Le vin bio victime de son succès ?

En sept ans, le chiffre d’affaire du vin bio en France a triplé pour s’élever à plus de 1,2 milliard d’euros. Conséquence de ce succès, les rayons bio sont régulièrement vides. Face au risque de pénurie, la production biologique peut-elle suivre le rythme ?

Le bio bientôt en rupture de stock, qui aurait pu imaginer un tel phénomène ? Longtemps considéré comme un produit destiné à une élite, le bio s’est démocratisé : un Français sur trois déclare avoir consommé du vin bio d’après une enquête d’IPSOS pour Sudvinbio. En 2016, les consommateurs y ont consacré 792 millions d’euros dans les surfaces de vente. Le marché français des vins bio a été multiplié par quatre en douze ans. Et, cerise (bio, bien sûr) sur le gâteau, les Français sont prêts à dépenser davantage pour un produit comme le vin que pour les autres produits agroalimentaires.
Contrairement aux idées reçues, l’écart de prix entre le vin bio et le vin conventionnel est faible. L’offre se fait sur un cœur de gamme qui se situe à 75% à moins de 15 euros la bouteille d’après une étude réalisée par Agrex Consulting pour Sudvinbio. Le bio séduit de plus en plus, à tel point que 10% des consommateurs de vin bio ne consomment plus du tout de vins conventionnels. Une révolution.
Face à cette demande grisante, la production s’accélère aussi. En 2016, la France comptait 5263 exploitations viticoles soit 70 740 ha de vignes en bio, soit 9% du vignoble national (contre 6% en 2010). Malgré la croissance de la production, la consommation biologique est bien plus rapide. En septembre 2017, le directeur de l’agence Bio, Florent Guhl, alertait sur les risques de pénurie des produits bio. La viticulture biologique est aujourd’hui confrontée à de nouveaux défis.

Face à cette demande exponentielle, il y aurait urgence à augmenter les surfaces et les rendements. Pas si simple. Les conversions vers le bio ont ralenti ces dernières années, avec en 2016 une croissance de « seulement » 10%. Plusieurs producteurs sont aussi revenus au conventionnel à cause des complications liées, par exemple, au climat. Pas toujours évident non plus de convaincre une population viticole vieillissante de vite se convertir au bio. Par ailleurs, la conversion bio n’est pas une promenade de santé : coût, respect du cahier des charges européens et vulnérabilité des vignes face aux aléas climatiques… en dissuadent plus d’un. Autre ombre au tableau : le désengagement progressif de l’État, source d’inquiétude pour les vignerons .
Par le jeu de cette bonne vieille loi de l’offre et de la demande, le risque est aujourd’hui de voir le prix de la bouteille de vin bio flamber.

Vers une flambée des prix du vin bio ?

Or, pour Florent Guhl, directeur de l’Agence bio comme pour Patrick Guiraud, président de Sudvinbio, le prix reste le frein numéro un pour les consommateurs. Leur objectif est de maintenir le faible écart de prix entre le vin conventionnel et le vin bio. La distribution est donc un véritable enjeu. Le vin bio est très convoité et personne n’est prêt à lâcher la grappe.
En 2016, la vente directe est le principal circuit de distribution à 41% et les magasins bio et les cavistes représentent 42% des ventes de vin bio. Mais les grandes et moyennes surfaces (GMS) captent 17% du marché et s’emparent de plus en plus du bio. Les hypermarchés actuellement en crise, profitent de ce succès pour se faire des marges excessives comme le révèle l’UFC Que Choisir.
Le recours à l’importation est-il inévitable ?
Un risque peu avéré pour les deux spécialistes car les autres pays sont également confrontés au même problème de pénurie. Les consommateurs bio recherchent avant tout des produits français. Une chose est sûre, ils ne pourront pas suivre l’inflation des prix du bio.

Changement climatique : Quand la vigne trinque les vignerons s’adaptent

Vendanges plus précoces, raisins plus sucrés, vins plus forts en alcool. Très exposée aux effets du réchauffement climatique, la viticulture doit adapter ses pratiques. Sur le terrain, ni inquiets, ni sereins, les professionnels de la vigne en conviennent : les vignerons sont déjà des experts de l’adaptation. Un climatologue et deux vignerons de l’Hérault croisent leurs regards sur la situation.

2°C. C’est la différence de température observable entre le haut et le bas de la pente d’une parcelle de vignoble de coteau, due au seul fait du dénivelé et de l’exposition. Mais 2°C, c’est aussi l’augmentation de la température liée au réchauffement climatique à horizon 2100 que les signataires de l’accord de Paris se sont engagés à ne pas dépasser.
Climatologue et géographe, directeur de recherche au CNRS, Hervé Quénol étudie depuis une dizaine d’années les effets du réchauffement climatique sur la viticulture. Dans le cadre de projets de recherche, tels Laccave en France ou Life-Adviclim au niveau européen, il collecte des données dans les vignes. Sa conviction : « A l’échelle de son exploitation, le vigneron est déjà capable de s’adapter! ».

