainteté dans tout ce qui est
    en dessous de Valence et surtout chez les langudociens
    parceque par atavisme archiséculaire tout ce qui est de
    Paris et du Nord leur rapelle les buchers alimentés
    par Simon de Monfort et ses pillards agissant sur ordre du Pape et du Roi de France. Pourtant il me semblait que notre
    Arnaud connaissait l’histoire de France. Dépêche toi
    cher ami de rentrer en Bourgogne plutôt que d’aller te
    pavanner en compagnie d’une looser, sinon tu vas avoir
    bel air comme l’on dit. Je suis du Nord mais ne suis pas
    "courte patte", parceque j’aime la démocratie

    • Mandroux, "maire courage" selon Montebourg 17 février 2010 14:50, par gilles

      repondre message

      16 fevier Sondage reion Languedoc Roussillon (lci /figaro)
      G.Freche 31 %
      Couderc 22 %
      Roumegas 12 %
      Revol 11 %
      Mandroux 6 %
      Il ne reste plus qu’ a exclure le peuple n’est ce pas Montebourg ,Bartolone ,Aubry ?

      trois cents pour un meeting regionale souteu par le national c’est ridicule !
      Freche pour une simple reunion de quartier (la semaine derniere)de Montpellier s’est fait ovationner ainsi que le conseiller general PS Ch Morales par 3000 personnes !

L'auteur

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter