#Agenda culturel du 7 au 10 décembre

Quel programme ! Quatre journées bien remplies en cette fin de semaine avec une pluralité d’évènements en perspective : 1ère édition de la Foire méditerranéenne des arts contemporains à l’Arena, théâtre au Kawa, au Trioletto, au Hth-CDN, à la Vignette et à la Plume, musiques de tous les horizons, des ciné-débats, des soirées à thème. De quoi ravir tous les publics. Encore un week-end bien chargé culturellement sur Montpellier.

CÔTÉ CONCERT ET CINÉ-DÉBAT

Jeudi 7 décembre à 18h30 à l’Agora : Conférence à l’Agora (Salle Béjart) « Ce que la recherche a fait au sida », suivi de la projection du film 120 Battements par minute de Robin Campillo (2017, 2h22). Entrée libre sur inscription (dans la limite des places disponibles). Monsef Benkirane, directeur de recherche au CNRS, et Naomie Taylor, directrice de recherche à l’Inserm, font le point sur les nouvelles avancées à Montpellier dans le domaine de la recherche contre le VIH et le Sida.

Plus d’infos ici

Jeudi 7 décembre à 19h au Nu-Bahia : La soirée Travel’in revient pour sa deuxième édition, direction la Guadeloupe ! Explore le monde et le Nu-Bahia proposent ces soirées pour s’évader et partir à la découverte de ce beau pays dans une ambiance tropicale et 100% Gwada. Au menu caribéen : exposition photo, lectures de textes sur la culture guadeloupéenne, musique du groupe carnavalesque antillais Oukatann et Dj Suga Kan’n.
Entrée gratuite !

Plus d’infos ici

Jeudi 7 décembre à 19h30 : Le Rockstore accueille Rone dans le cadre de son Mirapolis Tour. Le producteur français s’est imposé comme un acteur majeur de la scène électronique française, en même pas dix ans. Révélé par ses albums « Spanish Breakfast » (2009) et « Tohu Bohu » (2012), il a collaboré avec de nombreux artistes pour « Creatures » (2015). Rone c’est aussi un univers visuel riche et singulier pour une expérience complète. Venez découvrir l’univers d’Erwan Castex ce soir dans la salle mythique montpelliéraine !

Plus d’infos ici

Jeudi 7 décembre à 20h à l’Utopia : Le Collectif Roosevelt et le pacte civique organisent une projection/débat autour du documentaire citoyen Des Lois et des Hommes de Loïc Jourdain. Rencontre animée par Virginie Rozière, députée européenne du groupe Alliance progressiste des socialistes et démocrates. Tarif normal : 6,50€

Plus d’infos ici

Vendredi 8 décembre à 18h : Projection en avant-première à Montpellier du film Next stop : Utopia au Diagonal. Suivie d’un débat avec le Collectif montpelliérain de solidarité avec le peuple Grec, Charles Godron de La Cagette (Montpellier), Omar Dahmani de Scop Ti (Géménos), le représentant de l’Union régionale des coopératives. Avec le soutien des Amis du Monde diplomatique.

Plus d’infos ici

Vendredi 8 décembre à 19h30 au Rockstore : Concert de Her, avec une première partie de Holy Two. Her ce n’est plus que Victor Solf, suite à la tragique disparition de Simon Carpentier, mais il continue de nous plonger dans son univers hypnotique, en préservant ainsi l’âme et la signature de leur musique suave et enivrante. L’autre duo, c’est Holy Two, qui termine une tournée de 15 dates dans toute la France. Élodie et Hadrien, les deux architectes sonores, vous plongeront dans leur univers électro-pop.

Plus d’infos ici

Vendredi 8 décembre à 20h : La soirée « Influences », organisée par l’Opéra Orchestre National de Montpellier Occitanie, c’est la rencontre entre le chef d’orchestre Darell Ang et David Kadouch au piano. Ils croiseront le concerto pour piano et orchestre n°2 de Chopin au Mazeppa de Franz Liszt et à la symphonie n°2 « Épique » d’Alexandre Borodine.

Plus d’infos ici

Samedi 9 décembre à 14h : NCNC-Film et L’Atelline vous invitent à la sortie du Ciné-Roman « Akhfa 2027 ». AKHFA 2027, c’est d’abord le nom d’un film d’un genre nouveau, réalisé l’an passé par l’équipe artistique NCNC, à l’invitation de l’Atelline, avec l’aide, la complicité et la participation de plus d’une centaine d’habitants du quartier de Celleneuve, à Montpellier. C’est un témoignage, un souvenir commun à partager sans modération.

Plus d’infos ici

Samedi 9 décembre à 17h30 : Scène ouverte classique à l’Opéra Orchestre National de Montpellier Occitanie. L’occasion pour tous les musiciens amateurs – chanteurs, pianistes, violonistes, violoncellistes, guitaristes – de jouer sur la scène de la Salle Molière. L’entrée est libre alors venez les encourager et les applaudir !

Plus d’infos ici

Samedi 9 décembre à 18h30 : Soirée arabo-andalouse « De Tlemcen à Montpellier » à la Casa Bondels. Repas traditionnel suivi de la présentation de l’école arabe-andalouse de Montpellier suivi d’un concert réalisé par ses élèves. L’occasion de découvrir ces musiques traditionnelles issues d’héritages algériens et andalous du 8 au 12ème siècle. Attention, les places sont limitées !

Plus d’infos ici

CÔTÉ THÉÂTRE, DANSE ET PERFORMANCE

Jeudi 7 à 20h et vendredi 8 décembre à 19h15 :  La beauté du geste est une pièce dont le premier épisode « L’instant décisif » a été accueilli par le Théâtre de la Vignette durant la saison dernière. La Compagnie Du Zieu présente dans ce second épisode « À mains levées », le temps de la représentation pour des CRS, entre deux interventions. La mise en scène est de Nathalie Garraud. Cette pièce constitue un questionnement sur le rapport de force entre forces de l’ordre, entre l’ordre que l’on maintient et celui que l’on reçoit. À noter : rencontres avec le public à l’issue de chaque représentation et workshop avec la compagnie samedi 9 et dimanche 10 décembre de 10h à 16h (gratuit sur inscription : relationspubliques@theatrelavignette.fr).