Virgile Joly, propriétaire du domaine homonyme à Saint-Saturnin-de-Lucian, entre Lodève et Clermont-l’Herault, confirme : «Les agriculteurs sont habitués à vivre avec les aléas et à s’adapter en permanence».

Pour autant, les impacts du réchauffement climatique sont bien réels et l’avenir de la profession viticole se construit en les prenant en compte. « La température augmente encore plus rapidement que ce qu’on avait imaginé, il faudra une large gamme d’adaptation », constate le chercheur. Il y a dix ans, la réalité du changement climatique en laissait plus d’un dubitatif. Aujourd’hui, la majorité des agriculteurs a pris conscience du défi à relever.  « On le ressent, il y a de plus en plus d’années de sécheresse, en 30 ans, les vendanges ont avancé d’une demi journée par an! », s’exclame François Delhon, vigneron trentenaire du Domaine Bassac, au nord de Béziers.

La viticulture, particulièrement exposée au changement du climat

Face aux trois grandes manifestations du réchauffement de la planète – hausse des températures, sécheresse, augmentation des extrêmes climatiques comme le gel ou les périodes de très fortes chaleurs – la viticulture est en première ligne, explique Hervé Quénol.

« Depuis quelques années on a des températures moyennes plus élevées, les hivers sont moins rudes, cela élimine moins de parasites. Quand les étés sont trop chauds, la photosynthèse peut ne plus se faire, cela bloque la maturité des raisins », relate Virgile Joly. « Les années de sécheresse, on observe des rendements en baisse d’environ 15% », constate de son côté François Delhon.

Culture dite « pérenne », la vigne reste en place d’une année sur l’autre. En cas de pépin, le viticulteur ne peut se résoudre à tout arracher pour repartir du bon pied l’année suivante. Deuxième particularité, « la vigne est touchée par le réchauffement climatique à deux niveaux : la plante et le raisin », continue le climatologue. Et les effets du réchauffement s’immiscent jusque dans le verre. « Plus de sucre, moins d’acidité, plus d’alcool », liste Hervé Quénol. Alors qu’une pêche plus ou moins sucrée d’une année sur l’autre ne va pas perturber le consommateur, la modification des caractéristiques des vins inquiète d’avantage. Sur ce point, le chercheur se veut pragmatique : « Les caractéristiques des vins ont toujours évoluées dans le temps, les gouts des consommateurs également ».

Une adaptation sur mesure

L’adaptation des pratiques s’impose comme la seule alternative pour dompter les impacts de l’emballement du climat. Depuis quinze ans, les chercheurs s’y intéressent de près. La complexité : les impacts du changement climatique sont différents selon les régions. « Il y a des régions viticoles où le réchauffement climatique est positif. Des pays comme l’Angleterre, l’Allemagne, la Suède peuvent maintenant avoir une qualité de vin qu’ils n’avaient pas », précise Hervé Quénol. La bonne échelle de réflexion sévère être le vignoble. Autant dire, du sur-mesure.

« On en est à la deuxième année de sécheresse, cela fait se poser des questions. Quelles vignes va-t-on planter pour l’avenir? », se demande Virgile Joly. Lui a choisi le vermentino, que l’on retrouve en Corse, mais aussi le carignan, bien adapté.
C’est le principal questionnement des viticulteurs : le choix des cépages et porte-greffes. « Ils plantent pour 30 ans, ils ne peuvent pas se tromper », explique Hervé Quénol.

Pour le climatologue, les connaissances emmagasinées en terme d’adaptation commencent à être suffisamment pertinentes pour un conseil de qualité. « Oui, on a pas mal d’information, ça s’organise », confirme Virgile Joly. Pour les vignerons, tous les moyens sont bons pour dégoter des bonnes pratiques. « On va voir ce que font les autres, les pays du Sud, on travaille avec les ingénieurs agro, les pépinières…», raconte François Delhon.

Quant à la question de l’utilisation de l’eau, selon Hervé Quénol, c’est le prochain enjeu majeur. Le développement de l’irrigation sera nécessaire dans certaines régions, à l’instar du sud de la France. Dans un contexte où l’utilisation de l’or bleu par l’agriculture est déjà sous forte tension, le débat entre profession viticole et pouvoirs publics s’annonce compliqué.

<encadre|id=64>

Vieille terre de vin, la Slovénie affiche ses pionniers bio

Une longue histoire viticole, une petite production encore méconnue et de gros efforts pour se tailler une place sur le marché du vin. Les Slovènes cherchent aujourd’hui une reconnaissance difficile à mettre en place, spécialement pour le vin bio. Rencontre avec de jeunes vignerons du cru.

« Chez nous le vin est une vraie tradition qui remonte à plusieurs centaines d’années !  » s’exclame Matej Korenika, vigneron trentenaire à Izola, en Slovénie. Un cri du cœur pour ce passionné vivant dans ce petit pays d’Europe centrale de deux millions d’habitants. La Slovénie a depuis longtemps une tradition agricole, et plus particulièrement viticole. Ses origines remonteraient aux tribus celtes installées dans la région il y a plus de 2400 ans. Historiquement, on distingue trois grandes aires viticoles dans ce pays d’ex-Yougoslavie . « La plus importante se nomme Primorska, elle se situe à l’ouest avec des vignobles bordant la Méditerranée », où Samo Premrn a ses pieds de vigne. Les deux autres régions se répartissent entre les vallées de la Save (Posavje), au sud le long de la frontière croate, et celle de la Drave (Podravje), près de la frontière autrichienne à l’est. Les Slovènes l’affirment : c’est ici que pousse la plus vieille vigne du monde à la maigre production réservée aux chefs d’État de passage. A Maribor, deuxième ville du pays, une vigne daterait de plus de 400 ans ! A l’image de ce pays aux paysages éclectiques entre Alpes juliennes et mer Méditerranée, les différentes régions viticoles répondent à des caractéristiques climatiques et telluriques spécifiques : 52 cépages différents y prospèrent. Avec un petit vignoble d’environ 20000 hectares, la Slovénie dispose d’un vrai savoir-faire avec 30 000 personnes travaillant dans le secteur, selon l’Office National Slovène des Statistiques.

Un vin qui peine à s’exporter

Si les slovènes sont producteurs depuis longtemps, ils sont également de très gros consommateurs de vin. Ils ingurgitent près de 43,6 litres de vin par an et par personne en moyenne. Un chiffre record qui les place sur la deuxième marche du podium des plus gros buveurs de vin juste derrière les Français. Le niveau de la production slovène ne suffit pas à répondre à la demande intérieure. En 2016, le pays a pressé près de 660 000 hectolitres de vin selon l’office slovène des statistiques pour une consommation intérieure de 810 000 hectolitres. Une forte demande qui a longtemps bridé les exportations slovènes. L’indépendance du pays en 1991 puis son adhésion à l’Union Européenne en 2007 ont conduit les vignerons locaux à se tourner vers l’extérieur. «  Le vin slovène commence à se tailler une solide réputation, assure Samo Premrn, jeune vigneron de 37 ans, nos possibilités d’exportations s’agrandissent  ». Une réalité pour les trois exposants locaux du Salon Millésime Bio puisqu’ils exportent près de 30% de leurs productions dans le monde. « Mes premiers marchés à l’international sont l’Italie, la Suisse et enfin la France » explique Matej Korenika.

Le difficile démarrage du vin bio

Alors pourquoi aussi peu de producteurs slovènes au salon Millésime Bio ?  « Le bio est encore embryonnaire en Slovénie, cela représente selon moi 3% des vignobles » témoigne Matej, passé en bio depuis 2013. « Les vignerons slovènes ont peur de passer au bio, rapporte-t-il, du fait de la perte de quantité, du prix jugé trop haut ou encore d’un climat trop difficile notamment du côté de la frontière autrichienne ». Une difficulté à la conversion encore plus forte pour la biodynamie. Matej compte parmi les huit agriculteurs slovènes à exploiter leurs vignes selon cette technique: « En Slovénie, la biodynamie c’est considéré comme l’enfer, soupire le vigneron trentenaire, quand vous commencez à parler du cahier des charges à respecter, les vignerons prennent peur ». -566.jpg Korenika&Moskon, son domaine de 30 hectares est aujourd’hui le principal producteur en biodyamie slovène mais la conversion ne fût pas de tout repos. « Quand nous avons commencé notre conversion pour obtenir le logo Demeter, nous avons dû demander un partage d’expérience à des vignerons italiens ». Un changement de paradigme compliqué qui lui a fait perdre de nombreuses parts de marchés en Slovénie. Néanmoins, la vision des slovènes est en train de changer : « Le mouvement autour de l’agriculture biologique est en train de prendre de l’ampleur, et les gens commencent à y être sensibles », explique Samo Premrn du domaine Pasji Rep. Un effet boule de neige « qui pousse de plus en plus de producteurs à se tourner vers le bio » dans le pays. Et pourquoi pas à venir garnir les stands du Salon Millésime Bio.

Développer l’œnotourisme à travers le label Vignobles et Découvertes

Pour sa 13e édition, le salon Vinisud de Montpellier consacre un espace à l’œnotourisme en Occitanie. Les objectifs : mettre en lumière le potentiel de cette nouvelle activité, mais également créer un réseau entre professionnels et vignerons. Le label Vignobles et Découvertes participe à cet élan.

Vous êtes amateur de vin et souhaitez partir à la découverte des domaines sans que l’organisation du voyage devienne un véritable casse-tête ? Rassurez-vous, Vignobles et Découvertes est là pour vous. Créé en 2009, le label recense les propriétés viticoles proposant des services aux visiteurs, autre que la vente stricto sensu de vin. Les domaines qui souhaitent obtenir le label Vignobles et Découvertes doivent avoir une capacité d’accueil suffisante, des horaires d’ouverture fixes ainsi que des services de qualité : visite des caves, dégustation, restauration ou encore chambre d’hôte. Le label est attribué pour une durée de trois ans, renouvelable.