Plus d’infos [ici->https://www.facebook.com/events/116299842452297/
]

Jeudi 7 et vendredi 8 décembre à 20h : Humain trop humain CDN Montpellier accueille la pièce Jusque dans vos bras, mise en scène par Jean-Christophe Meurisse, et interprétée par la Compagnie des chiens de Navarre. Histoire d’une quête de la fameuse « identité française » qui fait tant débat de nos jours et pourrait conduire à une guerre civile. Le collectif mène ce récit avec une psychanalyse électrochoc de la France mais toujours dans un ton drôle et mordant. Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation du jeudi 7 décembre.

Plus d’infos ici

Vendredi 8 et samedi 9 décembre à 19h : Le Kawa Théâtre accueille la comédie Les Hommes sont des Femmes comme les autres , écrite par Manuel Montero et mise en scène par Eric Henon. Un spectacle joué plus de 500 fois à travers toute la France qui continue de ravir le public. Vous pourrez le voir jusqu’au 30 décembre, du mercredi au samedi à 19h.

Plus d’infos [ici->https://www.facebook.com/events/190267748208761/
]

Vendredi 8 et samedi 9 décembre à 20h30 : Le Trioletto reçoit la dernière création de Poplité Mobilis Toujours l’orage. Dix danseurs s’attellent à éprouver un orage, comme métaphore d’une jeunesse

Plus d’infos ici

Du 8 au 23 décembre à 20h30 : Le Théâtre de la Plume, mené par la Compagnie Je Pars à Zart, vous invite à la 2ème Nezdition du Plume impro festival (PIF). Le Master PIF, qui n’est autre que le Nez Tout Puissant, arbitrera chaque soir entre deux troupes d’improvisation du paysage montpelliérain. Insolite : le spectacle se fait en 3Nez et les lunettes sont fournies !

Plus d’infos ici

CÔTÉ EXPO ET INSOLITE

Jeudi 7 décembre à 18h30 à l’Ecole des Beaux-Arts – MoCo : Vernissage de l’exposition collective « de la porosité IV » avec son commissaire, Milan Tutunović . Ce projet s’articule autour d’un échange à l’international entre des acteurs du domaine de l’art contemporain de Montpellier en France et de Belgrade en Serbie. La première série d’expositions a eu lieu à Belgrade en novembre 2016, c’est maintenant au tour de Montpellier d’accueillir dix artistes, enseignants et étudiants en art de Belgrade et de Novi Sad. Entrée libre, du lundi au vendredi, de 14h à 19h.

Plus d’infos ici

Vendredi 8 décembre à 18h : Vernissage à l’Atelier Triptyque de l’exposition solo de Primal Graphic, pour la première fois sur Montpellier. Suite à sa découverte du personnage historique Joshua Slocum, l’artiste s’interroge sur notre rapport à l’inconnu. « Slocum Syndrome » sera visible du 8 décembre 2017 au 9 mars 2018 dans cet atelier rue de l’Université.

Plus d’infos ici

Samedi 9 décembre à 10h au Musée Fabre : Dernier rendez-vous pour visiter l’exposition « L’Art et la matière ».

Plus d’infos ici

Samedi 9 décembre à 10h au Musée Fabre : L’exposition « Le Musée avant le Musée » célèbre la Société des Beaux-Arts de Montpellier (1779-1787). Immergez-vous dans le Montpellier du siècle des Lumières et dans la genèse de l’histoire du premier musée fondé dans la capitale des États du Languedoc, à travers 120 œuvres des XVIIe et XVIIIe siècles. Ces années ont déterminé la naissance d’une culture artistique à Montpellier.
À découvrir absolument avant le 11 mars !

Plus d’infos ici

Samedi 9 décembre à 14h ou 15h30 : Pour « Sonic Museum », Julien Guillamat vous invite à découvrir la Faculté de Médecine de Montpellier : salle des Actes, salle du Conseil et le fameux conservatoire d’anatomie. Grâce à un casque audio, ce « Soundwalk » vous restituera l’empreinte sonore des lieux que vous traverserez dans une expérience sensorielle unique. L’artiste en résidence à l’Opéra Orchestre Montpellier sera accompagné d’un guide de l’Office de tourisme pour vous faire découvrir la plus ancienne école de médecine du monde occidental n’ayant jamais cessé de fonctionner. Venez découvrir le mouvement fascinant de l’écologie sonore !

Réservation auprès de l’Office de tourisme de Montpellier (groupes de 18 personnes maximum) au 04 67 60 60 60

Plus d’infos ici

Samedi 9 décembre à 15h au Bar à photo : Dans le quartier des Beaux-Arts, venez à la rencontre du photographe Vince J., dans le cadre de l’exposition « Découvertes de l’oubli ». L’occasion d’échanger avec l’artiste sur son activité d’exploration urbaine, ou urbex, consistant à visiter des lieux construits et abandonnés par l’homme.

Plus d’infos ici

Samedi 9 décembre à 16h à La Panacée : Visite guidée et atelier d’écriture vagabond au Centre d’art contemporain. Ces trois expositions nous invitent à (re)explorer nos imaginaires, en miroitant un ailleurs, des possibles. Laissez-vous guider en déambulant librement dès 16h30 afin de vous échauffer, puis s’amorce l’étape de la captation lors de la visite guidée à 17h, et enfin l’atelier d’écriture à 17h30. Trois étapes pour sortir des cadres et laisser libre court à son imagination !

Plus d’infos ici

Samedi 9 et dimanche 10 décembre : Marché de Noël – Vincoeurs et Saveurs d’Hérault fait son cirque au Domaine d’O. Spécialement cette année, deux spectacles de cirque – Sorcières et Borborygmes – sont proposés sur le domaine. Sur ce marché, des artisans passionnés viendront partager leur savoir-faire et leur passion du terroir en présentant les produits 100 % Hérault. Des chefs réputés, dont le club international des Toques Blanches Cévennes, Grands Causses & Méditerranée, et les Maîtres Cuisiniers De France cuisineront en direct pour éveiller les papilles et peut-être, influencer certains réveillons par les ateliers organisés. Concerts gratuits toute la journée.

Plus d’infos ici

Du 7 au 10 décembre : La Sud de France Arena accueille la première édition de Art Montpellier, la Foire Méditerranéenne des Arts Contemporains, organisée par Cédric Fiolet, directeur général de Montpellier Events, et Didier Vesse, créateur de la Foire ArtéNîm et directeur artistique d’« Art Up ! » à Lille. Cette foire s’adresse aux néophytes ainsi qu’aux initiés puisque vous pourrez y voir du Hervé Di Rosa, du Le Chat tout comme des représentants des deux mouvements montpelliérains : le support-surface et la figuration libre. L’occasion d’attirer des visiteurs, potentiels acheteurs et futurs collectionneurs, qui sait !

Plus d’infos ici

Dimanche 10 décembre à 15h : Visite point de vue par Nathalie Auger à la Panacée.
Découvrez l’exposition de Saâdane Afif, Là-bas. avec Nathalie Auger, professeur des universités en sciences du langage à l’Université Paul Valéry – Montpellier III et chercheur au sein du laboratoire CNRS PRAXILING. Gratuit sur inscription : mediation@lapanacee.org

Plus d’infos ici

#Agenda culturel du 24 novembre au 3 décembre

Bientôt la Sainte Catherine où « tout arbre prend racine » ! L’occasion de vous donner les derniers évènements de ce mois de Novembre. Une dernière semaine qui s’avère remplie de musique, de cinéma et d’art à gogo, sur fond de décors de Noël prématurément installés. Alors sortez un instant de la frénésie de ce #BlackFriday pour lire ce qu’Haut Courant vous a concocté…

CÔTÉ CONCERT

Samedi 25 novembre à 19h : le Nu-Bahia accueille l’inimitable GUTS. Ce beatmaker et producteur de hip-hop et de funk français fête cette année les dix ans de son label Heavenly sweetness. Food truck de 19h à 23h et fermeture exceptionnelle à 2h du matin. Chers étudiants, pensez à l’happy hour de 19h à 21h.

Plus d’infos ici

Samedi 25 novembre de 10h à 20h : L’Orchestre national Montpellier Occitanie participe à l’événement Orchestres en fête et vous propose trois rendez-vous dans la journée. À 10h, un concert pédagogique baroque (Salle Molière), à 14h, la répétition générale publique de Manfred│Robert Schumann (Opéra Comédie) et à 18h30, une conférence de Corinne Schneider autour de l’oeuvre (Salle Molière). Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Plus d’infos ici

Samedi 25 novembre de 17h à 22h : le Collectif Le Repere revient avec une session musique live Jam Acoustik #2 à la Casa Bondels. L’occasion pour les musiciens et amateurs de groove de se retrouver pour partager un moment festif et musical dans ce magnifique espace culturel du centre de Montpellier !

Plus d’infos ici

Du 29 novembre au 3 décembre : plongez au cœur du romantisme allemand avec l’œuvre surréaliste Manfred│Robert Schumann à l’Opéra Comédie. À ne pas manquer : le Flash’Opéra qui nous donne les 10 clés pour tout savoir sur l’œuvre une heure avant chaque représentation. Info people : rencontre avec les artistes à l’issue de la représentation du dimanche 3 décembre.

Plus d’infos ici

CÔTÉ THÉÂTRE, DANSE ET PERFORMANCE

Mardi 28 novembre de 18h30 à 21h30 : en prélude à la journée de lutte contre le sida du 1er décembre 2017, Montpellier Danse organise la soirée « Ce que l’art a fait du sida », animée par le critique de danse Gérard Mayen. Rencontre avec Elisabeth Lebovici, auteure de Ce que le sida m’a fait – Art et activisme à la fin du XXe siècle et Didier Roth-Bettoni, auteur de Les années SIDA à l’écran. Suivie de la projection du film Zero Patience de John Greyson. Entrée libre sur réservation.

Plus d’infos ici

Mardi 28 et mercredi 29 novembre à 20h : venez (re)découvrir le Mythe de Médée au Théâtre Jean Claude Carrière du Domaine d’O. Une histoire d’amour finissant en infanticide, voilà l’histoire originale, et la compagnie L’Entreprise et son metteur en scène François Cervantes ont choisi de se réapproprier cette tragédie grecque en adaptant le texte original. Trois comédiennes, trois femmes, face à la salle parlent directement aux spectateurs. Un beau moment en perspective.

Plus d’infos ici

Du 28 au 30 novembre à 20h : hTh (humain Trop humain), le Centre Dramatique National de Montpellier et son directeur Rodrigo Garcia, proposent La Despedida. Une installation théâtrale et un montage poétique d’archives au service d’un spectacle traitant du conflit interne en Colombie. Il constitue la dernière pièce du projet « Anatomie de la violence en Colombie », projet initié par Mapa teatro en 2010 et qui s’achève en 2017 avec la signature des accords de paix dans ce pays. À voir !

Plus d’infos ici

Du 24 novembre au 2 décembre à 20h30 : la Compagnie Je Pars à Zart qui a récemment repris la direction du théâtre de la Plume nous propose un huit clos intitulé The Sunset Limited autour de deux protagonistes échangeant dans le métro new-yorkais leurs visions du monde diamétralement opposées. Entre humour noir et joutes verbales, vous ne risquez pas de vous ennuyer. Info insolite : si vous offrez une plume au guichetier, vous obtiendrez une place offerte pour une place achetée !
N’oubliez pas : grâce au concept de place suspendue, vous pouvez payer une place en avance qui profitera à celui qui n’en a pas les moyens.

Plus d’infos ici

CÔTÉ EXPO ET INSOLITE

Du 24 novembre au 13 janvier 2018 : la Galerie Annie Gabrielli accueille l’exposition « Human Nature » de Marc Gaillet. Entre grenade rose à paillettes, crâne rouge et statut de la liberté effondrée, vous trouverez de quoi satisfaire votre curiosité et votre amour pour l’art insolite ! N’oubliez pas le vernissage : vendredi 24 novembre de 18h30 à 20h30.