Sur la base du volontariat, des structures territoriales comme les offices de tourisme ou des associations deviennent porteurs du projet et communiquent sur ces destinations. Le label Vignobles et Découvertes permet de mettre en valeur la richesse des territoires. Pour cela, la marque recense également une multitude de partenaires tels que des musées, des sites naturels et historiques, des restaurants… dans un rayon de 30km autour des domaines viticoles.
Pour Jérôme Villaret, délégué général des Vins du Languedoc, Vignobles et Découvertes n’est pas seulement un label mais a pour vocation de « fédérer différents domaines d’activités pour plus de visibilité du territoire. » Il s’agit de proposer un maillage intelligent et attractif de la région Occitanie. Vignobles et Découvertes propose aujourd’hui [60 destinations labellisés dont 12 en Occitanie.

 >http://atout-france.fr/content/decouvrez-les-destinations-labellisees-vignobles-decouvertes/.]

La région Occitanie a un fort potentiel œnotouristique

-450.jpg
Ce territoire a toutes les cartes en main pour devenir un véritable « eldorado œnotouristique » comme le souligne André Deyrieux, expert en accompagnement à la labellisation œnotourisme des territoires.

La région Occitanie dispose d’une grande richesse patrimoniale et draine 15 millions de visiteurs par an. « Les touristes sont attirés en premier lieu par la présence du bord de mer. Notre volonté est de faire sortir ces personnes de la plage pour les ramener vers de véritables destinations dans l’arrière pays » explique Jérôme Villaret. La création du label Vignobles et Découvertes a permis d’organiser l’offre d’œnotourisme et de la rendre plus visible en faisant travailler ensemble des vignerons, des syndicats et des collectivités.

En plus de la visite et des dégustations traditionnelles, certains viticulteurs se diversifient en proposant des services touristiques tels que l’hôtellerie ou la restauration. C’est le choix qu’ont fait le Château La Dournie (Saint-Chinian) en proposant des soirées concerts et restaurations ou encore le Domaine Saint-Martin (Carcassonne) qui possède plusieurs gîtes et profite d’une zone culturelle riche et attractive grâce à la proximité du Canal du Midi et de la ville de Carcassonne.

Pour André Deyrieux, l’œnotourisme est l’opportunité de « raconter les histoires de la région, aux confluents entre le marketing territorial et le tourisme culturel ». En plus de faire découvrir et valoriser les productions viticoles, la venue des touristes au domaine favorise la vente directe, plus rentable que l’export. Selon le CIVL (Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc), 15% des AOC Languedoc sont écoulés en vente directe. Pour Virginie Rozière, députée européenne et présidente du Comité Régional du Tourisme (CRT) , « le prochain objectif est de convaincre l’agglomération de Montpellier de rentrer dans le projet Vignobles et Découvertes afin d’augmenter sa visibilité ». Premier vignoble de France, la région doit encore développer son offre pour obtenir le titre de destination phare du tourisme viticole.

Coup de grêle sur la cuvée solidaire du Pic Saint-Loup

Suite à notre article sur la cuvée solidaire « Languedoc Solidarité Grêle » en soutien aux vignerons sinistrés du Pic Saint-Loup et de l’ensemble des coteaux du Languedoc, nous avons profité du salon Vinisud pour rencontrer des vignerons dubitatifs sur l’utilisation de l’argent qui sera récolté.

« On se fout de notre gueule, on se sert de nous » tempête Fabrice Bonmarchand, directeur du Mas de L’Oncle à Lauret, qui estime avoir perdu plus de 90% de sa production lors de l’épisode de grêle qui a frappé le vignoble du Pic Saint-Loup mi août dernier. Selon lui, « l’argent n’ira pas aux sinistrés, on ne peut pas dire que c’est une cuvée solidaire alors que la somme sera reversée au syndicat d’appellation ». Pour venir en aide aux sinistrés, ce syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup a effectivement « créé un fond de solidarité» au lendemain de l’épisode climatique qui a en partie dévasté les vignes. Mais à entendre Fabrice Bonmarchand, « il serait bien d’avoir des nouvelles six mois après » et de savoir comment les fonds récoltés seront reversés à ceux qui en ont besoin. Selon ses comptes, il perdra environ 200 000 euros de chiffre d’affaire.

« Le mieux serait de venir acheter directement chez nous pour nous soutenir »

Marion Mavel, animatrice du syndicat et chargée de l’organisation de Vinisud pour les vignerons du Pic Saint-Loup tempère, elle, les inquiétudes : « Le syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup n’a pas encore reçu d’argent et il était convenu depuis le début que celui-ci serait destiné à faire la promotion de l’appellation ». De plus, elle affirme que « les vignerons sont informés toutes les semaines avec des réunions publiques ». Un malentendu ? Le directeur du Mas de L’Oncle persiste et est même exaspéré quand des visiteurs du salon lui parlent de cette cuvée solidaire* : « Ça m’énerve », s’insurge-t-il, « les gens viennent nous dire qu’ils ont acheté la cuvée pour nous aider mais le mieux serait de venir acheter directement chez nous ». Pour Fabrice Bonmarchand, « les vignerons touchés auraient pu directement être les commerciaux de cette cuvée ». Il demande surtout une clarification concernant la répartition de la somme qui sera récoltée : « Ce qui n’est pas normal c’est qu’on ne sait pas comment ça va être réparti ».