Plus d’infos ici

Samedi 25 novembre de 17h à 18h à La Panacée : présentation de la première résidence d’artiste APIARY avec Bianca Argimon, artiste diplômée des Beaux-arts de Paris et Jacques Bernard, artisan lissier lozérien. Une invitation pour les artistes contemporains à s’imprégner de ce contexte rural et de ce rythme ralenti pour enrichir leur création !

Plus d’infos ici

Samedi 25 novembre de 10h à 21h : le Marché du Lez ouvre son Marché Solidaire – The Happy Winter Market – au profit de l’association qui accompagne les femmes atteintes de cancer, Étincelle. Au programme : vide dressing, pop up store, artisans, artistes et bien-être.

Plus d’infos ici

Du 30 novembre au 2 décembre : Montpellier sera le théâtre de la 4ème édition de « Coeur de ville en lumières » . Un spectacle lumineux, musical et féérique, accessible à tous dans l’Écusson. Durant ces trois jours, dès 18h30, ce parcours libre à travers le centre historique vous permettra de découvrir le patrimoine d’une autre façon.

Plus d’infos ici

Jusqu’au 22 décembre de 15h à 19h : du mercredi au samedi, La Fenêtre propose l’exposition « Du bidonville à la ville : Exister – Circuler – Travailler » pour mettre en lumière et changer de regard sur les fouilleurs de poubelles, recycleurs et biffins des temps modernes. Exposition réalisée grâce au soutien du LERSEM, la Fondation Abbé Pierre et La Cimade. Seulement 3€ !

Plus d’infos ici

CULTURE – Les Briscarts : 22e Parcours d’ateliers d’artistes de Montpellier

Retour des intrépides Briscarts. Du 11 au 12 novembre 2017, 49 artistes issus de la peinture, la sculpture, la photographie, la calligraphie et le dessin ouvriront leurs ateliers aux amateurs d’art ou simples curieux.

Cette nouvelle édition s’ouvrira par un vernissage de l’exposition, le vendredi 10 novembre à 18h30, à l’Espace Saint-Ravy. Chaque artiste y présentera une oeuvre sur le thème « partir » pour donner un aperçu de leurs travaux. La salle d’exposition municipale y accueillera l’exposition, visible gratuitement, pendant tout le week-end de 11h à 19h. Sur la même période, les ateliers d’artistes seront ouverts dans tous les quartiers de Montpellier et de sa Métropole.

Depuis 10 ans l’association « Les Briscarts » propose aux artistes montpelliérains d’ouvrir leurs ateliers au public deux fois par an. Au printemps et à l’automne, ce rendez-vous incontournable permet aux montpelliérains et métropolitains d’aller à la rencontre des artistes locaux et d’échanger sur leurs techniques, leurs inspirations, leurs parcours. L’occasion pour certains de franchir le pas et d’acquérir une oeuvre !

Alors munissez-vous de votre plan et venez découvrir Montpellier autrement via cette randonnée artistique.

Agenda culturel #Octobre2017

Chaque jeudi, Haut Courant vous concoctera un agenda culturel, avec les principaux événements de la semaine à venir. Mais pour ne pas faire les choses à moitié, cette semaine l’agenda recouvrera tout le mois d’octobre, en espérant qu’il saura ravir le plus grand nombre. Une bonne occasion de mettre en valeur notre belle scène culturelle Montpelliéraine et ses principaux acteurs. Alors, faites votre choix !

CÔTÉ CONCERT :

Jeudi 12 octobre de 12h à 14h : Les pauses musicales #1 de l’association GAMME. Déconnectez-vous aux sons d’un jazz onirique le temps d’une pause déjeuner avec les premiers invités de cette édition : Connie and Blyde – Salle Jean Moulin à la Maison des Étudiants de l’Université de Paul Valéry.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/1919621651619181/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22mechanism%22%3A%22bookmarks%22%2C%22surface%22%3A%22bookmarks_menu%22%2C%22extra_data%22%3A%22[]

Jeudi 12 octobre de 20h à 22h : Concert étudiant à l’Opéra Berlioz (tarifs préférentiels : pensez au Moon Pass pour les jeunes de 30 ans et moins).

Informations et réservations

Vendredi 13 octobre de 20h à 22h à l’Opéra Berlioz (Corum) : Concert d’ouverture de l’Opéra Orchestre National de Montpellier Occitanie. Au programme : Johannes Brahms « Symphonie n° 3 en fa majeur opus 90 », Claude Debussy « Children’s Corner » (orchestration Hans Abrahamsen) et Zoltán Kodály « Danses de Galánta ».

Informations et réservations

Mercredi 18 octobre : Live Music (Emma Ndobo & Mathieu Kibodi – Blues, Jazz, Soul) et dimanche 22 octobre : Jazzy Sunday (Mo’Times – Jazz) au Willie Carter Sharpe.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/1637636759620911/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22[]

Mercredi 18 octobre à 20h : Canibal Dandies envahira le Nu-Bahia (Beaux Arts) d’un Jazz de la Nouvelle-Orléans, au grand bonheur des amateurs de Swing. Seulement 5€ !

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/133398993967801/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22[]

Derniers concerts de la 22e édition des Internationales de la Guitare qui se terminera le 14 octobre : Inna de Yard au Rockstore le 12 octobre, Lucky Peterson le 13 octobre à la Salle Georges Brassens de Lunel et le 14 octobre : Pigalle à Lunel, Alexis HK à Jacou et Opéra ROM IV – De Django à Piazzolla, la création du festival, à l’Opéra Berlioz de Montpellier.

[Informations et réservations

 >http://www.les-ig.com]

Jeudi 19 octobre de 18h à 20h : Inauguration des nouveaux espaces commerces au Marché du Lez (apéritif de bienvenue suivi d’un live DJ set de Fred Pace, organisé par le Willie Carter Sharpe)

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/1917302471930172/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%5B%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22%5B%5D%22%7D%5D%2C%22source%22%3A2%7D]

Jeudi 19 octobre à 20h : Mathieu Boogaerts sera en concert au Théâtre municipal Jean Villar.

[Informations et réservations

 >http://theatrejeanvilar.montpellier.fr/agenda/amer
]

Vendredi 20 octobre à 20h30 : Léon et Maïcee proposeront un subtil mélange de notes jazzy et d’influences hip-hop au Trioletto, la salle de spectacles pluridisciplinaires du service culturel du Crous de Montpellier..

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/116556819036473/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22[]

CÔTÉ THÉÂTRE, DANSE ET PERFORMANCE :

Du 12 au 14 octobre aura lieu la 2ème édition du Mèq Festival, mettant à l’honneur les arts numériques performatifs et la création audiovisuelle contemporaine.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/332207913859043/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22[]

Jeudi 12 octobre à 20h : « Nos serments » de Julie Duclos et Guy-Patrick Sainderichin (Compagnie l’In-quarto – Paris) au théâtre Jean Villar, très librement inspiré du film La Maman et la Putain de Jean Eustache. 2h40 avec entracte.

[Informations et réservations

 >http://theatrejeanvilar.montpellier.fr/agenda/amer
]

Mardi 17 octobre à 20h30 : « L’heureux élu » dans le cadre des Théâtrales qui fait venir le meilleur du théâtre parisien à nous. Venez découvrir cette comédie d’Éric Assous, mise en scène par Jean-Luc Moreau, avec Bruno Solo, Yvan Le Bolloc’h, Yvon Back, Mélanie Page et Mathilde Pénin, à l’Opéra Berlioz du Corum.

[Informations et réservations

 >http://www.les-theatrales.com/ville?ville=montpellier
]

Du 17 au 19 octobre à 20h : « Les carnets du sous-sol » au théâtre JC Carrière du Domaine d’O. Mais aussi « La forêt du miroir » du 25 au 27 octobre à 11h, une représentation de théâtre optique, sans paroles, à la croisée des chemins entre les arts plastiques, la chorégraphie et la vidéo. Toujours au Domaine d’O, plongez dans l’univers énigmatique de Magritte du 25 au 27 octobre à 16h30 avec le théâtre d’images « Le bleu du ciel ».

[Informations et réservations

 >http://www.domaine-do-34.eu/spectacles/tous-les-spectacles
]

CÔTÉ EXPO ET INSOLITE :

Jeudi 12 octobre à 18h : Soirée Agnès b. street (musique par Boozig). Afin de célébrer l’arrivée du thème « street » dans la boutique, Agnès b. exposera des toiles de l’artiste L’Atlas (prêtées par la Galerie At Down).

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/1474868162627171/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22%7B%5C%22dashboard_filter%5C%22%3A%5C%22upcoming%5C%22%7D%22%7D]

Vendredi 13 octobre de 9h à 16h15 : Séminaire de l’association Carbone 14 (gérée par les étudiants du Master Conservation, Gestion et diffusion des oeuvres d’art du XXe et XXIe siècle de l’université Paul Valéry Montpellier 3) autour du centenaire du ballet « Parade ». Une riche programmation autour de conférences, de performances de danse et de projections.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/1907867819534605/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22[]

Vendredi 13 octobre de 14h à 15h : Venez tenter de répondre à l’interrogation universelle « comment parler d’art aux enfants ? » au Musée Fabre.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/715067632024357/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22[]

Vendredi 13 octobre de 18h30 à 22h : Vernissage des nouvelles expositions Jacques Charlier, Une rétrospective, Saâdane Afif, « Là-bas » et «  Plurivers. Quatre études d’ethnologie imaginaire » à La Panacée.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/272232426602199/?acontext=%7B%22action_history%22%3A[%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22[]

Vendredi 13 octobre à 18h30 à l’Espace Saint Ravy : Vernissage de l’exposition « Radiographie de la nuit – mise en abyme de paradigmes » de Sandrine YGRIE (Montpellier). En présence de Rabii YOUSSOUS, Adjoint au Maire, délégué au quartier Centre.

[Informations et réservations

 >http://www.montpellier.fr/1893-espace-saint-ravy.htm
]

Samedi 14 octobre à 14h30 : Le Zoo de Lunaret propose une visite guidée et une exposition qui sera alors inaugurée «  F. Hallé, 30 ans d’exploration des canopées forestières tropicales » à l’occasion de la Fête de la Science 2017 (du 7 au 15 octobre).

[Informations et réservations

 >https://fetedelascience.fr/pid35201/fiche-evenement.html?identifiant=12429191
]

Jusqu’au 16 octobre : La 69e Foire Internationale, sous le thème de San Francisco, au Parc Expo (Pérols), accueille plus de 500 exposants.

[Informations et réservations

 >http://www.foire-montpellier.com
]

Du 18 octobre 2017 au 7 janvier 2018 (inauguration le mardi 17 octobre à 18h30) : Nouvelle exposition au Pavillon Populaire « Ralph Gibson. La Trilogie, 1970-1974 », troisième exposition consacrée à la photographie américaine.

[Informations et réservations

 >http://www.montpellier.fr/506-les-expos-du-pavillon-populaire.htm
]

Samedi 28 octobre à 10h : Expo-vente de Nath Sakura au Studio B 612. L’occasion de découvrir à la fois un lieu de création singulier et une artiste locale de renom.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/895715497258132/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%5B%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22%7B%5C%22dashboard_filter%5C%22%3A%5C%22upcoming%5C%22%7D%22%7D%5D%2C%22ref%22%3A2%2C%22source%22%3A2%7D
]

Jusqu’au 5 novembre 2017 : Exposition « Francis Bacon / Bruce Nauman, Face à face » au Musée Fabre de Montpellier.

[Informations et réservations->http://museefabre.montpellier3m.fr/EXPOSITIONS/Francis_Bacon_Bruce_Nauman._Face_a_face
]

Jusqu’au 15 décembre : L’oeuvre vidéo d’art contemporain d’Alex McLeod, tirée de l’exposition Simulation(s), est projetée sur le grand écran de la piscine olympique d’Antigone.