« Ils se servent de notre malheur »

Pour l’heure, le syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup reconnaît ne pas avoir encore réfléchi à la question : « Nous avons des pistes mais on communiquera autour de cela une fois la totalité de l’argent récolté », explique Marion Mavel. Elle tient aussi à rappeler que « l’administration est lente », mais que « tout le monde a travaillé pour que les choses avancent ». L’animatrice souhaite plutôt rester positive autour de ce « réel élan de solidarité qui est une grande preuve d’humanité ». Et d’ajouter que « le maître mot des vignerons du Pic Saint-Loup depuis 30 ans c’est la solidarité ». Un discours inverse à celui de Fabrice Bonmarchand qui affirme vouloir « se démerder tout seul ». Très colère, il va jusqu’à reprocher à tous les intermédiaires de l’opération solidarité de « se servir de notre malheur ».

« Cette action est plus morale que financière »

Régis Valentin, président du syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup et lui aussi sinistré, rappelle que « la cuvée solidaire n’est pas destinée qu’au Pic Saint-Loup mais à l’ensemble des coteaux du Languedoc ». D’après lui, « la somme récoltée et ramenée à tous les vignerons impactés sera dérisoire » et qu’il serait finalement plus logique que celle-ci soit destinée « à promouvoir l’appellation ». Lui même ne compte pas sur cet argent mais défend le côté solidaire de l’action : « Ca ne comblera pas mon trou mais cette action est plus morale que financière. »

Auteure d’un livre sur le Pic Saint Loup (Un terroir, Des hommes : Le Pic Saint-Loup), Sharon Nagel qui connaît parfaitement la plupart des vignerons et de leurs représentants syndicaux confirme que l’argent de la cuvée solidaire est bien destiné depuis le début à être reversé pour la promotion de l’appellation Pic Saint-Loup. Mais elle comprend également les interrogations de certains vignerons sinistrés tout en précisant qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions puisque la collecte n’est pas terminée. Rappelons que l’argent est d’abord récolté par le syndicat AOC Languedoc qui doit ensuite le reverser au syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup. Celui-ci décidera alors comment la somme sera utilisée. La multiplication des intermédiaires et le manque de clarté au départ auraient-ils transformé une louable initiative en un nouveau coup de grêle ?

7 tendances de consommation de vin chez les 21-35 ans… en gifs

Quels vins boivent les millennials, aussi appelés génération Y ? Le salon Vinisud et l’agence de marketing Sowine ont sondé les habitudes de consommation des 21-35 ans de Londres et New York, 2ème et 3ème villes les plus influentes du monde selon le magazine Forbes. Rosé, cocktails et effervescents : 7 tendances à retenir, en mots et en gifs.

La presse n’est pas la première source d’information sur le vin des 21-35 ans

51% des millennials new-yorkais et londoniens déclarent se renseigner auprès de leur entourage, famille comme amis, avant d’acheter du vin. Un chiffre qui n’est assurément pas le fruit du hasard, puisque l’auteur de cet article, lui-même millenial marseillais, fait la même chose.

La presse arrive en cinquième position, derrière les sites web, les professionnels tels que les cavistes ou sommeliers et les réseaux sociaux. Au sein de l’échantillon, les plus jeunes préfèrent les réseaux sociaux et les plus âgées recourent plus aux applications mobiles.

L’achat sur Internet se développe

Un quart des millennials new-yorkais achètent leur vin principalement sur Internet, contre 16% des londoniens. Si les supermarchés et cavistes restent les fournisseurs privilégiés des sondés, le web les concurrence sur les prix, explique Marie Mascré de Sowine : « Les achats sur Internet sont le plus souvent opportunistes, c’est-à-dire qu’on va avoir une sélection par le critère du prix. Le plus souvent, c’est par l’intermédiaire de sites offrant des remises, même si l’achat éclairé directement au producteur existe. »

Les cours de dégustation en ligne attirent les jeunes

57% des 21-35 ans new-yorkais interrogés considèrent que les cours de dégustation en ligne sont un bon moyen de s’instruire sur le vin. En quelques clics sur un moteur de recherche bien connu, plusieurs dizaines de cours sont proposés en français comme en anglais, la plupart gratuitement. L’université de Bourgogne a même proposé un MOOC sur le vin écrit par ses chercheurs.

Les hommes préfèrent le rosé

Et pan dans le cliché ! 56% des new-yorkais et 45% des londoniens déclarent être de grands consommateurs de rosé, contre 45% et 24% de leurs compatriotes féminines. Ils seraient même 44% et 34% à en consommer plusieurs fois par semaine, presque deux fois plus que les femmes. Les clichés sexistes reculent aussi de l’autre côté du bouchon, grâce à des vigneronnes qui se distinguent dans un milieu traditionnellement masculin.

Les effervescents bouillonnent

Les 21-35 ans londoniens préfèrent les vins effervescents aux vins tranquilles. Ils sont 41% à déclarer les bulles hors champagne comme type de vin préféré, comme 36% des new-yorkais. Dans les deux villes, seul 1 millennial interrogé sur 20 n’en consomme jamais. En France, le marché est en pleine ébullition.

Et pan dans le cliché, deuxième ! Les vins effervescents ont plus de succès auprès des jeunes hommes, selon l’étude réalisée par Sowine. À New York, ils sont deux fois plus nombreux à se déclarer grands consommateurs que les femmes. Dans la capitale britannique, ils sont 34% contre 22% de femmes.

Les jeunes boivent plus à la maison qu’au bar

Quasiment les deux tiers des millennials interrogés consomment du vin le plus souvent à la maison. Sans surprise, le deuxième lieu de consommation est le restaurant où le vin au verre est privilégié. 24 à 47% des jeunes interrogés consomment surtout du vin chez les amis ou la famille, cédant sans doute à une terrible pression sociale. Tout en bas du classement, ils ne sont que 24 ou 29% à consommer prioritairement dans des bars. Haut Courant a mené l’enquête, et ce n’est pas la faute à la concurrence de la bière.

Les cocktails à base de vin donnent soif

Parfois regardés comme un sacrilège ou une astuce pour faire passer une bouteille de piquette, les cocktails à base de vin attirent les millenials. 8 new-yorkais et 7 londoniens sur 10 se disent « très attirés » par ces mélanges. En revanche, on ne sait pas encore si ces cocktails permettent de diminuer les symptômes de la gueule de bois comme le vin bio. Chers lecteurs, si cette question vous intéresse, écrivez-nous et on se fera un plaisir d’enquêter pour vous.

À la rescousse des cépages disparus

Patricia Boyer-Domergue travaille au sauvetage des cépages oubliés du Languedoc. Installée depuis 1990 dans son domaine du Clos Centeilles, dans la commune de Siran dans l’Hérault, la vigneronne s’est fixée pour objectif de retrouver et réutiliser les cépages ancestraux pour lutter contre l’uniformisation des vignobles. Elle explique ce «métier de passion».

Entre la littérature et la vigne, il n’y a parfois qu’un pas. Formée à l’institut œnologique de Bordeaux, la vigneronne Patricia Boyer-Domergue rencontre le gout des cépages anciens et oubliés au travers des livres. « Mon travail a pour origine la littérature. L’abbé Rozier est un auteur qui m’a beaucoup influencée, ses œuvres scientifiques sont à la base de mon travail. »

Désireuse de créer son propre domaine, elle reprend en 1990 le Clos Centeilles. Ancien territoire viticole alors laissé pour mort avec ses vignes centenaires exposées plein sud, elle y voit un terreau idéal pour sa production et sa grande idée: réintroduire des plants anciens voire quasi disparus. Elle se tourne alors vers le Centre de ressources biologiques de la vigne de Vassal-Montpellier (CRB-Vigne) spécialisé dans la conservation et la valorisation des ressources génétiques de la vigne. Ce Centre crée en 1876 lui permet de retrouver des variétés de vignes perdues comme le riveireinc blanc, le piquepoul noir ou bien encore le riveireinc verdal, qu’elle est la dernière au monde à posséder.

Des cépages fragiles

Patricia Boyer-Domergue a débuté du côté de Saint-Chinian, fameux et très ancien vin de l’Hérault. A travers la littérature notamment, elle se passionne pour ces cépages oubliés et décide de les faire redécouvrir. Autre objectif pour elle: préserver la culture et l’histoire des vignes qui parsemaient jadis le terroir languedocien. « Si ces vignes ont disparu, c’est parce qu’elles sont fragiles. On les a fait disparaître des vignobles car elles demandaient beaucoup de travail et ont aussi subi les ravages du phylloxera ». En effet, entre la fin du XIXe et le début du XXe la maladie, un puceron originaire des États-Unis, a ravagé les productions françaises. Trop fragile, trop sensible, le territoire du Languedoc a alors massivement délaissé les cépages historiques au profit de vignes résistantes.

« Quand j’ai récupéré mes premiers plants, le CRB-Vigne ne m’a pas dit qu’ils étaient malades. J’ai donc du m‘adapter dès le début pour réussir à les faire survivre. » Les plants s’intègrent aux carignans et cinsault déjà présents sur ses terres mais il lui faudra plus de trois ans pour maîtriser et porter à maturité ces premiers cépages anciens.