[Informations et réservations

 >http://www.mecenesdusud.fr/article/thunder-come,-oeuvre-video-dalex-mcleod-a-la-piscine-olympiqu-331.html
]

CÔTÉ CINÉMA :

Jeudi 12 octobre de 18h30 à 20h : Présentation du 39e Cinemed à la Gazette Café.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/276162089541016/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%5B%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22%5B%5D%22%7D%5D%2C%22source%22%3A2%7D
]

Jeudi 19 octobre à 21h : Projection de Drive In : Twin Peaks (Fire walk with me) by D. Lynch à Victoire 2. L’occasion de voir ou revoir ce grand classique du cinéma lynchéen dans un contexte original et convivial.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/1709529645758147/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%5B%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22%7B%5C%22dashboard_filter%5C%22%3A%5C%22upcoming%5C%22%7D%22%7D%5D%2C%22ref%22%3A2%2C%22source%22%3A2%7D
]

Vendredi 20 octobre à 20h30 : Soirée d’ouverture du CINEMED avec le film « Razzia » de Nabil Ayouch à l’Opéra Berlioz.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/1850746261921999/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%5B%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22%7B%5C%22dashboard_filter%5C%22%3A%5C%22upcoming%5C%22%7D%22%7D%5D%2C%22ref%22%3A2%2C%22source%22%3A2%7D
]

Lundi 23 octobre à 18h : Cocktail Cinemed chez Agnès b.

[Informations et réservations

 >https://www.facebook.com/events/357505114674735/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%5B%7B%22surface%22%3A%22dashboard%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22extra_data%22%3A%22%7B%5C%22dashboard_filter%5C%22%3A%5C%22upcoming%5C%22%7D%22%7D%5D%2C%22ref%22%3A2%2C%22source%22%3A2%7D
]

Ainsi font, font, font les robotiques marionnettes de Morgan Euzenat

Du 23 au 27 décembre dernier, l’artiste Morgan Euzenat présentait sa dernière création aux Machines de l’Ile à Nantes. Téléguidant un robot nommé Klug, il a enchanté le public venu admirer l’Eléphant et le Carrousel des Mondes Marins. Portrait de l’homme caché derrière cette marionnette singulière.

Il est 13 h ce vendredi 27 décembre quand Morgan Euzenat fait son apparition dans le hangar des Machines de l’Ile. Vêtu d’une parka rouge et d’un jean il se présente sans son robot, Klug, qui profite de ses derniers instants de repos avant son ultime représentation prévue à 14h30. Avec le temps maussade et le vent qui souffle en rafale sur la cité des Ducs, la sortie de l’Eléphant est annulée. L’occasion pour le robot, fait de bois et de roues de fauteuils roulants, de jouer les premiers rôles dans la galerie crée par François Delarozière et Pierre Oréfice. Et pour son créateur de revenir sur son parcours.

capture_d_ecran_2013-12-29_a_10.04.38.pngA 39 ans Morgan Euzenat a trouvé sa voie, celle de la création de marionnettes robotiques. Passionné par les machines, il s’oriente, dès le début de ses études vers le domaine de la mécanique en passant un Bac STI génie mécanique puis en poursuivant dans un BEP maintenance des systèmes mécaniques de production. Cependant, frustré par l’absence de réalisation concrète, il décide de passer un concours d’éducateur spécialisé pour « allier l’art avec les enfants ayant eu un parcours difficile ». Un rôle d’accompagnement qui va renforcer son envie de divertir les autres par l’art de la manipulation.

Sûr de son choix, il refusera toutes les propositions de CDI et de CDD afin de se consacrer exclusivement à la marionnette. Il prendra même le statut d’intermittent du spectacle. En 2004, il rejoint la compagnie vannetaise l’Hémisphère de l’Ouest ou il participe à la création de spectacles burlesques. « Ca m’a permis de mettre le pied à l’étrier et de toucher à tout » se souvient-il. Néanmoins, par manque de confiance l’expérience s’achèvera. « Je ne me suis pas trouvé au niveau. Je ne me voyais pas construire un spectacle à 100% » explique-t-il pour justifier son départ de la troupe.

Quand la mécanique rencontre la marionnette

Mais ce n’est pas la seule raison. « J’étais plus dans la déambulation par rapport au public. C’est le premier aspect des marionnettes à fil. Au final ça a marché. En effet, sa rencontre en 2009 avec l’inventeur hollandais Fred Abels et la marionnettiste Mirjam Langemeijer, membres du groupe Electric Circus va marquer un tournant dans la trajectoire du jeune artiste. « Avec eux j’ai redécouvert les machines. Ils m’ont permis d’associer les savoirs passés. » C’est surtout de cette collaboration que va germer dans l’esprit de Morgan l’idée de la création d’un nouveau type de marionnette sous forme de robot. Une façon aussi de marier ses compétences techniques à sa passion pour les arts de la marionnette.

Construit en neuf mois et finalisé en 2009, Klug est l’aboutissement d’un long travail d’assemblage de divers matériaux. Les roues par exemple ont été récupérées sur un fauteuil roulant. Ce processus d’assemblage a aussi été parsemé de moments de doutes sur la réussite du projet. « J’ai eu des difficultés techniques. La déception fait révéler le manque de confiance. Je ne savais pas ce que je faisais » avoue-t-il. Mais il y a eu des moments plus intenses comme lorsqu’il a fallu poser les yeux de Klug. Ou celui de la mise en mouvement du robot qui reste, selon l’artiste, le moment le plus émouvant. D’où le rapport plutôt détendu qu’il entretien avec sa création. « Quand je manipule il y a un transfert. Je suis en connexion dans la tête. Au début j’ai eu peur de ne rien ressentir, de ne pas envoyer d’émotions » confesse-t-il.

klug.jpg Influencé par la fiction, les cartoons et surtout la science fiction il pense qu’« il y a du E.T dans Klug ». Fan du Donald Duck de Disney, Morgan n’hésite pas non plus à pousser la comparaison avec le célèbre canard « Comme Donald c’est un personnage attendrissant. Il est impressionnant et fragile ». L’aspect robotique de Klug a été inspiré par les films « Terminator » qui ont longtemps « habité » Morgan. De même, afin de créer les mouvements d’une de ses marionnettes il s’est directement inspiré du film « Dans la peau de John Malkovitch » en faisant des pauses pendant le visionnage afin de reproduire les mouvements des acteurs.