Les techniques d’antan à jamais perdues

-439.jpg

Parallèlement à la réintroduction, Patricia Boyer-Domergue souhaitait aussi retrouver les techniques d’entretien d’antan. Sans jamais y parvenir vraiment. Du coup, elle cultive aujourd’hui ses vignes à sa manière, de façon traditionnelle. « Je fais appelle à des saisonniers en période forte, sinon je travaille seule. Les vendanges sont exclusivement faites de façon manuelle. Pour ce qui est de l’entretien, j’utilise du souffre et des produits homéopathiques. Je cherche avant tout à garder les techniques manuelles

Plus tardives que les principaux cépages du Languedoc, les vignes du Clos Centeilles présentent des qualités gustatives particulières. « La récolte tardive offre un profil particulier à nos vins. Des arômes de fruits rouges, plus particulièrement de fraise dans nos rouges, et une minéralité dans nos blancs qui ne se retrouvent pas ailleurs.» Atypique, la production du Clos Centeilles oscille à la fois entre une production maîtrisée et respectueuse du produit, et un véritable travail de recherche historique. Et si certains cépages n’ont jamais réussi à s’implanter aux parcelles du domaine, à l’image de l’Œillade, le travail continue à porter ses fruits.

Avec aujourd’hui 23 cépages différents présents sur son domaine, Patricia Boyer-Domergue l’assure, « il me faudrait encore 30 ans de plus pour pouvoir réussir à maîtriser l’ensemble de mes cépages. Ils ne se laissent pas dompter facilement, mais c’est aussi ce qui fait l’intérêt du métier.» La relève est en marche, sa fille, Cécile Domergue, est sur le pont pour reprendre le travail de sa mère. Passage de relais d’une génération à l’autre, mais aussi pérennisation de ces cépages d’un autre temps.

VIDÉO – Vinisud 2017, le rendez-vous des acheteurs et des producteurs de vins méditerrannéens

Le salon professionnel Vinisud a ouvert ses portes à Montpellier pour la 13e édition. Producteurs et acheteurs du monde viticole se rencontrent autour du vin méditerranéen pendant trois jours.

Iq7UCR7s7h0

Jérémy Cadière : « Un vigneron ne fait pas de vin pour qu’on l’intellectualise »

Dans l’agitation du salon Vinisud 2017, Haut Courant a pris le temps de parler vin avec le sommelier Jérémy Cadière, médaillé du Challenge des Étoiles de la sommellerie Sud de France 2014, une consécration.

« Goûtez ce Château Beaubois, Harmonie 2013 ! C’est un petit vin à côté de mon village natal, dans le Gard. » Le sommelier parle aussi vite qu’il déguste. Entre formules imagées et métaphores romantiques, Jérémy Cadière rend le monde du vin plus accessible. Rencontre avec un « amoureux du vin ».

Qu’est-ce qu’un sommelier ?

Un sommelier, c’est comme un interprète dans le sens musical du terme. Le vigneron écrit une partition faite de cépages et de terroirs. Le sommelier se doit de l’interpréter à sa manière tout en respectant la partition. À travers un vin, j’essaye de le faire parler, de l’expliquer aux gens et de le faire vivre. Je vois mon métier comme quelque chose de très romantique. Ensuite, il y a l’approche plus technique. Un sommelier est aussi quelqu’un qui travaille sur le terrain. J’accompagne des restaurants pour dynamiser leurs cartes des vins, faire des séances de dégustation. Je prends plaisir à courir entre les tables. Au final, mon travail est d’initier les gens à prendre du plaisir avec le vin.

Vous aimez parler du vin avec des mots simples…

J’essaie d’en parler de manière simple et drôle. Il y a parfois une approche du vin qui est très guindée et traditionnelle. Mais un vigneron ne fait pas de vin pour qu’on l’intellectualise. Quand on pense trop, on tue le vin. Le cerveau tue le plaisir. Sans aller jusqu’à cette extrême, il faut un minimum de savoirs pour l’apprécier au maximum. Le vin c’est du partage, du plaisir. Déguster un vin c’est comme faire l’amour, on peut le faire seul mais c’est mieux à deux…

Alors, comment faut-il le déguster ?

Il faut prendre son temps. C’est comme la séduction. Quand vous aimez quelqu’un, vous commencez par le regarder, l’admirer. Ensuite vous vous rapprochez doucement, vous vous familiarisez avec son odeur, son parfum. Si vous vous entendez bien, alors vous pouvez danser ensemble, puis poser vos lèvres et l’embrasser. Avec le vin c’est pareil, il faut prendre le temps de le regarder, de regarder sa robe et comment il se comporte dans le verre. Si vous vous sentez appelés, vous le dégustez avec plaisir comme un premier baiser. Le conseil pour résumer tout ça, c’est prendre le temps et du plaisir.

Qu’est ce qui fait un bon vin ?

C’est le vin que vous aimez, tout simplement. Un bon vin peut être un vin de coopérative au cubi que vous buvez avec quelqu’un que vous appréciez. Au contraire, si vous buvez le meilleur vin du monde avec un trou du cul… [rires]

Des start-up spécialisées dans le monde du vin se développent pour aider les particuliers dans leurs choix, notamment MyOeno dont vous faites partie. N’avez-vous pas peur que ces applications vous piquent votre travail ?