« J’ai du mal avec les cadres »

Présenté pour la première fois en 2009 à Charleville-Mézières pour un test, Klug va devenir une véritable attraction. Le succès populaire du robot continue d’ailleurs de surprendre son créateur. « Je voulais juste faire une machine. Tout de suite les gens ont été attirés » s’étonne t-il. Retravaillant le rapport de la marionnette au public, Morgan explique que son but était « que les gens se débrouillent et construisent leurs théories sur le robot ». Il aime ainsi se qualifier de « créateur de mémoire, de souvenirs » pour les enfants, qui repartent souvent émerveillés de leur rencontre avec Klug. Son meilleur souvenir ? « Un type qui avait l’air très macho et qui est tombé comme amoureux. Il est resté 2 heures avec la machine. Il lui faisait des signes de la main, des bisous» se rappelle-t-il ému.

Comédien et bricoleur Morgan Euzenat profite de son indépendance. « J’aime la liberté. J’ai du mal avec les cadres. Je n’ai pas fait les beaux arts. Pourtant je suis libre ». clame-t-il fièrement. Artiste plutôt solitaire, Morgan reste attentif à tous les modes de manipulation de l’objet et du public. Avec la réussite du projet Klug qui l’a entraîné sur les routes de France, de Belgique et du Canada, il avoue se concentrer désormais sur la recherche. En attendant, le hangar des Machines de l’Ile et ses automates issus de l’univers de Jules Verne est un théâtre idéal pour cet admirateur de l’écrivain nantais et son attachant robot.

Shan Shan Sun, portrait d’un calligraphe libre

Calligraphe, poète, écrivain, Shan Shan Sun est une figure à Montpellier. Opposant au régime communiste, il est aussi l’un des huits calligraphes diplômés en Europe et le fondateur d’un nouveau style: la calligraphie libre. Portrait d’un combattant doublé d’un artiste exigeant.

«Suivre sa propre direction. » Voilà ce que signifie le terme liberté dans la langue chinoise. Mais cette formule pourrait également s’appliquer à la vie mouvementée de Shan Shan Sun qu’il raconte dans son dernier livre «Le rêve brisée de Shan Shan».

La calligraphie en héritage

img_20130628_0008.jpgNé en 1968, soit deux ans après le début de la Révolution Culturelle, d’un père « rouge », haut fonctionnaire du parti communiste et d’une mère « noire », petite fille de capitaliste, il se décrit lui-même comme étant « le fruit du noir et du blanc, du yin et du yang ». Un enfant mélange de deux cultures mais également descendant d’une grande lignée de calligraphes. Son arrière grand-père était, en effet, peintre impérial au service de Guangxu, l’avant dernier empereur chinois. C’est cette filiation prestigieuse qui va pousser le jeune Shan Shan vers la calligraphie dès l’age de 5 ans. Talent précoce, à 9 ans il gagne le premier prix de calligraphie des jeunes de la province du Sichuan.

A cette époque, l’art de calligraphie est épargné par la folie destructrice de la Révolution Culturelle mais reste au service de la propagande communiste, faisant d’elle une « calligraphie slogan». Contraints de suivre la ligne officielle édictée par les dirigeants du Parti les artistes ne doivent pas sortir du cadre imposé. Comme le confie Shan Shan « Il ne fallait pas se réclamer calligraphe ». En désaccord avec son père, défenseur du régime, qu’il a longtemps considéré comme un «ennemi» il décide d’emprunter un autre chemin et de se consacrer à son art. «Je vis pour ma liberté, lui vit pour sa liberté» avoue-t-il plein de respect pour un homme qui, en dépit de leurs désaccords politiques, n’aura cesser de l’aimer.

Calligraphe prometteur, mais en attente de reconnaissance, Shan Shan se tourne alors vers son autre passion, la poésie. Vouant, dès son plus jeune âge, une grande passion pour Rimbaud, Verlaine et Baudelaire, le jeune homme va s’affirmer en créant, à 20 ans, la revue Chine libre, dans laquelle il publiera les poèmes de dissidents. En parallèle, il enseigne dans la ville de Panzhihua où il rédige une thèse sur le grand poète chinois taoïste Li He . Il se fera connaître en contribuant à l’émergence d’une nouvelle forme de poésie, dite de «troisième vague», mais aussi en s’impliquant dans le mouvement étudiant de contestation.

«On pensait faire tomber le système communiste.»

En 1989, Shan Shan entre en dissidence contre le régime. Alors qu’à Pékin les étudiants manifestent place Tien An Men contre la politique du président Deng Xiaoping, Shan Shan va participer au mouvement de contestation générale qui embrase la Chine en étant l’un des leaders des manifestations étudiantes à Panzhihua. « On pensait faire tomber le système communiste » explique-t-il avec amertume. Cette révolte se soldera par un échec et lui vaudra d’être arrêté un an après. Il sera accusé de subversion et passera deux mois et demi derrière les barreaux. C’est alors qu’il décide de prendre le chemin de l’exil.

shan_portrait_en_pied_bmartin.jpgEn 1992 il quitte la Chine et s’installe en France, pays dont il est profondément amoureux. A son arrivée dans l’hexagone, il rencontre Charles Pasqua, à l’époque ministre de l’intérieur, et côtoie les élites politiques de droite et de gauche, de Chirac à Jospin. N’ayant pas perdu son goût pour la politique il adhère au parti socialiste pendant 5 ans . Shan Shan avoue pourtant trouver que « dans la droite il y a des gens plus sympa qu’à gauche. En 1995, l’artiste choisit de poser ses valises à Montpellier. Il y fondera son atelier de calligraphie et tissera des liens d’amitiés avec le baron local Georges Frêche et l’actuel président de l’Agglomération Jean-Pierre Moure.