MyOeno est un objet connecté à votre téléphone qui fonctionne par spectrométrie. Il analyse les caractéristiques du vin, le tanin, l’alcool et l’acidité. Les deux développeurs de l’application sont issus de la recherche médicale, ils ont une approche assez scientifique. J’ai participé au calibrage de la machine en lui ajoutant l’aspect humain. Les gens feront toujours appel à des sommeliers, je le considère comme un vrai assistant.

Quelle est votre bouteille du moment pour un petit budget ?

Une bouteille de Château Beaubois, Costières de Nîmes, un très bon rapport qualité/prix, ou un vin du domaine Sainte-Marie des Crozes qui est excellent.

X1UlYN2KaXw?list=PLQnHnBk4yUk-8zVz7Fux0xJonQ8BNH0Ql
Jérémy Cadière travaille avec le CIVL (le Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc) pour promouvoir les vins de la région du Languedoc.

Les vins effervescents : un marché en pleine ébullition

Les vins effervescents représentent 7% de la production totale de vins dans le monde, bien loin de concurrencer les vins sans bulles. Pourtant leur consommation ne cesse d’augmenter et de susciter l’intérêt des pays étrangers et du monde viticole.

Un médicament … ? La mauvaise bouteille apportée par le radin de la soirée … ? Voilà ce que le vin effervescent a longtemps renvoyé au consommateur. Pourtant, le Champagne fait rêver plus que jamais, le Cava évoque les fêtes et le Prosecco les cocktails.

La bulle séduit surtout les jeunes. Habitués aux boissons gazeuses sucrées telles que les sodas, la « génération Coca » se tourne donc plus facilement vers des vins pétillants, surtout lorsqu’elle découvre le monde viticole. Les Prosecco, Cava et autres Crémants permettent aux néophytes de s’habituer en douceur aux tanins, à l’amertume et l’acidité du vin.

La star reste sans aucun doute le Champagne. Associé à la fête et synonyme de qualité, il booste la consommation de ses concurrents étrangers comme le Cava espagnol et le Prosecco italien, alternatives à des prix plus accessibles, notamment pour les jeunes. Les producteurs italiens ont bien saisi le dynamisme du marché et ont modernisé leurs exploitations permettant ainsi un meilleur rendement. Les ventes ont progressé de 216% en 15 ans. Le Prosecco partage désormais l’affiche avec le Lambrusco, vin rouge pétillant à la mode, déjà adopté par les italiens et qui s’impose petit à petit sur le marché français.

Les vins effervescents répondent aussi à une nouvelle consommation du vin : « Ce n’est plus simplement associé à un mets en particulier mais à la fête, agrémenté de glace ou dans un cocktail » analyse, Françoise Antech-Gazeau, présidente de la Maison Antech, productrice de Crémants de Limoux. À l’image du Spritz, boisson à base de Prosecco qui a envahi les terrasses et les bars cet été. « Il y a une consommation plus libérée » poursuit-elle.

Les marchés étrangers pétillent

Le marché se développe surtout à l’étranger. La Maison Antech exporte la moitié de sa production. « Surtout en Europe du Nord, aux Usa et au Canada et plus récemment en Asie. La culture de la bulle se répand, surtout portée par l’image de marque du Champagne et du style français. Le Japon s’ouvre de plus en plus aux vins effervescents. » explique la vigneronne. La France est le premier pays exportateur en valeur, grâce au Champagne qui représente 55% de la valeur des exportations mondiales, notamment à destination des États-Unis, de l’Allemagne et du Royaume-Uni. « Les jeunes britanniques et américains raffolent des Prosecco et des vins effervescents français et c’est eux qui lancent la tendance » rajoute Michel Rémondat, directeur et fondateur de Vitisphère, première plateforme d’informations et de services dans le monde du vin.

-444.jpg

Les salons professionnels se sont adaptés à l’évolution du marché et ouvrent de plus en plus leurs portes aux vins effervescents. Michel Rémondat explique avoir souligné « la difficulté de ces vins à être visibles dans les grands salons au milieu des nombreuses références de vins tranquilles ». « Nous observions aussi l’évolution des produits, celle des entreprises de vins effervescents, l’augmentation des échanges internationaux…» ajoute-t-il. Vitisphère a organisé le premier salon professionnel international dédié aux vins effervescents, Bulles Expo. Il a eu lieu les 20 et 21 juin à Paris et a regroupé 120 exposants et plus de 1 000 visiteurs. Les organisateurs ont d’ores et déjà annoncé une prochaine édition en 2018.

Vinisud, salon professionnel des vins méditerranéens qui se tient du 29 au 31 Janvier à Montpellier surfe également sur l’engouement des vins effervescents. Un espace est uniquement consacré aux productions effervescentes méditerranéennes où 250 échantillons sont présentés. C’est la deuxième fois que le salon professionnel met en place cette « Sparkling Zone ».

Les vins effervescents se sont imposés aussi bien dans le milieu professionnel que chez les consommateurs. Une bulle qui n’est pas près d’exploser.