Sur le plan artistique il crée la calligraphie libre et l’enseigne dans son atelier de la rue de la Valfère, dans le centre historique. Remettant en question la calligraphie classique, art de bien former les caractères, les oeuvres de Shan Shan Sun mêlent les cultures chinoise et française dans ce qu’il nomme « calligraphie sans caractères », et se rapprochent de la peinture. A la différence de l’art traditionnel ,le souffle et l’esprit sont primordiaux dans le geste et le tracé des caractères. Comme le résume le maître: «il faut que le cerveau soit touché par quelque chose et le mouvement apparait.»

Un regard optimiste sur l’avenir de la Chine.

Vivant en France depuis 20 ans le calligraphe se tient désormais en retrait du mouvement de dissidence chinois. Mais Shan Shan Sun n’en conserve pas moins un regard critique sur la politique chinoise. Pour lui, la Chine « est une pile, elle va éclater.». Défendant les « vrais combattants », ceux qui ont risqué leur vie ou sont emprisonnés, et ami de l’écrivain et prix Nobel Liu Xiaobo, il qualifie l’opposition chinoise de « tremblement de terre invisible » susceptible d’émerger et de faire tomber le régime. Un régime politique qui selon lui pourrait évoluer d’ici 10 ans avec l’arrivée de nouvelles générations au pouvoir.

A l’inverse, il se montre plus critique envers certains membres de cette dissidence, à l’instar de l’artiste contemporain Ai Weiwei, dont l’arrestation pour fraude fiscale avait fait grand bruit dans la presse internationale. Son amitié envers Weiwei ne l’empêche pas de considérer qu’il « est un grand artiste mais politiquement un clown. ». Il lui reproche surtout de s’occuper de sa propre carrière plutôt que de l’avenir de la Chine et de ne produire que des «faux gestes».

Entre révolution artistique et révolution politique Shan Shan Sun assume ses engagements. Sa devise est d’ailleurs inscrite sur les sceaux qu’il appose à la cire rouge au bas de ses dessins : « la vérité est un courant éternel. »
x17ljab

Pika Chica, le tatouage dans la peau

Alexandra est l’une des deux tatoueuses de Montpellier. Loin des stéréotypes à base de crânes et de grosses cylindrées rattachés au milieu, elle s’est construit un cocon à son image, à la fois rebelle, délurée et girly. Pourtant, si c’est bien son rêve qu’elle réalise avec cette boutique, elle le fait toujours en restant au service de sa clientèle.

Quelques figurines manga, une banderole rose, un canapé rococo… situé en haut de la rue de l’Université, à Montpellier, le salon Peau de lapin Tattoo a tout d’un sanctuaire « glam-cucul » et sa propriétaire, auteur de la description, n’a rien à lui envier. Pika Chica, Alexandra pour l’état-civil, officie depuis mai 2012 dans cette boutique qu’elle a façonnée au gré de ses envies : « C’est comme ça aussi chez moi. Je fais beaucoup de récup’, j’avais envie que ce soit frais et que les gens se sentent à l’aise. »

« C’est leur séance, c’est comme ils le sentent. »

Directe, la jeune trentenaire à l’air mutin ne s’encombre pas de politesses inutiles : dans son échoppe, le « tu » est, en général, de rigueur, que ce soit pour préparer le tatouage ou lors de sa réalisation. Le ressenti du client est sa première préoccupation. C’est lui qui mène la danse, Alexandra se contente de suggérer quelques recommandations techniques.

IMAG0952.jpg

En plein travail, le visage penché sur un mollet à moitié encré, elle explique : « Un tatouage c’est personnel, je ne me permets pas de juger le dessin, je peux conseiller de changer d’endroit ou de taille, modifier certains détails mais toujours en accord avec la personne. » Elle lève la tête de son ouvrage, fait cesser le bourdonnement régulier de sa machine et sourit malicieusement avant de continuer : « Quand je suis fan, je le cache pas, par contre. » Elle est comme ça, Alexandra, en retrait mais enthousiaste, discrète mais déjantée. Elle s’adapte à son interlocuteur : « En général, les gens parlent beaucoup dans la douleur. Il y en a aussi qui disent rien. C’est leur séance, c’est comme ils le sentent, je les laisse décider. »

« Beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup de rêves. »

Alexandra consacre la plupart de son temps à son métier. Pour que son travail soit à la hauteur des attentes du client, elle ne compte pas les heures : « Le matin, je dessine ; le soir, quand je rentre chez moi, je dessine ; le week-end, je dessine… » Cette diplômée des beaux-arts, qui se définit comme une fille « assidue, très mal organisée mais avec beaucoup d’ambition et de rêves, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup de rêves », a reçu son premier tatouage à 16 ans. Elle raconte, le regard espiègle : « comme j’étais mineure, il a fallu que je demande l’autorisation à mes parents. Je l’ai joué de façon sentimentale en leur disant que le déménagement qu’ils avaient prévus me forcerait à quitter mon mec et qu’en souvenir, je voulais me faire tatouer par lui. » Depuis, une trentaine d’autres a suivi, elle a arrêté de compter. Pika Chica a commencé le tatouage il y a 8 ans, avec le soutien de sa famille, sur qui elle a réalisé ses premières œuvres. La toute première n’est d’ailleurs pas forcément restée un bon souvenir : « J’étais verte, livide. J’avais envie de vomir, c’était sur un mollet, à chaque fois que je faisais un trait, je m’excusais. Je me suis dit que plus jamais je referai ça. » Elle a changé d’avis. Grand bien lui fasse, tout en haut de la rue de l’Université, la boutique à la devanture « glam-cucul » ne désemplit pas.

Jean Hil, célèbre artiste inconnu

Nous sommes le 12 décembre 1943, et la bataille de Stalingrad fait rage. Un certain Charles, depuis Alger, s’efforce de soustraire l’hexagone aux claquements de bottes et aux autodafés. Il est loin de se douter qu’au même instant, dans Paris XVIème (outragé), vient au monde l’un de ses ennemis jurés.

Dany Lapointe, la musique en héritage

L’amour de la musique, c’est de famille. Dany Lapointe, petite-fille de Boby, reprend aujourd’hui le flambeau. Pour sa dixième édition, elle prend les rennes du Printival, festival de musique francophone qui se déroulera du 21 au 24 avril à Pézenas. Portrait.